Nous suivre

Escrime

Coupe du monde d’escrime : Les sabreuses et les épéistes en or par équipes

Sébastien Gente

Publié le

Coupe du monde d'escrime Les sabreuses et les épéistes en or par équipes
Photo Icon Sport

COUPE DU MONDE D’ESCRIME – Après la farandole de médailles hier en individuel, les Bleus se sont sublimés par équipes. Deux médailles d’or, plus deux de bronze, et le premier weekend de Coupe du monde se conclut en beauté. 

Après la reprise réussie hier en individuel, avec cinq médailles, c’était le jour des épreuves par équipes. Aux mêmes endroits, avec les mêmes escrimeurs, les cinq équipes de France engagées se sont qualifiées pour les demi-finales ! Mais contrairement aux épreuves individuelles, la médaille n’est pas assurée quand on rejoint le dernier carré. Ce qui laissait du suspense pour savoir si les cinq médailles étaient atteignables, comme hier, et surtout si l’or allait enfin arriver.

Doublé en or

À tout seigneur, tout honneur. L’épée masculine est montée sur la première marche du podium. Une équipe qui comporte le champion olympique et du monde, et n°1 mondial (Romain Cannone) et le champion d’Europe (Yannick Borel), accompagnés de fidèles lieutenants (Alexandre Bardenet et le revenant Daniel Jérent), une équipe qui est double championne du monde en titre, ne visait rien d’autre que la victoire. Mais l’affaire aurait pu se conclure plus tôt, si les Bleus n’avaient pas gardé leurs nerfs pour l’emporter 45-44 contre la Hongrie en demi-finales. Le coup est passé près, mais les Bleus ont fait preuve de maîtrise en finale contre la Corée du Sud (45-41), et commencent parfaitement leur saison.

Tout comme les sabreuses. Championnes d’Europe et vice-championnes du monde, elles entament leur saison comme elles ont fini la dernière. Elles n’avaient beau être que trois, Sara Balzer, Caroline Quéroli et Margaux Rifkiss ont tenu le choc, car elles n’ont eu aucun match facile. Le zénith a été atteint en finale, lors d’une énième rencontre avec l’Italie, qui s’est tout simplement conclue à la mort subite. Sara Balzer, en bronze la veille, a cette fois touché pour l’or (45-44) et lancé une saison qui s’annonce prometteuse. Et il manque Manon Apithy-Brunet.

Encore du bronze

C’est l’épée féminine qui a décroché la première médaille française de la journée à Tallinn. Après notamment un succès à l’arraché sur Hong Kong (45-44), elles ont été battues sans ménagement par les Italiennes en demi-finales (42-29), Marie-Florence Candassamy, Auriane Mallo, Coraline Vitalis et la nouvelle venue Éloïse Vanryssel ont parfaitement négocié leur dernier rendez-vous contre la Pologne (45-39) et la saison commence bien pour les championnes d’Europe.

Les fleurettistes se sont eux aussi parés de bronze à Bonn, en Allemagne. Après un début de tournoi de qualité, ils ont été totalement laminés par les États-Unis en demi-finales (45-20). Sans Enzo Lefort, Alexandre Ediri, Pierre Loisel et Alexandre Sido ont toutefois trouvé les ressources nécessaires pour arracher la troisième place de haute lutte contre le Japon (45-43). Soit exactement le même parcours et le même résultat qu’aux Mondiaux voilà quatre mois.

Finalement, seuls les sabreurs rentreront bredouilles. Alors qu’ils avaient tranquillement rejoint les demi-finales, ils se sont littéralement écroulés contre la Corée du Sud, s’inclinant 45-19 ! Le vice-champion du monde Maxime Pianfetti, Sébastien Patrice, Boladé Apithy et Maxence Lambert auront livré une belle performance lors du match pour le bronze. Mais cela s’avèrera insuffisant pour vaincre l’Allemagne (45-43). La France passe à côté du bilan parfait, mais avec neuf médailles en dix épreuves, la saison a bien commencé pour l’escrime tricolore.

John Stockton, Gianni Bugno, Zinedine Zidane, Steffi Graf, Frode Andresen, Stéphane Stoecklin, Davis Kamoga, Primoz Peterka, Werner Schlager et Aurélien Rougerie. Point commun entre ces sportifs? Ils m'ont fait rêver et ont bercé mon adolescence. Je suis un fondu de sports et j'essaie de retranscrire ma passion à travers mes articles. Originaire du Périgord, ma passion pour les Girondins, les Jaunards et les Jazzmen transpire dans mes écrits.

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *