Muriel et Célia, mère et fille aux Jeux mondiaux FSGT


On a rencontré Muriel et Célia, mère et fille dans la vie, qui participeront ensemble aux jeux mondiaux FSGT avec l’équipe de France de basket.

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Célia : 16 ans, je suis la cadette de l’équipe fille.

Muriel : 52 ans, la doyenne de l’équipe fille. Responsable de la délégation basket. Nous jouons ensemble depuis 3 ans, mère et fille dans la même équipe FGST.

Qu’est ce que la FSGT ?

C : C’est un sport familial où la mixité et tous les niveaux des pratiquants peuvent se confondre, pour partager un sport que l’on aime. C’est également une catégorie compétitive, avec un championnat pour s’affronter. Mais un loisir avant tout sans « prise de tête » …

M : C’est une fédération sportive comme les autres. Mais pas vraiment, car c’est le seul endroit où l’on accueille tout le monde pour pratiquer un sport comme nulle part ailleurs. Le basket s’y joue en mixte, filles et garçons au sein des même équipes, et sans limite de niveau, d’âge ou de milieu. Les règles y sont adaptées avec des points bonus pour que les filles arrivent à trouver leur place. C’est aussi l’opportunité pour moi de jouer avec mes 2 filles et c‘est le cas pour de nombreuses autres pratiques sportives à la FSGT !!!

Qu’est-ce que sont les Jeux mondiaux CSIT ?

C : Il y a 9 ans, je suis restée à la maison quand ma grande sœur a fait les premiers Jeux mondiaux avec maman.  Je ne pensais pas que je pourrais vivre la même expérience extraordinaire un jour. Je suis très heureuse et impatiente de découvrir cet événement. Je suis surtout très fière d’être en équipe de FRANCE et de participer à ces Jeux.

M : C’est un événement exceptionnel à vivre. Ce seront mes deuxièmes Jeux après Rimini, en Italie, en 2008. C’est un lieu de rencontres incroyables grâce au basket. Plusieurs pays sont représentés, des sportifs venus pour des compétitions certes, mais avant tout pour l’envie de se surpasser pour représenter son pays dans un contexte « Jeux Olympiques du sport loisir ». Ensuite, je ne veux pas dévoiler au reste du groupe ce qui les attend, il faudra nous suivre pour connaître notre quotidien à Riga, en Lettonie 😉

Pourquoi avoir lancé une campagne de crowdfunding ?

M : Le coût de notre participation était un obstacle assez important pour réaliser ce projet. Il nous fallait trouver des aides financières. Les instances sportives nous ont apporté leur aide, mais la FSGT au niveau local n’a que peu de moyens. Il nous fallait trouver d’autres pistes de ressources, d’où l’idée d’une prospection participative vers tous nos réseaux.

Pourquoi avoir choisi Fosburit ?

M : C’est plutôt Fosburit qui nous a choisi 😊.  Yann fait partie des candidats à la sélection garçon. Il nous a présenté ce concept et nous l’avons adopté car il allie la convivialité et l’originalité. Il implique aussi la motivation de tous les membres du groupe pour booster la dynamique et faire que ce projet soit construit en faisant participer tous ceux qui nous suivent dans cette aventure. Un grand MERCI à Yann, au passage, qui est sur liste d’attente car la sélection est bouclée, mais qui s’implique sans relâche dans ce projet.

Quels seront les objectifs pour les équipes de basket ?

C : Passer une semaine de rêve, par le sport, les rencontres, les découvertes. Revenir sans regrets, avec le sentiment d’avoir tout donné, ne rien lâcher. Mais revenir avec une médaille dans la poche ce serait quand même l’idéal 😉

M : Avant tout, représenter fièrement non seulement son pays mais aussi le basket français. Défendre nos valeurs sportives et humaines si particulières en FSGT.  Nous nous préparons depuis le début de la saison pour ces Jeux, ce qui n’était pas le cas en 2008, où tout était passé très vite. Quel que soit le résultat, il faudra donner le meilleur de nous même et mettre en pratique tout le travail effectué par les joueurs, joueuses et l’encadrement. Et si une médaille pouvait revenir dans nos bagages, ce serait le bonheur, peu importe la couleur.

Le mot de la fin ?

C : L’important c’est de participer, il paraît, mais l’important c’est d’aller jusqu’au bout 😉

M : j’ai eu l’immense chance de participer à la première édition des Jeux. Cette fois, ce sont sans aucun doute mes derniers en tant que joueuse. Depuis 2008 et la soirée mémorable d’un France-Mexique supporté par les 300 sportifs français, nous n’avions pas pu y participer de nouveau faute de financement. Certains pays nous ont cherché : « Dommage, ils ne sont pas là les basketteurs français ? ». Nous sommes de retour  !!!! … Aventure à suivre !!!!

Pour soutenir Muriel, Célia et les équipes de basket FSGT, c’est par ici

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
  S'abonner  
Me notifier des