Nous suivre

Champions Cup 2023-2024

Champions Cup (8èmes de finale) : Le Stade Toulousain trop fort pour le Racing 92

Théo Alleaume

Publié le

Champions Cup (8èmes de finale) Le Stade Toulousain trop fort pour le Racing 92
Photo Icon Sport

CHAMPIONS CUP 2023-2024 – Privé de nombreux éléments dont Nolan Le Garrec, le Racing 92 jouait gros face au champion de France en titre. En face, Toulouse a assumé son statut de favori, disposant de Franciliens jamais dans leur match. Une victoire bonifiée qui assure une réception en 1/4 de finale pour les hommes d’Ugo Mola (31-7).

Deux équipes qui se connaissent par cœur, une charnière de luxe reconstituée et un vent des plus capricieux. Les conditions étaient réunies pour nous offrir un match de haut niveau.

Les Racingmen subissent les assauts toulousains

Dès l’entame de la rencontre, le vent pose déjà des problèmes aux deux formations, tout comme il en a posé aux Rochelais face aux Stormers (22-21). Il va falloir être malin et doser ses coups de pied.

Le paquet d’avants Toulousain ne tarde pas à se mettre en action. Suite à un ballon bien capté en touche par Richie Arnold, Peato Mauvaka n’a plus qu’à suivre son maul et à se coucher dans l’en-but (5-0, 6’). S’ils ne font pas immédiatement mouche, les Racingmen ne sont pas venus faire de la figuration pour autant et montrent de belles intentions, avec les premières incursions de Naituvi dans les 22 mètres locaux. Les visiteurs ont bien failli être récompensés, malgré le peu de ballons d’attaque dont ils disposent, mais Max Spring n’aplatit pas, la faute à un excellent retour défensif de Jack Willis.

Cependant, les hommes de Stuart Lancaster voient leur double champion du monde quitter le terrain, touché à la cheville droite. Les chocs sont rudes et les Franciliens sont les premiers à en pâtir. De l’autre côté, c’est Pierre-Louis Barassi qui sort à son tour, remplacé par Paul Costes.

On approche de la mi-temps et c’est le moment où les Toulousains décident d’accélérer. Après une belle course de Pita Ahki, le centre retrouve Mallia. Une rapide phase au sol et Kinghorn écarte sur l’aile droite. Lebel n’a plus qu’à finir (10-0, 34’).

Les Toulousains font exploser le Racing

Les locaux continuent de mettre la main sur le ballon en ce début de seconde période. La défense francilienne vacille, fragilisée par les impacts des avants occitans. Pas le choix pour les hommes en noir aujourd’hui, on fait rentrer du sang neuf en changeant toute la première ligne. On veut alors apporter de la densité physique du côté du Racing.

Blair Kinghorn, puni par le vent, continue de laisser des points en route alors que l’on approche de l’heure de jeu. Heureusement pour lui, ses partenaires ont plus de succès dans le jeu et sur une nouvelle accélération, Paul Costes vient récompenser son équipe, se mettant plus que jamais à l’abri d’un éventuel retour des franciliens (17-0, 57’).

Les visiteurs ne sont pas dans le rythme ou peinent à le trouver, commettent des fautes de main et ont le regard des mauvais jours. La défense cède de plus en plus et Pita Ahki vient planter le quatrième essai des rouges et noirs, bien servi sous les poteaux par son demi de mêlée (24-0, 68’).

Seule petite satisfaction de la rencontre, Eddy Ben Arous évite aux siens de repartir fanny d’Ernest-Wallon. Le talonneur plante le premier essai du Racing, en puissance, après un bon maul pénétrant à 5 mètres de la ligne occitane (24-7, 75’). Alors que le gong retentit, les Toulousains enfoncent un peu plus le clou avec le cinquième essai signé Alexandre Roumat, magnifiquement servi à hauteur par Thibaud Flament (31-5, score final). Toulouse recevra les Chiefs d’Exeter dimanche prochain (16h), en quarts de finale.

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *