Nous suivre

Basket-ball

Euroleague : L’AS Monaco fait exploser le Panathinaïkos pour sa première

Publié

le

Basket - Euroleague L'AS Monaco fait exploser le Panathinaïkos pour sa première
Photo Icon Sport

EUROLEAGUE – À l’occasion de l’ouverture de l’édition 2021-2022 de l’Euroleague, l’AS Monaco a frappé très fort pour sa première en désossant le Panathinaïkos, 75-63. De la première à la dernière minute, l’ASM a été devant dans cette partie, s’appuyant sur une profondeur de banc exceptionnelle symbolisée par Paris Lee et surtout Danilo Andjusic (17 points). De leur côté, Mike James et Donatas Motiejunas se sont également signalés.

Ce jeudi 30 septembre, l’AS Monaco écrivait une nouvelle page de sa riche histoire récente. En effet, le vainqueur de la dernière Eurocup découvrait le gratin du basket européen en disputant sa première rencontre d’Euroleague. Pour l’occasion, l’ASM recevait à Gaston-Médecin le Panathinaïkos de Nemanja Nedovic, Jérémy Evans ou Georgios Papaginannis. Avec son nouveau roster de très haut niveau, le club monégasque était très attendu pour cette première sortie historique. Une sortie dont le public français était privé en raison de l’absence aberrante de diffuseur pour la compétition…

La richesse du banc monégasque fait la différence

Pour cette première, Zvezdan Mitrovic a composé un cinq majeur articulé autour d’un backcourt Léo WestermannMike James, avec Donatas Motiejunas et Ibrahima Fall Faye dans la raquette, tandis que c’est Yakuba Ouattara qui débutait au poste 3. Après une minute de silence en hommage du mythique coach Dusan Ivkovic, décédé récemment, les hostilités pouvaient être lancées ! Histoire de chauffer Gaston-Médecin, Mike James sort le grand jeu d’emblée en inscrivant les cinq premiers points du match, avec notamment un trois points lointain du logo. Ciblé en défense, Donatas Motiejunas fait parler sa présence de l’autre côté du terrain et permet à Monaco de faire la course en tête dans une rencontre très serrée entre deux adversaire impliqués défensivement. Si Ioannis Papapetrou fait mal sous le cercle, il est bien seul à mettre en difficulté des monégasques très solides.

Ces derniers prennent progressivement le large, profitant notamment de l’ouverture des bancs. Avec Paris Lee (5 passes en 8 minutes) à la mène et surtout Danilo Andjusic (10 points en 5 minutes) pour allumer les mèches, le banc de l’ASM met à mal celui du Pana. De plus, le verrou défensif est mis derrière un frontcourt imperméable autour de Will Thomas, Jerry Boutsiele et Alpha Diallo. Ce sont ces derniers qui permettaient alors aux Monégasques de prendre jusqu’à 13 points d’avance. Largement devant, l’ASM déroule son basket et Mitrovic ouvre son banc dans les grandes largeurs en utilisant 12 joueurs dans le premier acte. Ce qui n’a au final pas déstabilisé une machine parfaitement huilée, qui mène finalement 38-28 à la pause face à des grecs trop dépendants de Papapetrou (12 points).

Un récital de bout en bout

En rythme, l’ASM poursuit son effort dès la reprise, s’appuyant notamment sur l’adresse de Paris Lee, préféré à Léo Westermann au retour des vestiaires. L’association de l’ancien joueur de l’OLB aux côtés de Mike James déstabilise le backcourt grec, et la taille de Donatas Motiejunas est suffisante pour protéger la raquette avec un Ibrahima Fall Faye très impliqué. La différence est faite, et le score s’accroît inexorablement suite à un passage offensif ravageur de Donta Hall (10 points). L’écart atteint les 17 points, et l’ASM se trace une voie royale vers le succès.

Durant la dernière période, les hommes de Zvezdan Mitrovic ne baissent pas de rythme, et conservent sans trembler l’avantage acquis précédemment. Tout le monde participe, et peu importe les joueurs envoyés au feu par le coach serbe, tous répondent présents. En plus du talent individuel, un collectif semble déjà se former progressivement. Si Mike James a réalisé une première solide, les hommes sortis du banc ont eu un rôle déterminant à l’image du duo Paris Lee (10 points, 5 passes) – Danilo Andjusic (17 points). De son côté, Donatas Motiejunas profite lui de la fin de match pour offrir un récital au poste, et valider un succès net et sans bavure de l’ASM, 75-63. Cette équipe était attendue au tournant, et elle a répondu présente sur la plus grande scène de façon autoritaire. On attend déjà la suite avec impatience !


Journaliste/Rédacteur depuis 2012 - Bercé par l’amour des Girondins de Bordeaux, les échecs de Christophe Moreau sur le Tour de France sous l'ère Lance Armstrong et le fade-away létal de Dirk Nowitzki, ma passion dévorante pour le sport a toujours été un pan incontournable de ma vie. Transmettre ma passion à l’écrit a toujours été une vocation. Quand les autres sortaient les cartes Pokémon ou Yu-Gi-Oh dans la cour de l’école, je ripostais avec des cartes Panini ou des fiches Onze Mondial. La puissance de Jean-Claude Darcheville n’a pas d’égal.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une