Nous suivre

Betclic Élite 2023-2024

Betclic Élite : Les Metropolitans 92 vivent très mal l’après-Wembanyama

Tom Compayrot

Publié le

Photo Icon Sport

BETCLIC ÉLITE 2023/24 – C’est l’équipe la plus mal en point du championnat français. Les Metropolitans 92, finalistes l’année dernière avec le MVP Victor Wembanyama, n’arrivent pas à rebondir après le départ de ce dernier, ainsi que du coach Vincent Collet. Ils ont connu hier contre Blois leur 8ème défaite en autant de matchs.

Les Metropolitans 92 de Boulogne-Levallois connaissent une descente aux enfers vertigineuse. Alors qu’ils disputaient la finale du championnat il y a encore quatre mois contre Monaco, les Mets figurent aujourd’hui en dernière position du classement, avec un terrible bilan de zéro victoire pour huit défaites. Ce qui ne s’est jamais vu dans l’histoire. Ils sont l’une des deux équipes à n’avoir toujours pas remporté de match avec Gravelines-Dunkerque, eux aussi en état d’urgence.

Bien sûr, la restructuration totale de l’effectif est la cause majeure de ce début de saison raté. Ainsi que le départ des deux pièces les plus importantes, Victor Wembanyama et Vincent Collet. Le premier a été drafté en NBA, tandis que le second n’a pas le droit de coacher d’équipe en cette année pré-olympique. De manière générale, le club de banlieue parisienne a connu un été extrêmement mouvementé.

Catastrophe financière échappée de peu cet été

Le 15 juin dernier, les Metropolitans 92 rendaient les armes avec honneur face à Monaco en finale de Betclic Élite. Mais dans le même temps, de grandes questions se posaient quant à la santé financière du club. Une enquête du Parisien expliquait notamment qu’il « manquait 2 millions d’euros » dans les finances du club, afin d’atteindre le budget 2023/24 présenté aux instances de la ligue. Ce malgré les recettes exceptionnelles apportées par le phénomène Victor Wembanyama : billets, merchandising, diffusion des matchs… Début juillet, toujours aucun joueur n’avait été recruté, laissant Lahaou Konaté seul sous contrat. Des rumeurs d’une cessation d’activité ont alors tourné. En cause, des désaccords internes et un désintéressement de la part de la mairie de Boulogne-Billancourt, selon une enquête de BeBasket.

Cette situation intenable a duré plusieurs semaines. Jusqu’à ce que tout se débloque à la fin du mois de juillet, après une pression de la part de la ligue. Le projet des Metropolitans 92 s’est alors relancé sur un recrutement express et bancal. Les premières recrues ont été signées ainsi qu’un nouveau coach : Laurent Foirest, adjoint de Vincent Collet en équipe de France. L’équipe a radicalement changé par rapport à celle qui a terminé vice-championne. Sur les 13 joueurs qui composent l’effectif aujourd’hui, 12 sont arrivés cet été. Des immenses changements d’effectif ne mettant pas le club dans les meilleures conditions pour cette saison de l’après Wembanyama-Collet.

Début de saison catastrophique

Parmi les recrues tardives, quelques gros noms comme Jordan Theodore, Dee Bost ou encore Axel Toupane. De quoi largement assurer le maintien sur le papier. Pourtant, rien ne fonctionne dans cet effectif qui est aujourd’hui la pire attaque de Betclic Élite (seulement 72 points par match), et la deuxième pire défense (89 points encaissés par match). Aucun joueur ne se démarque vraiment, ces derniers restant englués dans la médiocrité. Les Metropolitans sont aujourd’hui bons derniers du classement, avec déjà au palmarès une défaite de 40 points contre Dijon et une autre de 34 contre Limoges. La dernière en date, hier contre Blois (81-87 à domicile), est déjà celle de trop.

Dans une interview au Quotidien du Sport, le coach Laurent Foirest a tenté de trouver des explications à cette entame désastreuse : « On n’a pas eu beaucoup de temps de préparation avec un mélange d’anciens et de rookies. Le problème des rookies, c’est qu’ils arrivent avec des certitudes. Mais il faut leur donner une autre éducation, parce que le basket outre-Atlantique n’est pas du tout le même qu’en Europe. Les anciens ont eux envie de prouver qu’ils en ont encore sous le pied. » Difficile donc de monter une cohésion dans cet effectif si hétérogène.

Les Mets se retrouvent aujourd’hui dans une situation délicate. Avec huit défaites en autant de matchs, ils font déjà partie des candidats à la relégation. D’autant plus qu’il y aura trois relégués en Pro B cette saison, suite à la réforme initiée par la LNB pour passer la 1ère division à 16 équipes. La situation est urgente pour ce club qui n’a plus connu la deuxième division depuis 2009. Selon les informations du Parisien, Laurent Foirest serait d’ailleurs sur la sellette, quelques jours après avoir déjà été écarté du staff de l’Équipe de France. Un changement à ce niveau-là sera peut-être nécessaire pour donner un second souffle à l’équipe.

Journaliste/rédacteur depuis mars 2017 - Amoureux de la petite balle jaune et du gros ballon orange qui traîne sa carcasse sur Dicodusport depuis 2017. Rafael Nadal et LeBron James sont les meilleurs joueurs de l'histoire.

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *