Simon Delestre, ce qui ne tue pas rend plus fort !


Nous avons rencontré Simon Delestre, champion français d’équitation, qui revient sur son traumatisme de Rio et sur ses belles performances avec son cheval qui a retrouvé son niveau.

Simon, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Simon Delestre, et je suis cavalier de saut d’obstacles depuis de nombreuses années. J’ai été médaillé aux championnats du Monde et d’Europe et j’ai aussi été numéro 1 mondial. Plus récemment j’ai remporté le Grand Prix Coupe du Monde de Lyon.

Plus d’un an après, quel regard portez-vous sur votre mésaventure de Rio ?

Comme on dit toujours ce qui ne tue pas, rend plus fort ! Après cela restera toute ma vie un drame que j’ai très mal vécu ! Avoir une blessure sportive, on peut et on doit l’accepter quand on est sportif mais ne pas participer à ces Jeux Olympiques, je ne l’avais jamais imaginé. Je resterai toujours frustré de cela, car à Rio, j’étais avec Ryan, un des meilleurs chevaux du monde et j’étais aussi dans une très bonne forme et une très bonne passe.

La deuxième chose qu’il a fallu accepter, c’est d’attendre que votre cheval, Ryan, retrouve son niveau ?

En plus de ne pas avoir participé à la compétition, j’ai dû attendre 8 mois que mon cheval puisse de nouveau sauter, et un an pour qu’il retrouve vraiment son niveau. Il est revenu à 100% seulement en août 2017. Mais le principal aujourd’hui, c’est qu’il soit revenu à son niveau car sur le moment, on ne sait jamais comment une blessure va se remettre.

Vous avez réalisé un très beau week-end à Vérone, deux victoires plus une belle 6ème place dans le Grand Prix, pouvez-vous nous raconter votre week-end ?

Vérone c’est un super concours avec quasiment tous les meilleurs cavaliers avec les meilleurs chevaux. En plus, c’est un concours qui me réussit vraiment bien car j’ai gagné le Grand Prix avec Ryan il y a deux ans. L’année dernière, j’ai pris la 2ème place avec Chesall. Cette année, Ryan a fini 6ème du Grand Prix le dimanche et Chesall a remporté le Grand Prix de la ville la veille.

Et ensuite, vous avez remporté le Grand Prix à Lyon. Quels sentiments dominent après une victoire en France, après tout ce que vous et votre cheval avez vécu ?

Le concours de Lyon est l’un des plus beaux concours indoor du circuit et pour les Français, c’est encore autre chose car la compétition se déroule devant notre public. Pour moi, cela a été un peu spécial car c’est la première victoire de Ryan depuis sa blessure, même s’il avait fait des deuxièmes places, il n’avait pas encore gagné depuis Rio. C’était vraiment un sentiment d’accomplissement et de retour sur le devant de la scène pour Ryan.

Quels sont les prochains objectifs ?

Personnellement, je vais faire tout le circuit Coupe du Monde, mais Ryan va faire uniquement deux concours en plus cette année. Pour la finale de la Coupe du Monde, ce sera évidemment un objectif, mais pas avec Ryan car c’est compliqué pour un cheval de faire deux grands championnats dans la même année. Je n’ai pas encore déterminé avec quel cheval je ferai cette compétition, je choisirai en fonction de la forme du moment. Et ensuite l’objectif de Ryan, ce sont les championnats du Monde qui auront lieu au mois de septembre 2018.

Est-ce que les JO de Tokyo 2020 sont déjà dans un coin de votre tête ?

C’est dans un coin de ma tête, mais il est déjà compliqué de se projeter pour la finale de la Coupe du Monde dans quelques mois alors Tokyo… C’est un objectif en tant que sportif, mais on a aucune idée avec quel cheval ce sera ! Dans la logique des choses, Ryan pourra faire cette olympiade mais les choses vont tellement vite comme cela m’est déjà arrivé, on ne peut pas savoir si longtemps à l’avance.

Paris 2024, cela représente quoi pour vous ?

C’est exceptionnel et formidable ! Je ferai tout ce qui est possible de mon côté pour être en compétition à Paris en 2024 ! J’ai vraiment envie de pouvoir y participer !

Nicolas Jacquemard

Laisser un commentaire