Elixane, sans filet #6 : un quart au goût amer


Tous les 15 jours, retrouvez « Elixane, sans filet » sur votre blog dicodusport.fr pour suivre la jeune championne française de tennis sur le circuit féminin. Cette semaine Elixane Lechemia revient sur ses tournois à Contrexéville et Imola.

Mes résultats

  • 100,000$ Contrexéville : Suite et fin

On s’est quittés la dernière fois en plein tournoi de Contrexéville !
Mon match du 2e tour de qualifications contre Priscilla Heise (no 22 française et 432 WTA) avait été interrompu par la pluie à seulement 1/0 pour moi.
Nous avons donc repris le lendemain et j’ai finalement gagné 6/1 6/4. Une revanche puisque Priscilla m’avait battue un mois plus tôt au 100,000$ de Marseille.
Cependant, puisque notre match du 2e tour avait été reporté au lendemain, j’ai dû rejouer mon 3e et dernier tour de qualifs le jour même, contre Sara Cakarevic (no 20 française et 490 WTA). J’ai gagné sur le score serré de 6/4 7/6, et c’était alors la première fois que je traversais les qualifications d’un 100,000$ !
Le lendemain, au 1er tour du tableau final, je tombe contre ma partenaire de double du tournoi Harmony Tan (360 WTA), qui avait reçu une invitation pour le tableau final. Je me suis inclinée 6/4 6/3 avec un 1er set dans lequel j’ai loupé pas mal d’occasions. J’avais malheureusement une certaine fatigue dans les jambes sûrement due à la journée chargée de la veille.
C’était cependant un tournoi assez positif avec un enchaînement de 3 victoires et des choses positives à en retirer.

  • 25,000$ Imola, Italie

À peine 2 jours de repos et d’entraînement à la maison et je repartais déjà le dimanche suivant pour jouer le 25,000$ d’Imola près de Bologne en Italie, qui se déroulait donc la semaine du 17 juillet. Petite particularité de cet endroit – en dehors du fait que la ville abrite un célèbre circuit de Formule 1 – le tournoi se jouait sur gazon synthétique, une surface que l’on rencontre assez rarement sur le circuit ITF, généralement en Italie ou au Portugal.
J’étais tête de série 6 du tournoi et j’ai rencontré au 1er tour la Slovaque Tereza Mihalikova classée 466 WTA et âgée de 19 ans, ancienne numéro 4 mondiale en juniors en 2015, vainqueure de l’Open d’Australie juniors en 2015 et finaliste en 2016…pas mal comme palmarès !
J’ai gagné par abandon après un premier set très accroché et remporté 7/5.
J’ai joué mon deuxième tour le lendemain contre Balducci, une italienne 560 WTA. Sa particularité : elle était Lucky Loser. Un Lucky Loser est un joueur qui a perdu (généralement) au dernier tour des qualifications du tournoi et qui a été repêché dans le tableau final dû à un retrait de dernière minute d’un joueur du tableau final. Balducci a non seulement été repêchée mais a ensuite gagné son 1er tour du tableau final !
Nous avons joué un match très accroché et j’ai fini par m’en sortir sur le score de 7/6 6/4.
Au tour d’après en quart de finale, j’ai rencontré la tête de série numéro 1 du tournoi Viktoria Kuzmova (Slovaquie) 148e mondiale et 19 ans seulement ! Ex 24e mondiale en juniors, même palmarès que sa compatriote Mihalikova, mais à l’US Open juniors, vainqueure et finaliste en 2015 et 2016.
J’avais déjà rencontré Kuzmova il y a tout juste un an au 1er tour d’un 25,000$ en Allemagne et je m’étais inclinée 6/4 6/1.
Je n’ai pas réussi à faire bien mieux puisque je me suis cette fois-ci inclinée sur le score de 6/3 6/3. Kuzmova est une joueuse très solide et puissante, dont le service est une des armes principales et il est très dur de dominer ce style de joueuses tant son jeu est offensif…

Terrain en gazon synthétique à Imola.

Anecdote :
Mon « prize money » sur ce dernier tournoi d’Imola a été de 670€, ce à quoi le tournoi impose une taxe de 30% (chaque pays impose une taxe allant de 0 à 30% sur les prize money des joueuses étrangères – la France déduit 15%).
Il m’est donc resté 468,90€ et ce à quoi le tournoi déduit ensuite les frais d’inscription de 30€. Gain total : 438,90€.
Du côté des dépenses, mes billets de train aller/retour depuis Lyon m’ont coûté 225€.
5 nuits d’hôtel à 214€, les repas du midi et soir pour un peu plus de 70€, une pose de cordage à 12€…soit un total de dépenses de 521€.
Résultat : un quart de finale en simple dans un tournoi 25,000$ ne suffit pas pour ne serait-ce que pour rembourser les frais d’un tournoi comme celui-ci en Italie…

What’s Next ?

Je fais cette semaine une petite semaine d’entraînement dans l’académie Sport and Life de Valence en Espagne où je vais pouvoir m’entraîner avec des joueuses de l’académie qui sont de mon niveau WTA. Je pense que c’est important et nécessaire de parfois changer de cadre, d’environnement et de partenaires pour des périodes d’entraînement, afin de casser une éventuelle monotonie à rester s’entraîner constamment au même endroit !

À la suite de ça, je partirai dimanche pour disputer deux 25,000$ à côté de Londres (Woking et Chiswick) sur dur extérieur.

D’ici là, bonne semaine à tous ! 🙂

Un commentaire sur “Elixane, sans filet #6 : un quart au goût amer

Laisser un commentaire