Sport au féminin #10 : Irina Ramialison régale, focus sur « Casser le moule » de Séverine Tamborero


Après huit premiers épisodes sur Sport-Inside, la chronique l’émission de radio Sport au féminin  a pris ses quartiers sur Dicodusport ! Au menu cette semaine, la révélation Irina Ramialison, un point sur les championnats de France de Water-polo et de Hockey sur gazon et un focus sur le libre « Casser le moule », de Séverine Tamborero.

LA SPORTIVE DE LA SEMAINE : Irina Ramialison enflamme Héraklion !

Dimanche, Irina Ramialison a remporté le tournoi ITF de Héraklion (15K) et gagne, cette semaine, trois places au classement WTA (705ème). Après une longue période sans atteindre le carré final d’un tournoi, la native de Rennes a retrouvé la magie de la terre battue grecque, s’imposant au 1er tour face à la jeune Roumaine Andreea Rosca (4/6, 7/5, 6/4), puis, deux jours plus tard, au 2ème tour, la n°1 moldave Alexandra Perper (549ème mondiale au moment du match) en 2 sets (6/3, 7/5).

En quart de finale, face à la tête de série n°5 du tournoi, la Suissesse Lisa Sabino, le match durera 2 heures. 3 sets (3/6, 6/4, 6/1) et Irina Ramialison atteint le dernier carré du tournoi. Place à la demi-finale face à la tête de série n°1, l’Allemande Laura Schaeder. Irina Ramialison a déjà 5h51 dans la raquette, Laura Schaeder n’a pas encore atteint les 4h de jeu. Ce match marathon (2h13) va montrer qu’Irina ne craint pas les 336 places de différence au classement WTA et la fatigue. Remportant le 1er set 6/3, Irina se fait surprendre dans le 2ème set (6/4). Irina attaque encore et remporte le 3ème set (6/4). La porte de la finale est ouverte.

Une finale, ça se gagne. Irina le sait. Sa dernière finale s’est clôturée sur une victoire (au tournoi de Denain, dans le Nord, le 3 juillet 2016, face à l’argentine Nadia Podoroska [6/3, 5/7, 6/4]). Irina affronte, ce 12 novembre, la jeune suissesse de 18 ans, Ylena In-Albon, tête de série n°8. Les heures accumulées par Irina (8h08 de jeu) aurait pu jouer en sa défaveur. Que nenni : 1h09 et 2 sets plus tard, Irina Ramialison remportait son 1er titre de la saison, son 10ème sur le circuit international.

LES CHAMPIONNATS EN BREF

#Hockey sur Gazon

Une 10ème journée sans grande surprise, le leader Lille Métropole HC, vainqueur (2-1) de Cambrai HC, conserve la tête du classement. Derrière, toutes victorieuses, Douai, le Stade Français et Saint-Germain se tiennent en 3 points. Douai et le FC Lyon ont, d’ailleurs, offert une rencontre riche en buts (6-3). La Rhodanienne Yohanna Lhopital, auteure d’un triplé, devient la 2ème meilleure buteuse avec 8 buts, derrière la capitaine stadiste Philippine Berly (9 buts en 10 matchs).

La semaine prochaine, place à la dernière journée de l’année 2017 avant la trêve hivernale. Et tout peut encore changer, sauf pour Lille, leader avec 6 points d’avance, et le FC Lyon, lanterne rouge avec 4 points de retard sur le LUC Ronchin. Et pour cause, Douai, vice-championne de France, se déplacera sur le terrain du Stade Français, 3ème au classement avec, du côté de Lambersart, l’Iris Hockey qui recevra les Saint-Germanoises étonnantes en début de saison. De surcroît, le 26 novembre, le match en retard de la 5ème journée de championnat où Cambrai HC accueillera Saint-Germain HC peut encore faire évoluer le classement.

#Waterpolo

Le changement par rapport à la saison dernière a vu les désormais 8 équipes s’affronter, selon leur groupe, sur deux lieux différents (Lille et Bordeaux) et disputer 3 matchs en 24 heures.

Si les favorites du championnat sont bien entrée en matière dans ce premier weekend de brassage, on a déjà eu droit à un choc entre l’Union Saint-Bruno Bordeaux et l’Olympic Nice Natation (victoire, sur le fil, des Azuréennes [10 à 9]). Du côté des promues Choisy-le-Roi Waterpolo, le Grand Nancy Aquatique Club, Angers Natation et l’ASPTT Limoges qui découvraient la Pro A, ont, déjà, connu leurs premières victoires à l’image des Choisyennes ou encore des Nancéennes. En tête de classement, à la différence de buts, c’est le LUC Natation (+56), meilleure attaque et meilleure défense du weekend, qui est en tête devant l’Olympic Nice Natation. L’USB Bordeaux, vice-championne de France 2017, est 3ème.

En attendant le prochain weekend de brassage, à Nice et à Saint-Jean-d’Angély (Charente-Maritime), les 9 et 10 décembre prochain, « il est temps de faire place au repos et à la récupération »

CHUT, ON LIT !

L’auteur, Séverine Tamborero, ancienne joueuse professionnelle de tennis, entraîneur haute performance, directrice du programme national canadien de tennis fauteuil, coache aux Jeux Paralympiques (de 2000 à 2008) et conférencière, un livre très intéressant pour l’ouverture d’esprit, l’inclusion et l’éducation de la société d’aujourd’hui : Casser le moule aux éditions Québec Amérique.

« Comment se fait-il que l’intérêt des jeunes filles pour le sport décline tant avec l’âge, au contraire de celui des garçons? Pourquoi si peu de femmes, comparativement aux hommes, entraînent-elles des athlètes de haut niveau? Quel traitement médiatique réserve-t-on aux athlètes féminines, qu’on épargne d’ordinaire à leurs homologues masculins? La pratique sportive se veut, jusqu’à un certain point, le reflet de la société où elle se déroule. Elle nous offre des modèles positifs, des repères et des valeurs. Toutefois, le témoignage de ce livre lève le voile sur des pratiques et des notions encore trop largement répandues dans le milieu sportif : l’embauche systématique d’hommes à des postes de direction, la suprématie de la pédagogie masculine en entraînement et la méconnaissance de l’anatomie féminine lors de l’élaboration de programmes, sans parler du choix des disciplines sportives pour un enfant, choix qui met souvent filles et garçons en opposition. « Parce que ç’a toujours été comme ça! » Cette phrase ne vient-elle pas trop souvent justifier l’injustifiable? Il est temps de repenser le sport sans préjugé… »

Vous voulez la rencontrer ? Aucun souci, elle sera, le weekend prochain, les 18 et 19 novembre 2017, au salon du Livre de Montréal (Québec, Canada).

Chronique écrite par Déborah Sarfati et Jérôme Decourcelles, de Sport au féminin

Laisser un commentaire