Nous suivre

F1 2022

F1 Émilie-Romagne 2022 : le circuit d’Imola à la loupe

Pierre Gorce

Publié le

F1 Émilie-Romagne 2022 le circuit d'Imola à la loupe
Photo Icon Sport

F1 2022 – GRAND PRIX D’ÉMILIE-ROMAGNE 2022 La Formule 1 revient en Émilie-Romagne pour un nouveau Grand Prix. Le circuit d’Imola entretient sa légende depuis plus de 40 ans, passons le tracé au peigne fin.

Grand Prix de Saint-Marin ou d’Émilie-Romagne, le circuit d’Imola est un lieu mythique et funeste de la Formule 1. Un endroit chargé d’histoire(s) où tous les grands noms de la discipline ont gagné, Prost, Senna, Schumacher (7 fois, un record) ou Patrese pour ne citer qu’eux. Avec 26 GP disputés entre 1981 et 2006, l’Autodromo Enzo e Dino Ferrari a eu le temps d’accueillir un bon nombre de courses mémorables. 

2005 ou quand Fernando Alonso a défendu comme un mort de faim dans le dernier tour pour s’adjuger la victoire devant le Baron Rouge, Michael Schumacher. 1983 a offert un scénario quasi inédit dans l’histoire. Trois hommes chantant la Marseillaise sur un podium de Formule 1, c’est arrivé cette année-là. Patrick Tambay victorieux devant Alain Prost et René Arnoux. Imola n’était plus dans les petits papiers de la catégorie reine depuis 15 ans mais le Covid-19 a changé la donne. Retour au calendrier en 2020 et même prolongation de contrat pour le circuit italien jusqu’en 2025.

Un tracé à l’ancienne

À l’heure où l’on voit de plus en plus de circuits modernes, l’autodrome de la banlieue sud de Bologne renvoie les pilotes au siècle dernier. Des courbes rapides, des chicanes, des virages à 90 degrés, venir en Émilie-Romagne n’est pas une partie de plaisir. Le tracé a dû être modifié après le pire week-end de l’histoire de ce sport. Samedi 30 avril 1994, l’Autrichien Roland Ratzenberger se tue en qualifications. Le lendemain, lors du sixième tour de la course, Ayrton Senna perd le contrôle à Tamberullo et meurt sur le coup. La vitesse est réduite à certains endroits clés comme aux Variante Villeneuve, Bassa et donc Tamberullo.

Aujourd’hui, la principale caractéristique du circuit est son étroitesse. Les pilotes sont obligés de monter sur les vibreurs à chaque virage, ce qui use encore plus les organismes. Le point idéal pour dépasser se trouve sur la ligne de départ/arrivée. Une légère courbe vers la droite où l’effet du DRS est très important. Suivent les virages 2 et 3, Lewis Hamilton et Max Verstappen étaient proches de s’accrocher lors du Grand Prix 2021. 

Vitesse et technique

Ensuite, les monoplaces foncent jusqu’au virage 7, premier gros freinage du tour. A peine plus de 100km/h au compteur. Les pilotes gardent une bonne vitesse moyenne avant d’arriver dans un double droite appelé Acque Minerali. Dernier secteur et la ligne se rapproche. Une autre chicane puis, cette fois-ci, un double gauche mène vers l’arrivée. Il n’est pas si simple à prendre, la sortie est importante pour espérer la meilleure accélération possible. 

Yuki Tsunoda et Pierre Gasly courront presque à domicile ce week-end. Imola est situé à moins de vingt kilomètres de Faenza, ville du siège d’Alphatauri, anciennement Toro Rosso. Le pilote français donne son avis sur le tracé : « Je trouve aussi que le circuit est techniquement très intéressant avec beaucoup de virages uniques, certains très rapides, d’autres atypiques. Je suis toujours heureux d’y piloter. J’ai eu quelques bonnes performances en qualifications, notamment en 2020, où j’étais quatrième sur la grille. »

À lire aussi

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *