Les boules lyonnaises chez les Chirat, une histoire de famille


Quelques heures avant la demi-finale retour du championnat de France des clubs sportifs Elite 1, nous avons rencontré Alexandre Chirat, joueur international français de l’équipe de Saint-Vulbas.

Alexandre, peux-tu nous dire comment tu as découvert les boules lyonnaises ?

C’est un sport de famille. D’abord pratiqué par mes grands-parents, ensuite mes parents. J’ai pris ma première licence à la boule Montbrisonnaise (43) à l’âge de 8 ans. Mes trois frères jouent également : Grégory à Saint-Vulbas avec moi en club sportif, Jérémy à Chenôve (N3) et William à Rumilly (N3).

Quel a été ton parcours entre tes débuts et tes sélections pour l’équipe nationale ?

Après avoir commencé à découvrir les boules lyonnaises à Montbrison, j’ai eu la chance de pouvoir intégrer le programme « sport étude » à Brives Charensac (43). C’est à partir de ce moment-là, grâce à Christian Richard notamment, que j’ai pu acquérir les fondamentaux techniques de ce sport et de participer à mes premières compétitions et titres nationaux, par équipes et en traditionnels. Ma progression s’est poursuivie avec l’équipe II de Brives Charensac, où j’ai pu côtoyer et me confronter à des joueurs expérimentés. Après avoir commencé en Nationale 4, le plus bas niveau, j’ai été intégré à l’équipe 1 avec laquelle on a progressé jusqu’en Elite 2.

Puis, j’ai eu l’opportunité de rejoindre l’équipe de la CRO Lyon, où j’ai également commencé en équipe 2, avant de rejoindre l’équipe 1. Cela m’a permis de découvrir les rencontres de haut niveau, notamment en Coupe d’Europe et d’être par la suite sélectionné en équipe de France jeunes et seniors. Depuis cette saison, je joue en club sportif à Saint-Vulbas, en Elite 1 et dans l’équipe de Jean-François Baudot en Super 16.

Tu partages ta passion avec tes trois autres frères et tu joues avec Grégory. Peux-tu nous expliquer votre relation ?

Pour nous, c’est une force de jouer ensemble. Depuis notre plus jeune âge, on a progressé ensemble de Brives Charensac, en passant par la CRO et aujourd’hui à Saint-Vulbas. On a une relation fusionnelle qui nous permet d’avoir confiance en nous lorsque l’on joue ensemble. On possède également tous les deux la même mentalité avec cette envie de tout le temps gagner.

Justement, à ce sujet, as-tu une manière particulière d’appréhender les compétitions ?

Les veilles de matchs ou de compétitions, j’ai pour habitude de me reposer en famille ou de rester entre amis pour me ressourcer après la semaine de boulot. Cela me permet de décompresser et de faire le vide.

Pour terminer, une question plus décalée : gagner un titre avec ton frère Grégory sous le maillot de l’équipe de France, est-ce un rêve ou une possibilité ?

Pour l’instant, c’est un rêve pour moi. En effet, lors des dernières compétitions internationales, Grégory a été sélectionné pour les épreuves de tir de précision et en doubles alors que moi pour le relais. Si l’opportunité se présente un jour, cela sera certainement pour l’épreuve du double. En effet, nous avons déjà été champion de France et on a gagné le trophée Emile Terrier ensemble.

Photo de couverture : Alexandre et Grégory Chirat, vainqueurs du trophée Emile Terrier en 2015, aux côtés de l’organisateur Emile Terrier et de Jean Djorkaeff.

Baptiste Corvey-Biron

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des