Laurent François, la touche française

Laurent François est un escrimeur handisport, né le 06 mai 1968. Spécialiste notamment du sabre, il s’est forgé, en peu d’années, un palmarès immense. Tout débute sur le plan continental avec les Championnats d’Europe de Madrid (Espagne) en 2005. Médaillé de bronze en individuel au fleuret, il en ajoute une seconde avec l’équipe de France de sabre. Deux ans plus tard, à Varsovie, en Pologne, il décroche son premier titre avec cette équipe de sabre. Battu en finale sur la compétition individuelle, la montée en puissance se fait sentir. Et l’événement qui arrive va le mettre dans la lumière, à savoir les Jeux Paralympiques de Pékin en 2008. Il devient champion paralympique au sabre et atteint la plus haute marche pour un sportif atteint d’un handicap. Les échelons sont gravis compétition après compétition, mais il n’en reste pas là. Il échoue en finale de fleuret mais ramène une belle médaille d’argent à la délégation française. En 2010, les mondiaux ont lieu en France, à Paris. Quel bel endroit pour briller ! Il va empiler les récompenses, quatre au total, deux en or au sabre en individuel et par équipes, et deux en bronze dans les deux disciplines du fleuret. L’année 2011 est la dernière au plus haut niveau pour l’escrimeur français. Tout d’abord aux championnats d’Europe de Sheffield, en Angleterre, il ajoute une médaille de chaque métal. L’or au sabre par équipes, l’argent et le bronze au fleuret individuel et par équipes. Quelques semaines plus tard, les mondiaux italiens de Catane sont le théâtre de ses derniers exploits sur la scène internationale. Une fois n’est pas coutume, il est couronné avec cette équipe de France de sabre qui rafle tout sur son passage. Il perd la finale de l’épreuve individuelle pour ce qui est son dernier podium dans un grand championnat. Ajouter à cela ses sept victoires en Coupe du monde et le palmarès devient éloquent pour cet homme qui aura apporté son écot à une génération d’escrimeurs exceptionnels. 

Alexandre Toussaint

       

Laisser un commentaire