Nous suivre

Euro féminin de football 2022

Euro 2022 féminin : Les Bleues gagnent et se qualifient pour les quarts de finale

Sophie Clapier

Publié le

Euro 2022 féminin Les Bleues gagnent et se qualifient pour les quarts de finale
Photo Icon Sport

EURO FÉMININ DE FOOTBALL 2022 – Avec beaucoup moins de réussite que lors de leur festival  contre l’Italie, les Bleues se sont imposées face à la Belgique. Grâce à ce court succès, l’équipe de France tient déjà son ticket pour les quarts de finale, avec la première place de la poule assurée. Face à l’Islande, l’enjeu sera surtout de faire tourner et d’engranger un maximum de confiance. 

Après leur large victoire contre l’Italie pour leur première rencontre, les Bleues avaient rendez-vous avec la Belgique pour potentiellement se qualifier pour les quarts de finale. Effectivement, suite au match nul (1-1) entre l’Italie et l’Islande, l’équipe de France, déjà première de son groupe, pouvait déjà assurer sa place pour les phases à élimination directe avant même le duel contre les Islandaises. Largement favorite, la tâche s’annonçait relativement aisée. Au coup d’envoi, Corinne Diacre avait réalisé deux changements sur le onze de départ. En défense, Griedge Mbock était titulaire à la place d’Aïssatou Tounkare. Quant à Sandie Toletti, elle laissait son rôle au milieu de terrain à Clara Matéo.

Action, réaction

A l’instar de la rencontre face à l’Italie, les Bleues démarraient pied au plancher. A la 6ème minute seulement, Kadidiatou Diani ouvrait le score. Sur une longue transversale de Wendie Renard, Karchaoui centrait pour trouver la tête de l’attaquante tricolore.

Bis repetita du premier match ? Malheureusement non. La Parisienne n’était pas loin du doublé mais le poteau puis Evrard stoppaient ses tentatives. Quelques instants plus tard, la blessure au genou de Marie-Antoinette Katoto refroidissait un peu l’ambiance, sa sortie ralentissant le rythme du jeu. Une bonne demi-heure de temps calme avant que la Belgique ne surprenne l’équipe de France.

En deux passes, Wullaert trouvait Cayman en profondeur. Cette dernière devançait Wendie Renard d’une pointure pour tromper Peyraud-Magnin (36è). Un partout, la réponse tricolore était espérée. Et la réaction française ne s’est pas faite attendre. Cinq minutes plus tard, sur un centre de Clara Matéo, Griedge Mbock plaçait une tête à bout portant, Evrard ne pouvait rien faire, 2-1 pour les Bleues. Les changements d’avant-match ont donc été payants pour Corinne Diacre. Avec cette avance d’un petit but à la mi-temps, l’équipe de France tenait sa qualification.

Les Bleues qualifiées

Il était loin, le match face à l’Italie. Face à une équipe dite moins forte que leur précédent adversaire, les coéquipières de Delphine Cascarino ont peiné à trouver les ouvertures, notamment dans l’axe. Les deux buts tricolores sont venus des ailes, la faute à une défense belge compacte au milieu de terrain. Malgré tout, les Bleues ont eu l’occasion d’aggraver la marque.

La pauvre Tysiak, entrée pour la Belgique à vingt minutes du terme, a été sanctionnée d’un premier carton jaune après quelques minutes de jeu seulement. A la 90ème, elle en prenait un second et offrait un penalty à la France suite à une main dans la surface. Un penalty tiré par Wendie Renard et repoussé par Evrard. La défenseuse française tentait alors de reprendre sa frappe, mais ça passait cette fois à côté. 2-1 score final, suffisant pour permettre aux Françaises d’aborder l’Islande sereinement, de reposer la ou les blessé(es) et de se préparer comme il se doit pour les quarts. Car oui, les Bleues accèdent aux quarts de finale.

Journaliste/rédactrice depuis janvier 2016 - Passionnée de sport depuis toujours, j’en ai pratiqué quelques-uns. Judo, football, handball ou encore tennis, je n’ai jamais pu me mettre d’accord sur un en particulier. Mais ça, c’était avant de découvrir le basket, devenu mon sport de prédilection. Les actions NBA, le All-Star Week-end, la fureur des Game 7 pendant les playoffs ou mieux, lors des Finals, this is why we play. Team Spurs T.P, je m’accroche encore à Gregg Popovich (don’t leave !). Team chef Curry, je souhaite qu’il finisse aux Warriors (staaaay !). Non, il n’y a pas qu’eux, des petits nouveaux -et des petites nouvelles évidemment- arrivent chaque jour dans toutes les disciplines et créent de nouveaux exploits. Alors pour les grands événements et compétitions internationales, vive les pulsations 240/minutes et le défibrillateur pas loin, et allez les Bleu(e)s ! C’est sûr, j’aurai plus vu ma vie sur un terrain de sport, mais à défaut d’en faire en haut niveau, je le partage avec vous.

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *