Romain Serra, démocratiser l’eSport à Lyon


Rencontre avec Romain Serra, manager du team OL eSports, qui veut vulgariser et installer l’eSport dans le club de la capitale des Gaules.
 
Romain, peux-tu te présenter en quelques mots ?
 
Je m’appelle Romain Serra, j’ai 30 ans et je suis responsable eSports de l’Olympique Lyonnais depuis janvier. Avant j’étais chez Melty, on avait 8 équipes. Cela fait donc 5 ans que je suis manager eSports.
 
En 2014 tu as créé Hyperia, pourquoi avoir arrêté ce projet ?
 
J’ai créé la structure pour un projet étudiant, c’était mon projet de troisième année. J’ai rencontré pas mal de monde et on a obtenu de très bons résultats, ce qui nous a amené beaucoup de reconnaissance sur la scène française. Au même moment je vois que Melty se lance sur Counter Strike GO mais ils avaient du mal à trouver des joueurs ou quelqu’un pour les aider à se lancer sur d’autres jeux. J’ai rencontré Romain Tixier, directeur eSports chez Melty, et il m’a proposé de les rejoindre dans l’aventure et de gagner ma vie en faisant ce métier.
 
Comment es-tu devenu manager du team OL eSports ?
 
Ce sont eux qui sont venus me voir pour me proposer le projet, on a discuté plusieurs fois et au bout de quelques mois j’ai rejoint cette aventure.
 
Quel est ton rôle concrètement ?
 
Déjà, vulgariser l’eSport au sein de l’OL ! Ensuite gérer les emplois du temps que ce soit pour le streaming, les entrainements ou les tournois mais aussi gérer les clans Clash Royale ou les réseaux sociaux. J’essaye aussi de donner des idées d’activation que l’on pourrait mettre en place autour de l’eSport. On a, par exemple, fait gagner trois personnes sur Clash Royale qui sont venus passer une après-midi avec nous avant d’assister à Lyon-Nantes au Parc OL.
 
Fouad Fares « Rafsou » est le joueur OL eSports. Pourquoi lui ? Quelles sont ses qualités ?
 
C’est quelqu’un de la région et un supporter de l’OL. J’aime bien me renseigner sur le joueur, ses qualités mentales, son fair play, savoir s’il est reconnu et apprécié de la communauté ou en connaître son comportement en tournoi après une victoire ou une défaite. Je l’ai rencontré la première fois à l’ESWC France et quand j’ai su que j’allais rejoindre l’OL en décembre dernier, je suis allé le superviser à l’Olympia, sans qu’il soit au courant. C’est a ce moment là que j’ai vu chez lui beaucoup de motivation et de forces mentales. Ensuite, on a discuté, il y a eu un bon feeling donc il a signé avec nous. Ses forces sont son mental et son adaptabilité, c’est à dire qu’il arrive facilement à lire le jeu de son adversaire et ensuite modifier les choses dans son jeu pour le battre.
 
romain rafsou

Quels sont les rendez vous en 2017 ?
 
Le prochain évènement est le 12 juin, avec les qualifications FIWC régionales qui vont permettre de se qualifier pour les championnats du monde à Londres. Il y aura aussi peut-être un tournoi des clubs organisés avec tous ceux qui se sont lancés dans l’eSport. Et ensuite on attendra la sortie de Fifa 18 en septembre.
 
OL eSports a un clan sur Clash Royal, dans quel but ?
 
C’est déjà de permettre à l’OL de connaître un nouveau jeu qui n’est pas une simulation de football. Cela a permis de casser une barrière en quelque sorte, découvrir un nouvel univers et se rapprocher de la communauté. Il y a beaucoup de fans qui intègrent les 2 clans que l’on a, les gens discutent et interagissent. J’essaie d’être proche des joueurs pour avoir leur retour et un jour peut-être avoir nos propres joueurs professionnels sur Clash Royale.
 
Quelles sont les ambitions d’OL eSports ?
 
Réussir à se stabiliser sur la scène car on voit que c’est encore fragile en France pour les clubs de football qui se lance dans l’eSport. Ensuite je pense que l’on doit recruter un deuxième joueur professionnel sur Fifa. C’est important pour Rafsou de pouvoir bien s’entrainer et de le booster encore plus. Et sur le long terme se lancer sur d’autres jeux, hors simulation de foot, pour avoir nos propres joueurs professionnels.
 
L’eSport est en plein essor, comment expliques-tu cet engouement ?
 
La France est vraiment en retard pour l’eSport. On peut voir que c’est la septième saison de Ligue of Legend, ce n’est pas nouveau mais en France on a l’impression de découvrir. J’espère qu’on arrivera à rattraper notre retard car il y a beaucoup de choses à faire dans ce milieu. Le fait que l’eSport soit maintenant dans la loi, cela va permettre aux marques de se lancer dans le sponsoring ou de créer des tournois. On voit bien que les fans viennent sur les lives, posent des questions, partagent… Fouad se fait arrêter dans la rue à Lyon pour des photos, ça montre vraiment l’engouement autour du phénomène.
 
Quels sont les jeux les plus populaires en ce moment ?
 
League of Legends est le jeu référence pour moi. Mais plus globalement , il y a quatre jeux qui sont majeurs : Dota 2, League of Legends, Counter Strike GO et Overwatch
 
Le mot de la fin ?
 

Remerciements à l’OL pour la confiance et aux fans pour leur soutien et l’engouement pour l’eSport.

 

Laisser un commentaire