Bleu, Blanc, Rouge #8 : Tony Estanguet, taille patron


Votre blog dicodusport.fr revient pour vous sur un moment de légende réalisé par un sportif français. Episode 8, cette semaine, Le céiste Tony Estanguet remporte un troisième titre de champion olympique, à Londres, en 2012.  

Né le 6 mai 1978, Tony Estanguet est un céiste, spécialisé dans le canoë monoplace slalom, appelé C1. Issu d’une famille de kayakistes, avec un père triple vice champion de France et surtout un ainé médaillé de bronze olympique en 1996 à Atlanta, aux Etats-Unis, le jeune Tony a toujours baigné dans les bassins tumultueux. La génération qui le précède ne l’effraie pas, pourtant, tout le monde ne peut pas prendre part aux Jeux Olympiques. la sélection est rude et pour obtenir son ticket pour les JO de Sydney en 2000, la seconde place est chère, très chère. Emmanuel Brugvin, champion du monde en titre est qualifié d’office. Tony doit se battre sur les bassins, à la régulière, face à son propre grand frère, médaillé 4 ans plus tôt, pour y participer. le duel a lieu à Foix en Ariège et après 3 manches de haut vol où les deux ne réalisent aucune erreur il empêche son frangin de défendre ses chances en Australie. A partir de ce moment là la pression sur lui devient folle. Mais c’est mal le connaitre de penser qu’il peut s’écrouler. Champion d’Europe, quelques mois avant les jeux, Tony Estanguet ne cède pas devant le poids de ce fardeau qu’il porte sur ses épaules. Il remporte le titre olympique, devançant le champion olympique d’Atlanta, le jeune slovaque Michal Martikan, qui dès lors devient son plus grand rival. une olympiade plus tard, les deux monstres de la discipline se donnent rendez-vous à Athènes pour en découdre. Le duel est magnifique, les deux hommes sont au sommet de leur glisse. Après de longues minutes d’incertitude, Martikan se voit infligé une pénalité de 2 secondes pour avoir touché très légèrement une porte. Tony Estanguet est double champion olympique pour 12 centièmes de secondes. Incroyable dénouement.  

Désormais, Il est bien plus qu’un simple athlète. il s’engage pour ses pairs au sein du comité olympique français, il défend la candidature de Paris 2012. En 2008, il est le porte drapeau de la délégation française à Pekin. Eliminé avant la finale, Tony termine 9ème de la compétition et ne réalise pas un triplé qui aurait été historique dans le sport olympique français. Martikan s’impose et égalise a 2 partout dans le match à la médaille d’or. La déception est relative, Tony a des projets plein la tête, il veut aider son pays. Londres a finalement obtenu l’organisation des jeux en 2012 et l’idée de terminer sa carrière sur un 3ème titre olympique, alors qu’il avait rêvé de le faire à domicile, le motive. Outre Manche il réalise l’impossible. Tony Estanguet est un géant, il est le 1er athlète français triple champion olympique dans une seule catégorie. Là encore, la qualification ne s’est pas faite aisément. Champion du monde en 2011 et numéro 1 mondial Denis Gargaud-Chanut ne pouvait défendre ses chances, barrées par l’épouvantail Estanguet. La carrière définitivement stoppée, la suite n’en est pas moins radieuse. L’image du céiste n’est plus à faire et son influence est grandissante. Il devient membre du comité international olympique en 2013, vice président de la commission des athlètes pour le CIO en 2016 et même co-président du comité de candidature de Paris 2024.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *