Pauline Meneust, rendre le floorball plus accessible


Rencontre avec Pauline Meneust, joueuse et coach de Lyon Floorball, qui revient sur ses débuts, sa saison et le développement du floorball en France. 

Pauline, peux-tu te présenter en quelques mots ?

J’ai 28 ans. Originaire de Bretagne, j’ai pratiqué le rink-hockey pendant 8 ans avant de découvrir le floorball lors d’un séjour Erasmus aux Pays-Bas. Je vis à Lyon depuis 2012 où je pratique le floorball au Lyon Floorball Club en tant que joueuse et coach.

Comment et à quel âge as-tu commencé le floorball ?

J’ai découvert le floorball en 2011 à l’âge de 22 ans. Ce sport faisait partie des sports universitaires proposés aux étudiants dans l’université hollandaise où je suis restée 4 mois. De retour en France, j’ai cherché un club à proximité de mon école située à Beauvais. J’ai donc rejoint le club d’Amiens pour quelques mois avant de partir à Lyon pour mon premier job.

Quelles sont selon toi, les caractéristiques indispensables pour être un bon joueur/une bonne joueuse de floorball ?

Le floorball est un sport collectif qui requiert une bonne vision du jeu en général et des connaissances tactiques. C’est un sport rapide qui demande également de grandes qualités athlétiques.

Quel est le meilleur souvenir que ton sport t’ait procuré ?

Les meilleurs souvenirs sont ceux partagés avec l’équipe de France lors des deux dernières campagnes, qui furent aussi les premières pour l’équipe féminine française. Malgré le retard pris par la France au floorball par rapport à la plupart des autres nations européennes, et la difficulté à obtenir des résultats, représenter son pays n’a pas d’équivalent en termes d’émotions pour un sportif.

Avec ton club de Lyon, quel est l’objectif de la saison ?

Nous visons le titre de championnes de France. Nous avons échoué en finale face aux Parisiennes l’année dernière et avons à cœur de faire mieux cette saison.

Pauline Meneust 2
© Philippe Denis / Sport en Photo
Et avec l’équipe de France ?

Nous sommes toujours à la recherche d’une première victoire lors d’un tournoi de qualification aux championnats du monde. J’espère réellement que nous allons franchir ce premier cap bientôt. Le prochain tournoi se tiendra en février 2019.

La fédération n’est pas reconnue par le ministère des sports, en quoi cela est un problème pour le développement du floorball ?

Nous n’avons pas accès à bon nombre de financements et subventions, au niveau de la fédération française bien sûr, mais également au sein des clubs. Le floorball français vit uniquement grâce à des bénévoles, qui ne peuvent pas faire autant pour le développement de notre sport que le pourrait un professionnel. Le développement s’effectue au ralenti en France, alors qu’il progresse bien plus rapidement chez la plupart de nos voisins européens.

Selon toi quelles sont les priorités pour le développement de ton sport ?

La priorité est selon moi d’introduire beaucoup plus largement le floorball dans les écoles. C’est un sport accessible, qui demande peu de matériel et représente une réelle opportunité pour les établissements scolaires de varier les sports proposés et faire découvrir un sport ludique à leurs élèves.

Si tu pouvais passer 30 minutes avec le sportif ou la sportive de ton choix, qui choisirais-tu ?

Jurgen Klopp ! J’adore ce coach de football pour son parcours et pour les valeurs qu’il transmet.

Nicolas Jacquemard

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
  S'abonner  
Me notifier des