Nous suivre

Betclic Élite 2023-2024

Betclic Élite (J6) : Monaco s’impose largement à domicile face à l’ASVEL

Paul Lalevee

Publié le

Betclic Élite (J6) Monaco s'impose largement à domicile face à l'ASVEL
Photo Icon Sport

BETCLIC ÉLITE 2023/24 – Dans cet affrontement de Betclic Elite, Monaco recevait l’ASVEL à domicile. Après une première mi-temps disputée, Monaco a pris la mesure de son adversaire. Mike James et les siens s’imposent 89-71.

Choc au sommet de la Betclic Élite entre l’AS Monaco Basket et l’ASVEL ce mardi pour ce match en retard de la 18e journée. Restant sur sept défaites consécutives face à son rival monégasque, l’équipe rhodanienne était en Principauté pour faire un coup. En espérant profiter d’une équipe monégasque défaite par la JL Bourg, il y a quelques jours. 

Une première mi-temps disputée 

Monaco souffre en début de premier quart temps. Mike James et les siens n’inscrivent pas le moindre point dans les deux premières minutes. L’équipe de Pierric Poupet était presque au complet. Joffrey Lauvergne et Timothé Luwawu-Cabarrot revenus dimanche, il ne manquait que Nando De Colo. Le meneur international devrait lui revenir ce dimanche contre Bourg-en-Bresse. Un retour dans l’optique de la Leaders Cup.

Alors que l’ASVEL mène 13-7 au bout de 5:30, Monaco revient dans les dernières secondes du premier quart temps. Au coup de sifflet, le score est de 21-21. Les deux équipes ont été efficaces au tir à 3 points (plus de 40% pour chacune des équipes). Comme souvent, Mike James est le principal scoreur côté monégasque. Cet affrontement entre les deux équipes est très disputé. Les formations sont solides défensivement comme offensivement. Même en l’absence de Mike James, Monaco produit un joli basket. Le 3 points inscrit par Petr Cornelie sur un service d‘Alpha Diallo au milieu du deuxième quart temps en est le parfait exemple.

C’est à cet instant que Monaco prend la main sur le match. Pierric Poupet décide donc d’installer ses deux intérieurs côte à côte, avec Joffrey Lauvergne et Youssoupha Fall. Ainsi, l’ASVEL reste proche au score, notamment grâce à Paris Lee (9 points). Et l’équipe de Tony Parker finit même cette première mi-temps en tête, avec deux points d’avance (34-32).

Monaco prend le large en deuxième mi-temps

Le duel entre Edwin Jackson et Mike James enflamme le début de deuxième mi-temps. Se répondant au tir, les deux extérieurs tentent chacun leur tour d’entrer dans la tête de l’autre. Et à ce petit jeu, l’ancien meneur des Brooklyn Nets régale. Il inscrit 5 points dans les 90 premières secondes du troisième quart temps, soit autant qu’en première mi-temps. Mike James permet alors à Monaco de prendre le large au score. Et cela malgré un Edwin Jackson qui défend sur son adversaire du soir et qui inscrit des paniers importants de l’autre côté du terrain. Sur une contre-attaque conclue par Donatas Motiejunas après une passe dans le dos d’Élie Okobo, Monaco mène de 7 points (48-41, 4,29min).

Provoquant de nombreuses fautes, notamment deux sur Joffrey Lauvergne en fin de troisième quart, Monaco augmente son avantage au score à dix minutes du terme du match (61-46), avec un énorme tir de Matthew Strazel au buzzer. Face à son ancienne équipe, le meneur de 21 ans fait mal aux défenseurs lyonnais (29 à 12 dans le troisième quart temps). Tout comme Élie Okobo, auteur de 10 points sur l’ensemble de la partie. 

L’ASVEL ne s’en relèvera pas. Le coach lyonnais écope même d’une faute technique à six minutes de la fin du match. Malgré un Paris Lee profitant de sa vitesse, l’ASVEL enchaîne les pertes de balle (21 au total). De quoi donner trop d’opportunités aux Monégasques. Mike James conclut le match avec 17 points, quatre rebonds et cinq passes. Un match complet à trois jours d’un déplacement en EuroLigue contre Bologne. En totale confiance, les hommes de Sasa Obradovic gèrent leur avance. Ils remportent leur 20e match sur 22 disputés en Betclic Élite. L’ASVEL, deuxième, est à quatre victoires. Les deux équipes se retrouveront la semaine prochaine en Coupe de France. 

La bulle Disney pendant le Covid, le Tour 2019, la Coupe du monde 2018. Ces trois événements majeurs sont ancrés dans ma tête de fan de sport, négativement ou positivement. Passionné de sport depuis l'enfance, j'ai décidé de mettre ma passion de l'écriture au service de cette première passion.

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *