Marc Crousillat, offrir au water polo la visibilité qu’il mérite


On a rencontré Marc Crousillat, ancien international français de water-polo, qui est devenu président de la ligue promotionnelle de water-polo.

Marc, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis marié père de deux enfants. Ancien joueur de Water-Polo au Cercle des Nageurs de Marseille avec lequel j’ai remporté 16 titres de champion de France et plusieurs coupes de France. J’ai été international de 1979 à 1990, participé à 5 championnats d’Europe, 2 championnats du Monde et aux JO de Séoul. Après ma carrière de joueur 1992, je suis devenu dirigeant du CNM dont j’ai été le Vice-Président jusqu’en 2011. Je me consacre depuis 2013 uniquement à la Ligue Promotionnelle de Water-Polo. Je dirige également une entreprise de 38 salariés dans le secteur de l’événementiel depuis 1990.

Le water-polo a eu un coup de projecteur en France grâce aux JO, comment la Ligue a profité de cette mise en avant ?

Effectivement, la qualification olympique nous a permis un accès aux médias exceptionnel. Nous avons obtenu un grand nombre de demandes venant de l’ensemble des médias. Au final, les clubs organisés ont pu profiter de cet impact. 

Quels sont les prochains gros chantiers pour la Ligue ?

La LPWP a pour mission principale de faire la promotion de notre sport et des championnats dont elle a la gestion : la PRO A Féminine et la PRO A Masculine. Pour cela, nos objectifs à court terme sont tous autour du développement de la médiatisation du Water-Polo. Cela prend en compte la captation vidéo des matches, la retransmission sur des chaînes nationales des matches ou encore l’installation du Water-Polo dans le paysage médiatique sportif français. Par ailleurs, nous devons continuer de travailler avec l’ensemble des clubs et avec la Fédération Française de Natation pour structurer et professionnaliser notre discipline. C’est un travail sur le long terme qui doit se faire progressivement pour créer une base saine, stable et solide.

Pourquoi une ligue masculine à 9 équipes ?

A cause de la contrainte réglementaire des bassins. En effet les normes internationales dictées par la FINA font que les champs de jeu de Water-Polo n’entrent plus dans des bassins de 25m. Il y avait une volonté de suivre les règlements internationaux et cela à limité le nombre de clubs pouvant être candidats à la PRO A à cause des infrastructures.

S’il y a eu un coup de projecteur chez les hommes, le water-polo féminin français reste en retrait, comment le valoriser plus ?

Le coup de projecteur chez les hommes a notamment était fait grâce aux résultats de l’Equipe de France et à sa qualification aux Jeux Olympiques. Les filles n’ont pas pu profiter du même coup de projecteur car elles n’ont pas réussi à se qualifier, la marche était encore un peu haute. Tous les acteurs sont conscients qu’il faudra donc passer par une participation aux Jeux. Les clubs, la Ligue et la Fédération ont mis en place un plan pour Tokyo 2020 en donnant les moyens nécessaires aux joueuses de progresser.

Les clubs de PRO A font un travail quotidien pour promouvoir la discipline en locale et la Ligue les soutient grâce à différentes actions mais comme pour tout sport dit « mineur » la participation aux Jeux Olympiques est primordiale pour exister.

Les Equipes de France vont participer aux prochains championnats du monde, quel doivent être leurs objectifs ?

Après une année 2016 pleine de promesses, l’objectif doit être de rentrer dans les 8 meilleures places.

Vous avez un fils, Ugo, qui brille dans les bassins, une immense fierté pour vous ?

 Oui bien sur, je suis très fier de son parcours. Il a été courageux à 19 ans de partir au Monténégro pour progresser. Il est maintenant un joueur confirmé au niveau international et il fait partie des joueurs qui représentent le renouveau du Water-Polo Français. Je suis surtout heureux pour lui et ses équipiers qu’ils aient gagné leur qualification aux Jeux Olympiques car pour un poloïste c’est la plus belle des récompenses. Ils ont encore de belles années devant eux. C’est un groupe sain et talentueux.

Qu’est que vous aimeriez dire à des jeunes pour les inciter à pratiquer le water-polo ?

Leur dire que c’est un sport magnifique, rempli de valeurs humaines et sportives et que c’est une formidable école de la vie.

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des