Nous suivre

NBA 2022-2023

Bilan NBA 2023 : Les Denver Nuggets sont les nouveaux rois de la ligue

Sébastien Gente

Publié le

Bilan NBA 2023 Les Denver Nuggets sont les nouveaux rois de la ligue
Photo Icon Sport

SAISON NBA 2022-2023 – Cette série de bilans se termine nécessairement par le champion, et c’est aux Denver Nuggets que revient l’honneur. Portée par des leaders incroyables et des role players au diapason, la franchise du Colorado a écrit son histoire.

Ce qu’il faut retenir de la saison des Denver Nuggets

Voilà deux ans que Nikola Jokic se débattait tout seul en playoffs alors qu’il venait de rafler le MVP. Cette saison, tout le monde était sur pieds, et les Nuggets étaient contenders. Après avoir fini de compléter leur starting five en allant chercher Kentavious Caldwell-Pope à Washington, ils se sont lancés en saison régulière, et cela a été une vraie réussite. Le cinq de départ parfaitement équilibré a tourné comme une horloge, les Nuggets se sont installés en haut de l’Ouest pour ne jamais quitter la première place de la conférence.

Mais ce n’est pas tout de finir premier, ce n’est pas un gage de titre. Encore faut-il confirmer en playoffs. Et là, on va voir le visage qu’on attendait. Un premier tour maîtrisé face aux Wolves, avant d’aller défier les Suns new look. Nikola Jokic entre en scène, fait son numéro à Phoenix et Denver plie l’affaire en six manches, en démolissant les Suns pour conclure. Impressionnant, mais ce n’est rien à côté de la suite.


La finale de conférence va être une démonstration. Les Nuggets vont sweeper les Lakers en bonne et due forme. Une prestation remarquable, qui concrétise enfin le grand retour aux affaires de Jamal Murray. Le meneur canadien va également être prépondérant en finale, étant comme toujours le parfait complément d’un Jokic royal et MVP des Finals, emmenant derrière lui tout un groupe qui ne lâchera qu’un match au Heat. La saison est belle, la conclusion est splendide, Denver est champion NBA pour la première fois de son histoire !

Notre prévision en début de saison :  2e / Classement final : 1ers et champions NBA


Le MVP : Nikola Jokic

Qui d’autre que le Joker ? Dès le début de saison, une campagne antitriplé s’est mise en marche, car il était inconcevable que le Serbe remporte une troisième statuette consécutive comme Chamberlain, Russell et Bird. Campagne qui a fait son effet, mais le Serbe n’en a cure. Les trophées individuels ? Très peu pour lui. Seule la victoire compte.


Encore une saison en quasi triple double de moyenne, mais surtout une campagne de playoffs ahurissante. 30 points, 13.5 rebonds, 9.5 passes, une supériorité indéniable. Le Joker a rappelé à tout le monde qui était le meilleur joueur du monde. En guise de récompense, le titre, un trophée de MVP des Finales et la planète basket qui s’agenouille devant lui. Le tout dans la première saison après avoir signé une prolongation de contrat à plus de 50 millions l’année. Un investissement plus qu’amorti.

Le 6th man : Bruce Brown

Outre KCP, les Nuggets étaient allés chercher l’ancien Net pour étoffer leur banc après certains départs. Et à moins de 7 millions l’année, quelle aubaine. Brown a joué sa partition en régulière, mais en playoffs, il a été encore meilleur dans son rôle. Avec une rotation réduite, il a contribué dès son entrée sur le parquet, et sans jamais renier sa part de travail en défense. Il vient de renoncer à sa player option, et est en droit de demander un sacré paquet. Les Nuggets ne pourront sans doute pas le conserver, mais cette saison l’aura mis sur la carte.

Le DPOY : Aaron Gordon

Il est loin le double finaliste du Slam Dunk Contest. Poulet sans tête à Orlando, il a été ramené à Denver pour devenir le pendant de Nikola Jokic. Deux ans et demi après son arrivée, c’est une réussite totale. Parfait pour harceler les ailiers adverses, il a été envoyé en mission durant les playoffs, et avec un franc succès. Karl-Anthony Towns, Kevin Durant, LeBron James, Jimmy Butler, ils sont tous sortis sur les rotules en ayant diminué leur production. Le n°4 de draft a accepté son rôle, et l’équipe en sort grandie (et lui aussi).

La déception : Thomas Bryant

Les Nuggets s’étaient faufilés à la trade deadline pour rapatrier le pivot depuis LA, mais force est de constater que pour l’instant, c’est un échec. On imaginait en lui le back-up parfait pour suppléer Nikola Jokic sur une quinzaine de minutes. Malheureusement, en playoffs, c’est principalement le vieux DeAndre Jordan qui a tenu ce rôle, un comble. Il n’a pas joué en finale, et puisqu’il est agent libre, on ignore si les Nuggets vont prolonger l’expérience. Dommage, car il a déjà prouvé par moments son talent.

Quel avenir pour les Denver Nuggets ?

L’avenir ? Jokic, Murray, Porter Jr et Gordon sont tous là minimum jusqu’en 2025. L’avenir est plus que brillant. Ce groupe a atteint son potentiel (à moins que…) et pour une équipe telle que les Nuggets, on ne parlera que d’ajustements. Garder Bruce Brown sera un défi, car des équipes vont probablement proposer un gros chèque pour l’attirer.


Pour le reste, la franchise a récemment fait un échange pour aller chercher des picks de fin de premier tour, avec pourquoi pas un développement majeur comme celui de Christian Braun, drafté en 21e position en 2022, et déjà fondamental lors des finales. À voir la suite, mais une chose est sûre : les Nuggets seront des prétendants majeurs au back-to-back.

John Stockton, Gianni Bugno, Zinedine Zidane, Steffi Graf, Frode Andresen, Stéphane Stoecklin, Davis Kamoga, Primoz Peterka, Werner Schlager et Aurélien Rougerie. Point commun entre ces sportifs? Ils m'ont fait rêver et ont bercé mon adolescence. Je suis un fondu de sports et j'essaie de retranscrire ma passion à travers mes articles. Originaire du Périgord, ma passion pour les Girondins, les Jaunards et les Jazzmen transpire dans mes écrits.

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *