Nous suivre

Football

Manchester United : Votre équipe type de Sir Alex Ferguson

Jordane Mougenot-Pelletier

Publié le

Votre équipe type de Sir Alex Ferguson
Photos Icon Sport / Visuel Dicodusport

FOOTBALL – Nous vous avions demandé quels étaient les meilleurs joueurs que Sir Alex Ferguson avait entrainé. Parmi 48 joueurs, vous en avez donc choisi 11. Les voici !

Gardien

L’une des clefs du management de Sir Alex Ferguson a été le turnover. L’Écossais n’hésitait pas à privilégier la forme du moment et remanier ses équipes d’une journée sur l’autre. Pour autant, le poste de gardien a été protégé souvent de la mise en concurrence et la stabilité privilégiée. Autant dire qu’il y avait fort à faire pour départager Van der Sar, Schmeichel, De Gea et dans une certaine mesure Barthez.

C’est pourtant le portier néerlandais qui l’emporte assez largement avec 50% des voix. Le suivent, Schmeichel (37%), Barthez (8%) et De Gea (4%). Vous avez fait le choix du gardien iconique du Manchester United de la fin des années 2000. Au compteur : 186 matchs, 4 championnats, 1 League Cup et 1 C1.

Défenseurs

En défense centrale, c’est du très solide. La doublette magique Ferdinand – Vidic veillera au grain. Choisis par 45 et 34% des votants, ils ont joué ensemble pendant 6 ans et sont devenus l’un des duos les plus mythiques des Red Devils. Alex Ferguson ne s’y est d’ailleurs pas trompé puisque les deux joueurs totalisent 755 matchs avec MU à eux deux.

Sur les côtés, ça va monter haut, ça va taper fort, ça va chambrer sec. A droite Gary Neville (42%), à gauche Patrice Evra (39%). Le premier a traversé les époques et est devenu au fil de ses 687 matchs un symbole de l’esprit mancunien. Gary Neville a été en 2005 le premier capitaine du cru depuis Roger Byrne. L’autre a régné en maître sur son côté gauche pendant 6 ans, finissant par porter régulièrement le brassard de capitaine.

À noter que dans cette défense se trouvent 4 capitaines en puissance.

Milieux centraux

Le loup et l’agneau. Le Yin et le Yang. Le Nord-Irlandais batailleur et l’enfant du dieu football aux cheveux de feu. Voilà ce que vous avez voulu pour le milieu de terrain made by Alex Ferguson. Cette doublette typique d’un football direct qui rappelle Vieira – Makélélé ou Pirlo – Gattuso.

Ce sont donc Roy Keane (37%) et Paul Scholes (47%) qui auront pour charge d’animer et de garder le milieu de Manchester. À Keane les aboiements, les taquets et le harcèlement ; à Scholes de tempérer, d’accélérer le jeu et d’ouvrir pour les flèches de devant. Attention néanmoins à ne pas se tromper. Keane a plus d’un tour dans son sac et un bagage technique très supérieur à la moyenne. Scholes pouvait mettre deux ou trois taquemasses ou rappeler au gaillard d’en face qu’il ne serait pas facile de se débarrasser de lui. Pas une mince affaire donc pour les adversaires.

Milieux offensifs

À beaucoup d’égards, les milieux offensifs que vous avez choisis sont aussi complémentaires que différents. Ryan Giggs et Cristiano Ronaldo (41% chacun) ne pourraient pas paraître plus dissemblables. D’un côté, le Gallois est aussi altruiste que fidèle et discret. D’un autre côté, le Portugais a bâti sa carrière de star planétaire qui enquille les buts et les millions. Finalement, ce sont deux immenses joueurs qui se partagent deux visions du football et peut-être deux visions de Manchester United.

Ryan Giggs n’a jamais cherché à briller ailleurs ou pour autre chose que son club. Travailleur acharné, soldat de l’extrême, il a représenté avec Keane, Scholes et d’autres l’âme de Manchester United pendant 24 saisons. 1027 matchs plus tard, 181 pions et 221 passes décisives données, il n’y a sans doute pas de meilleur exemple de l’institution qu’a recréée Alex Ferguson pour les Red Devils.

Cristiano Ronaldo s’est quant à lui donné un nom à Manchester. En 6 saisons, il est devenu l’un des joueurs les plus convoités du monde avant de devenir au Real une légende de ce sport. Ballon d’Or 2008, il est le premier Mancunien depuis George Best a soulever la récompense. À Manchester, il a fait évoluer son jeu et son physique pour devenir le monstre que l’on connait.

Attaquants

Attention, gros caractères. On ne peut pas dire de manière générale que cette équipe en manquera mais devant, il y a du client niveau aboiements, engueulades et sermons à l’adversaire, aux supporters et aux arbitres. Il y a surtout deux génies, deux footballeurs dont la seule évocation fera se lever le théâtre des rêves quand il accueillera de nouveau du public. Wayne Rooney (44%) et Eric Cantona (29%) seront les deux attaquants d’Alex Ferguson.

Wayne Rooney est devenu en 13 ans le meilleur buteur de l’histoire de Manchester United. Ses 253 ficelles, son gros coeur et sa fidélité aux Red Devils lui ont valu un statut particulier dans le Nord de l’Angleterre. Il côtoie dans l’histoire du club les figures de Bobby Charlton, Denis Law, Jack Rowley, Georges Best ou Joe Spence. Autant dire une légende.

Parmi ces glorieux noms aurait bien sûr pu figurer celui d’Eric Cantona. Devenu King en Angleterre après qu’il avait été bouté hors de France, Canto est sans doute le joueur phare de la renaissance du Manchester d’Alex Ferguson. Quadruple champion d’Angleterre, c’est le style Cantona qui aura le plus marqué Old Trafford. Tête levée, dribbles, feintes, frappes en rupture, autant de skills made in King Eric. Tout autant que ses cartons rouges, suspensions et procès à répétition. Mais on pardonne tout à son Roi.

La composition d’équipe :

L'équipe type de Sir Alex Ferguson

Les remplaçants : Schmeichel, Blanc, Stam, Phil Neville, Irwin, Carrick, Fletcher, Beckham, Van Nistelrooy

Journaliste/rédacteur depuis mai 2018 - Dans mon sang coule à la fois le feu des penne à l'arrabiata et la glace du Grand Colombier. Amoureux des belles lettres et des Talking Heads, je supporte un club olympique. Intéressé par les relations qu'entretient le sport avec la société, je m'intéresse autant à Marc Cécillon qu'à Pep Guardiola, à Tonya Harding qu'à Philipp Roth. Enfant des 90's, on ne me fera pas croire qu'il y a eu plus beau à voir depuis Zinédine Zidane, Marco Pantani et Pete Sampras. La béchamel est une invention du diable, la Super Ligue aussi.

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *