Marc-Antoine Olivier, un nageur en or


Nous avons rencontré Marc-Antoine Olivier, récent double champion du monde en eau libre. Il soigne actuellement une blessure avant de se lancer dans une nouvelle saison avec de beaux objectifs.

Marc-Antoine, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Marc-Antoine Olivier, j’ai 21 ans et je fais de la natation à haut niveau. Je suis double champion du monde et médaillé de bronze aux JO de Rio en eau libre.

Pourquoi privilégier la natation en eau libre plutôt qu’en bassin ?

Je n’ai pas vraiment privilégié l’un à l’autre, c’est vrai que ces deux dernières années j’ai fait beaucoup d’eau libre car je sentais que je pouvais avoir des résultats. L’eau libre est la priorité mais le bassin reste important pour moi et je vais en faire plus cette saison.

La France t’a découvert à Rio avec ta médaille de bronze, qu’as-tu retenu de cette expérience ?

J’ai vraiment compris ce que les Jeux Olympiques signifiaient, c’est une compétition importante et médiatique. Faire une médaille aux JO, c’est juste incroyable. L’ambiance est très sympa, tous les sports sont réunis, on peut manger à côté d’Usain Bolt ou Michael Phelps. Nous sommes tous sur un pied d’égalité et nous sommes tous là pour gagner, c’est extraordinaire.

Aux mondiaux, tu commences la semaine avec une médaille d’or sur le cinq kilomètres, raconte-nous un peu cette course ?

La course ne s’est pas déroulée comme je le souhaitais. J’ai voulu démarrer au 2,5km mais je n’ai pas réussi à faire la cassure. Heureusement à 800 mètres de l’arrivée j’ai trouvé des ressources nécessaires pour faire le trou et m’isoler avec l’italien. J’ai la chance de toucher devant lui, le contrat est rempli.

Ensuite une médaille de bronze sur le 10km, es-tu satisfait de ta course ? Qu’est-ce qu’il t’a manqué pour aller chercher l’or ?

Il m’a manqué un peu de fraîcheur. Les deux premiers devant moi et les trois derrières n’avaient pas couru le 5km. J’ai eu seulement 2 jours de repos après le 5km, je savais que cela ne serait pas simple d’enchaîner et je suis très content de ma médaille de bronze.

Marc-Antoine Olivier en zone de ravitaillement.
Cerise sur le gâteau, l’or à nouveau en relais, une sensation différente de partager la médaille avec Aurélie, Océane et Logan ?

C’était la première fois qu’il y avait ce type de relais aux championnats du monde et de pouvoir partager une médaille d’or avec les personnes avec qui je m’entraîne tous les jours c’est super. Notre équipe est très jeune, nous allons pouvoir être encore plus performants dans les années à venir. Partager la médaille à plusieurs et savoir que l’équipe a une marge de progression, c’est une double satisfaction.

Suite à ces mondiaux, tu t’es blessé au Canada, comment vas-tu ? Quand vas-tu reprendre l’entraînement ?

Normalement je vais pouvoir reprendre début septembre comme prévu. En fait, j’étais blessé deux semaines avant les championnats du monde, j’avais un oedème osseux et j’ai fait une infiltration pour calmer la douleur et pouvoir nager.

Quels sont tes prochains objectifs ?

Cette année il y a les championnats d’Europe, je m’alignerai évidemment en eau libre mais j’aimerais aussi m’aligner en bassin. Je ferai le 1500 mètres et pourquoi pas le 800 mètres aussi !

As-tu le statut de sportif professionnel ?

Non, notre discipline n’est pas professionnelle. C’est du loisir professionnel :). J’étais en STAPS et j’ai postulé pour l’armée des champions.

Paris 2024, qu’est-ce que cela représente pour toi ?

C’est quelque chose d’exceptionnel. Déjà à Rio c’était énorme mais vivre cela dans mon pays, supporté par des millions de français, cela sera très fort. En plus de cela nous nagerons dans la seine devant la Tour Eiffel, cela promet d’être un moment inoubliable.

Nicolas Jacquemard

Laisser un commentaire