Nous suivre

Histoire

14 juin 2007 : Tony Parker sacré MVP des Finals NBA

Sophie Clapier

Publié

le

14 juin 2007 : Tony Parker sacré MVP des Finals NBA
Photo Icon Sport

BASKET-BALL – Un mois auparavant, Dirk Nowitzki devenait le premier Européen à remporter le titre de MVP de la saison régulière NBA. En ce 14 juin 2007, c’est Tony Parker qui entre dans l’histoire en devenant le premier joueur du Vieux Continent à être sacré MVP des Finals.

Ça s’est passé le 14 juin 2007

Au terme de quatre rencontres parfaitement maîtrisées par les Spurs, le sweep est inévitable pour Cleveland. A domicile, les Cavaliers perdent une nouvelle fois et laissent filer le titre de champion NBA. Et à l’instar de Tim Duncan en 2003 et 2005, Tony Parker a porté son équipe sur la totalité de la série. 27 points pour le premier match, 30 lors du second, le meneur tricolore n’a pas chômé. Malgré les 25 unités du jeune LeBron James au retour à la Quicken Loans Arena -aujourd’hui Rocket Mortgage FieldHouse- et les 17 « seulement » du Français, la formation de Gregg Popovich s’impose de nouveau lors du Game 3.

3-0, l’ultime rencontre se joue alors à un petit point. Un petit point qui envoie la franchise texane et un Tricolore de 25 ans au sommet du basket-ball américain. Avec une moyenne de 24,5 points, 5 rebonds et plus de 3 passes, Tony Parker cumule également des stats impressionnantes à 56% au tir, 57% à trois points. Avec ce troisième titre de champion et ce premier de MVP des Finals, le Français pose ainsi son nom parmi les plus grands de ce sport.

Info : Encore une première pour T.P. En effet, en 2002, il devenait le premier Français appelé pour le Rookie Challenge. L’année suivante, il était sacré champion NBA, quelque chose qu’aucun Tricolore n’avait non plus réalisé. 2006, première sélection All-Star pour lui, encore du jamais vu du côté de l’Hexagone.


Journaliste/rédactrice depuis janvier 2016 - Passionnée de sport depuis toujours, j’en ai pratiqué quelques-uns. Judo, football, handball ou encore tennis, je n’ai jamais pu me mettre d’accord sur un en particulier. Mais ça, c’était avant de découvrir le basket, devenu mon sport de prédilection. Les actions NBA, le All-Star Week-end, la fureur des Game 7 pendant les playoffs ou mieux, lors des Finals, this is why we play. Team Spurs T.P, je m’accroche encore à Gregg Popovich (don’t leave !). Team chef Curry, je souhaite qu’il finisse aux Warriors (staaaay !). Non, il n’y a pas qu’eux, des petits nouveaux -et des petites nouvelles évidemment- arrivent chaque jour dans toutes les disciplines et créent de nouveaux exploits. Alors pour les grands événements et compétitions internationales, vive les pulsations 240/minutes et le défibrillateur pas loin, et allez les Bleu(e)s ! C’est sûr, j’aurai plus vu ma vie sur un terrain de sport, mais à défaut d’en faire en haut niveau, partageons-le.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Toute l'actualité des Jeux Olympiques de Tokyo 2020

Fil Info

Actus à la une