Nous suivre

Basket-ball

Basket Coupe de France : Quatrième sacre pour l’Elan Béarnais Pau-Lacq-Orthez

Publié le

Basket Coupe de France Quatrième sacre pour l'Elan Béarnais Pau-Lacq-Orthez
Photo AnnDee Lamour / FFBB

COUPE DE FRANCE DE BASKETBALL – En tête durant quasiment toute la partie, Pau-Lacq-Orthez a dominé Strasbourg en finale (95-86). L’Élan Béarnais remporte la quatrième Coupe de France de son histoire, et réaffirme son statut de club historique du basket français.

L’affaire s’annonçait serrée pour savoir qui allait succéder à l’ASVEL, double tenante du titre. Lauréate pour la dernière fois en 2018, la SIG Strasbourg a manqué récemment l’occasion d’accéder au Final Four de la Ligue des Champions, et voyait en cette finale une belle occasion de garnir son palmarès. En face se tenaient des Palois triples vainqueurs de la Coupe de France, mais dont le dernier succès en finale remontait à 2007. De plus, les Béarnais restaient sur trois défaites consécutives en Betclic Élite. Chaque équipe s’étant imposée à domicile en championnat cette saison, la belle s’annonçait des plus disputées.

Pau plus efficace

Après une finale féminine d’une qualité incroyable, l’ambiance n’était pas redescendue au coup d’envoi. C’est Vitalis Chikoko  qui inscrit les 4 premiers points du match pour Pau-Lacq-Orthez. Les Strasbourgeois tentent eux de faire mal à leur adversaire derrière l’arc, avec succès. Matt Mitchell est notamment très actif des deux côtés du terrain, mais en face, Gregor Hrovat et Dominique Archie ne sont pas en reste et font le premier écart (15-9). Strasbourg tente de remonter, mais Pau est plus efficace et vire en tête en fin de premier quart (26-20), alors même qu’on n’a quasiment pas vu le meilleur marqueur de Betclic Élite, Brandon Jefferson.

Pau-Lacq-Orthez ne faiblit pas en début de second quart, avec un Vitalis Chikoko royal dans la raquette. Mais les Béarnais perdent trop de ballons, ce qui laisse Strasbourg dans le match. Cependant, l’adresse chute fortement des deux côtés, et les fautes se multiplient. Mais c’est Justin Bibbins qui réveille la salle d’un tir longue distance pour donner 8 points d’avance à Pau (39-31). Strasbourg réagit en envoyant Ike Udanoh pilonner la raquette paloise. Cependant, cela s’avère insuffisant pour stopper l’ascension des Palois, qui rentrent aux vestiaires nantis d’un matelas de sécurité (mi-temps : 46-39).

Un quatrième quart-temps d’école

On imagine que Lassi Tuovi a dû souffler dans les bronches de ses joueurs dans les vestiaires, puisque ceux-ci collent un 5-0 d’entrée à Pau. Giovan Oniangue et Justin Bibbins mènent alors la charge pour redonner de l’air aux Béarnais. Mais les Strasbourgeois ont du répondant, notamment Jordan Howard qui ramène les siens, puis leur donne l’avantage avec trois tirs longue distance consécutifs ! C’est Hamady N’Diaye qui donne le change côté palois, mais Ike Udanoh vient enflammer Bercy grâce à deux énormes putbacks. Pau-Lacq-Orthez conserve la tête en fin de troisième quart (70-69), mais l’issue du match demeure extrêmement incertaine.

Pau prend les devants en infligeant un 5-0 à Strasbourg d’entrée. Une nouvelle fois, Jordan Howard ramène les siens à une longueur. Eric Bartecheky tente de trouver des solutions pour maintenir ses hommes en tête, alors que la tension est palpable sur le terrain. Ce sont les défenses qui prennent le pas dans ces dernières minutes, jusqu’à un énorme 3 points de Jérémy Leloup qui donne six point d’avance aux Palois (80-74). Hamady N’Diaye règne dans la raquette, et Brandon Jefferson sort enfin de sa boîte. Les Palois viennent de passer un 10-0 à leur adversaire, et donc de faire tourner le match. Strasbourg ne reviendra plus, et Pau-Lacq-Orthez remporte sa quatrième Coupe de France, la première depuis 2007 !


John Stockton, Gianni Bugno, Zinedine Zidane, Steffi Graf, Frode Andresen, Stéphane Stoecklin, Davis Kamoga, Primoz Peterka, Werner Schlager et Aurélien Rougerie. Point commun entre ces sportifs? Ils m'ont fait rêver et ont bercé mon adolescence. Je suis un fondu de sports et j'essaie de retranscrire ma passion à travers mes articles. Originaire du Périgord, ma passion pour les Girondins, les Jaunards et les Jazzmen transpire dans mes écrits.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une