Laëtitia Kamba, de retour dans le Nord avec de beaux objectifs


Nous avons rencontré Laëtitia Kamba, intérieure de Villeneuve-d’Ascq, qui revient sur sa carrière et sur le début de saison de son équipe. 

Laëtitia, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Laëtitia Kamba, j’ai 31 ans et je je joue au poste d’intérieure pour le club de Villeneuve-d’Ascq.

Comment et à quel âge as-tu commencé le basket ?

J’ai commencé « tard », à l’âge de 13 ans grâce à mon professeur d’EPS qui m’a proposé de faire du basket à cause de ma grande taille. J’ai ensuite commencé à en faire en club à l’âge de 17 ans pour ne plus jamais arrêter.

Rio 2016, est-ce le plus beau souvenir de ta carrière ?

Oui sans aucune hésitation et je pense que pour la plupart des athlètes, participer à une olympiade, c’est le plus beau souvenir d’une carrière. En plus pour moi, c’était un peu spécial car c’était ma première compétition internationale avec l’équipe de France. Rio c’est quelque chose que je n’oublierai jamais. J’ai aussi pu côtoyer plein d’athlètes sur le village, c’est énorme, et ça restera un très bon souvenir !

En 2012 tu as brillé en 3×3, un format qui devient olympique, est-ce que cela pourrait t’intéresser de prétendre à une sélection dans cette discipline aux JO de 2020 ?

Oula, j’ai déjà 31 ans donc je ne suis pas certaine que mon corps soit encore apte pour cela en 2020. Je pense surtout qu’il faut laisser la place aux jeunes. Je suis très heureuse que la discipline devienne olympique mais je serai devant ma télé en train de les supporter en 2020 !

En club, tu as décidé de retourner au club de Villeneuve-d’Ascq Lille Métropole. Pourquoi ce choix ?

Déjà parce que c’est une équipe avec qui j’ai gagné la Coupe d’Europe ! Je me suis également vraiment attachée aux supporters, au club et à des joueuses. J’ai tissé des liens amicaux très forts avec Johanne Gomis notamment. En plus de cela, Frédéric Dusart, le coach de l’équipe, m’a demandé de revenir donc j’ai accepté. C’est un club qui joue au plus haut niveau avec la possibilité de participer à l’Euroligue, c’est un beau challenge. Cela me permettait aussi de me rapprocher de ma famille et mon compagnon.

Comment juges-tu votre début de saison ?

Nous avons fait un très bon début de saison, nous ne pensions pas pouvoir faire si bien après la première défaite contre Bourges. On pensait que la saison allait être compliquée. Nous avons ensuite vraiment bien réagi et enchaîné les victoires, nous devons continuer sur cette lancée et faire la même seconde partie de saison.

Quels sont les objectifs collectifs pour la suite ? Et à titre personnel ?

Nous devons rester dans le haut du tableau et absolument faire partie des quatre premières. Après si on atteint cela, nous viserons le titre comme l’année dernière. A titre personnel, j’ai déjà gagné l’EuroCup mais j’ai envie de gagner le championnat de France et la Coupe de France.

Quel regard portes-tu sur l’évolution du sport au féminin en France ?

Cela commence à se développer, même si ce n’est pas encore comme on l’aimerait. Les réseaux sociaux nous aident à nous mettre en valeur par exemple, mais il y a encore du travail. Les femmes méritent d’être davantage valorisées. Par exemple, je trouve que les retombées médiatiques pour le titre des handballeuses sont encore trop faibles par rapport à leur exploit.

Nicolas Jacquemard

Laisser un commentaire