Nous suivre

Athlétisme

Athlétisme Mondiaux en salle : Samba-Mayela, Charlton, Duplantis, le résumé de la soirée du 3 mars

Etienne Goursaud

Publié le

Athlétisme Mondiaux en salle : Samba-Mayela, Charlton, Duplantis, le résumé de la soirée du 3 mars
Photo Icon Sport

CHAMPIONNATS DU MONDE EN SALLE D’ATHLÉTISME – Cyréna Samba-Mayela offre la seconde médaille aux Bleus, avec l’argent sur 60 m haies. Dans une soirée marquée par le record du monde de Devynne Charlton dans la même course. Et un Armand Duplantis champion du monde, en se faisant peur dans le concours.

Cyréna Samba-Mayela encore médaillée mondiale

Cyréna Samba-Mayela pourra repartir de Glasgow avec beaucoup de certitudes et une médaille d’argent. Certes, elle perd son titre. Mais face à Devynne Charton et ses 7.65, nouveau record du monde, la Française n’a pas eu à rougir avec un 7.74, plus rapide de quatre centièmes que lors de son titre en 2022. Elle était meilleure, mais il y avait encore meilleur ce soir. Tandis que Pia Skrzyszowska prend le bronze en 7.79.

Cyréna Samba-Mayela avait remporté sa demi-finale en explosant son record de France de cinq centièmes. Elle a survolée sa course en 7.73, avec une grande impression de facilité. On attend de la Française qui s’entraine aux USA, la confirmation cet été !

Devynne Charton avait déjà montré les muscles en demi-finale, avec un chrono assourdissant de 7.72. Pia Skrzyszowska avait quant à elle égalé son record personnel en 7.78. Et Solenn Compper n’avait pas passé le cap des demies, avec un chrono de 8.04

Benjamin Robert disqualifié du 800 m, Noélie Yarigo sur la boîte

Il a manqué un peu de jus dans sa finale, malgré un gros premier tour. Mais Benjamin Robert a coincé par la suite. Pour d’abord finir 5e de la course. Avant de se faire disqualifier pour un appui à l’intérieur de la piste. Cela entache sa toute première finale mondiale. Dominée par Bryce Hoppel, l’Américain qui réalise 1:44.92, en dominant le Suédois Andreas Kramer en 1:45.27 et Eliott Crestan qui parachève le triomphe Belge (lire plus bas) en 1:45.32.

La France aura une presque médaille sur le 800 m, car Noélie Yarigo, 3e de la course, est franco-béninoise, mais va surtout apporter beaucoup de bonheur à son pays. Avec une fin de course solide. Une course qui a accouché d’une surprise, car à domicile, Jemma Reekie a été battue par Tsige Duguma.

Agathe Guillemot 7e du 1500 m, Freweyni Hailu s’impose

Pour sa première finale mondiale, Agathe Guillemot a été à la hauteur de cet évènement. Elle prend une belle 7e place avec un chrono de 4:04.94, toute proche de son record de France, à trois dixièmes. Elle confirme son gros cap franchi ! Freweyni Hailu domine la course en 4:01.46, devant Nikki Hiltz et Emily Mackay, qui battent toutes deux leur record personnel en 4:02.32 et 4:02.69. La Française a confié :

Je suis satisfaite vraiment. Je n’ai pas déjoué les pronostics mais c’était vraiment une finale avec de la tension. Entre les filles ça a vraiment frotté pendant 1500 m et je suis très contente de réussir à faire quasiment mon meilleur chrono dans des conditions où mon corps pourrait être crispé. Pour ma 2e saison internationale sur le 1500 m c’est quand même beau. Je pouvais faire mieux mais aujourd’hui je vais être satisfaite de ça et en profiter parce que cette saison tout m’a souri. L’athlé c’est pas toujours aussi simple, j’ai une pensée pour Margot qui s’est fait mal hier.

J’aimerais réaliser les minimas olympiques assez rapidement dans la saison. Là-dessus je suis en hyper confiance mais il faut quand même réussir à trouver la bonne course.

Chez les hommes, Geordie Beamish a fait parler la « giclette » pour dominer tout le monde dans la dernière ligne droite. Une remontée des abysses pour être champion du monde. En 3:36.54, record personnel. 3e médaille pour la Nouvelle-Zélande. Il devance Cole Hocker qui fait 3:36.69, nouveau record personnel. Hobbs Kessler, son compatriote américain, est en bronze, en 3:36.72

Armand Duplantis sacré, Thibaut Collet 6e

Est-ce qu’on peut encore apprendre quand on s’appelle Armand Duplantis ? Sans doute. Car le Suédois a connu un concours plus compliqué que ce que laissent penser ses 6.05 m. Il a failli passer au travers dès 5.85 m, effacés à sa troisième tentative. Avant de passer 5.95 m à sa seconde tentative et 6.05 m de nouveau à son ultime tentative. Ses tentatives à 6.24 m, nouveau record du monde, étaient probantes. Il devance Sam Kendricks, qui a franchi 5.90 m et la surprise Emmanouil Karalis, qui a franchi 5.85 m. Thibaut Collet s’est arrêté à 5.65 m et sera « seulement » 6e de la finale. Le Français semblait émoussé mais rentre néanmoins de nouveau dans un top 6 mondial.

Tara Davis-Woodhall en or à la longueur

Tara Davis-Woodhall domine la finale de la longueur femmes. L’Américaine est la seule à avoir sauté au-delà des 7 mètres. Avec un bond à 7.07 m à sa 4e tentative. Elle bondira également à 7.03 m à son ultime tentative. C’est un doublé USA, car Monae’ Nichols prend la médaille d’argent en 6.85, tandis que le podium est complété par l’Espagnole Fatima Diame, qui est elle retombée à 6.78 m, son meilleur saut de l’hiver.

Bol et Doom doublent sur 4×400 m

La Belgique aura fait de grands championnats du monde, avec trois médailles d’or. Avec la victoire sur le 4×400 m hommes. Alexander Doom, dernier relayeur a remonté Christopher Bailey des USA, au terme d’une ligne droite similaire à sa finale. 3:02.54 pour la Belgique contre 3:02.60 pour les Américains. Alors que les Pays-Bas prennent la 3e place avec un nouveau record national en 3:04.25. Chez les femmes, la vainqueur du 400 m plat remporte aussi le relais avec son pays. Femke Bol et les Pays-Bas ont également dominé les USA en 3:25.07, record national contre 3:25.34, alors que la Grande-Bretagne, troisième, améliore encore son record national en 3:26.36.

Simon Ehammer a tremblé !

Au terme d’un 1000 m de folie, Sander Skotheim a failli effacer son retard sur Simon Ehammer. En pulvérisant son record au 1000 m avec 2:33.31. Mais le Suisse a réussi à sauver les meubles pour 11 points. Tous les deux battent leur record national, avec 6418 points et 6407 points. Preuve du niveau de cet heptathlon. Johannes Erm devient le 3e le plus haut de l’histoire des championnats du monde, avec un nouveau record à 6340 points. Makenson Gletty prend une bellle 5e place, avec 6187 points. A une soixantaine de points de son record personnel. Pour une première à ce niveau, cela reste probant.

Journaliste et amoureux de sport. Ancien footballeur reconverti athlète quand ses muscles le laissent tranquille. Elevé à la sauce des exploits de Thomas Voeckler en 2004, du dernier essai de légende de Eunice Barber à la longueur lors des championnats du monde d'athlétisme de 2003 mais aussi Zidane, Omeyer et Titou Lamaison.

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *