La « Teddycima » et des promesses


Teddy Riner repart de Marrakech avec un dixième titre de champion du Monde dans ses valises. Romane Dicko et Anne Fatou M’Bairo échouent de peu au pied du podium. Prometteur.

La Decima pour Teddy Riner

Le retour des championnats du Monde toutes catégories rimait avec nouveau challenge pour Teddy Riner. Déjà vainqueur chez lui à Levallois en 2011, lors de la première édition « Open », le Français devait récupérer sa couronne.

Le sociétaire du PSG Judo était une nouvelle fois l’homme à abattre, ou plutôt à battre. Après deux rounds d’échauffement, le Français commençait son festival contre le Mongol Battulga. Un sublime uchi-mata lui permettait d’accéder aux demi-finales. Le Cubain Andy Granda n’a rien pu faire. Ecrasé par la garde haute de Teddy, ce qui lui valait 2 shidos passant tout proche de la disqualification à cause de son judo négatif, ce dernier s’inclinait sur un nouvel uchi-mata lors de l’avantage décisif.

En finale, le Belge Nikiforov tentait tout pour bousculer Teddy Riner. Mais il se heurte à une légende. Deux waza-ari plus tard, le Français est sacré champion du Monde toutes catégories. Un dixième titre mondial malgré une douleur au genou tout au long de la compétition.

Cyrille Maret, bat l’Israélien Or Sasson au second tour, mais s’incline dans la foulée. Le Dijonnais n’est pas repêché.

Dicko 5ème  M’Bairo 7ème, la jeunesse ne passe pas loin

Romane Dicko, la nouvelle pépite du judo français – Crédits IJF

Chez les japonais, le titre en toutes catégories est très convoité. Si les garçons n’ont pas pu s’exprimer, une féminine en a décidé autrement. L’étoile montante nipponne Sarah Ashinah n’a laissé que les miettes à ses adversaires.

Côté tricolore, les françaises se sont montrées. Anne Fatoumata M’Bairo (24 ans) s’inclinait en quarts contre la future championne du Monde. Pigée en repêchages par la Tunisienne Cheikh Rouhou, après avoir mené d’un waza-ari, la Toulonnaise d’origine doit se contenter de la 7ème place.

La révélation de ces championnats se nomme Romane Dicko. A seulement 18 ans, la « junior » de l’équipe de France réalise un très beau parcours. Après avoir remonté les repêchages, elle s’inclinait face à une légende de la catégorie des +78kg, la Cubaine Ortiz. Du haut de son mètre quatre-vingt, la judokate du club de Villeneuve-le-Roi a déjà battu Emilie Andéol l’an dernier. Après avoir confirmé sur ce championnat, elle se place en bonne posture pour devenir la numéro 1 chez les lourdes depuis la retraite de la championne olympique. Une catégorie qui promet avec deux athlètes qui sont déjà proches des sommets.

Alexandre Raynaud

Laisser un commentaire