Nous suivre

Basket-ball

G-League : Huit Français en piste pour la nouvelle saison

Maxime Cazenave

Publié le

G-League : Huit Français en piste pour la nouvelle saison
Photo Icon Sport

G-LEAGUE 2023-2024 – Une quinzaine de jours après la reprise de la NBA, la petite sœur de la grande ligue reprend ses droits dès cette nuit. Pour cette nouvelle mouture de la G-League, huit joueurs français seront sur la ligne de départ, avec des objectifs bien différents.

Ils ont un contrat garanti en NBA

Cette nuit, deux joueurs français vont entamer la saison de G-League avec un contrat NBA sur le long terme déjà en poche. Tous deux draftés au second tour en 2023, respectivement aux places 43 et 44 par Portland et San Antonio, Rayan Rupert et Sidy Cissoko sont encore considérés comme trop tendres pour espérer craquer la rotation immédiatement. Ainsi, ils devraient bénéficier d’un temps de jeu conséquent pour poursuivre leur développement. Avec la toute nouvelle franchise du Rip City Remix, Rupert est en découverte du basket américain après avoir enchaîné Summer League, pré-saison, et même deux premières brèves apparitions en NBA.

En revanche, Cissoko va lui enchaîner une deuxième saison consécutive en G-League. Il reste en effet sur une année prometteuse au sein de la Team Ignite (11,8 points, 2,9 rebonds, 3,2 passes), et évoluera désormais avec les Austin Spurs. Au sein de cette équipe, il devrait naturellement s’imposer comme l’un des éléments forts. Les deux jeunes joueurs abordent donc cette saison sans pression avec la possibilité de se développer sereinement.

Ils sont en two-way contract avec une franchise NBA

Quatre garçons sont dans ce cas de figure. Rappelons avant tout qu’un joueur disposant d’un two-way contract peut faire la navette entre franchise NBA et G-League à n’importe quel moment. Seule restriction, le nombre de matchs NBA autorisé est de 50 maximum. Premier concerné par cette mesure, Théo Maledon évidemment. Ce dernier fait partie du roster des Greensboro Swarm, mais ne rejoindra pas l’équipe dans l’immédiat. En effet, le meneur tricolore dispose de vraies minutes (18 minutes) dans la rotation des Hornets, et profite des blessures pour se signaler en sortie de banc. En attendant le retour de blessure de Ntilikina notamment, il restera à Charlotte.

De son côté, Moussa Diabaté reste sur une année monstrueuse en G-League (16,9 points, 12,4 rebonds), mais peut difficilement espérer prétendre à un rôle au sein de Clippers en mission pour le titre. Avec les Ontario Clippers, il sera une nouvelle fois un joueur à suivre de très près en G-League. Pour Olivier Sarr, la situation sera plus ou moins la même que celle connue lors des deux dernières saisons. Le pivot alternera le Thunder et le Blue d’Oklahoma City, sans réel espoir de voir son contrat évoluer.

Enfin, Malcolm Cazalon sera lui en apprentissage du basket américain après avoir terminé sa formation en Serbie. Malgré son statut de joueur non drafté, il a convaincu les Pistons, mais devra pondre une saison de qualité avec le Motor City Cruise afin de rester dans les petits papiers des franchises NBA, et espérer gratter du temps de jeu dans la grande ligue en cours de saison.

Ils viennent de faire le grand saut aux États-Unis

Enfin, les deux derniers noms sont eux inconnus pour les aficionados de NBA, et même pour la plupart des suiveurs du basket tricolore. Que ce soit Maxime Carene ou Daryl Doualla, les deux jeunes tricolores ont intégré la G-League dans l’anonymat le plus total ou presque. À 22 ans, Carene a été sélectionné en 18ᵉ position de la Draft G-League par les Texas Legends fin octobre. Ce pivot affiche un CV peu redondant par rapport à ses compatriotes. Vice-champion d’Europe U17 en 2018 avec Maledon et Cazalon, son chemin a ensuite été plus tortueux avec des passages en Nationale 1 ou en 2ᵉ division espagnole. Son arrivée en G-League représente donc une magnifique opportunité pour relancer une carrière qui tarde à se lancer.

Pour Doualla, il s’agit en revanche d’une suite logique. À seulement 19 ans, l’arrière formé à l’ASVEL débarque aux États-Unis avec de réelles certitudes, et déjà deux saisons professionnelles complètes au compteur. Entre 2021 et 2023, il s’est sérieusement étoffé dans le championnat lituanien sous les couleurs de Nevezis. A l’image des prospects qui intègrent la Team Ignite, il s’est engagé avec les Capitals City Go-Go pour augmenter ses chances d’être sélectionné à la prochaine Draft. Encore très jeune, athlétique et en progression constante malgré un shoot extérieur toujours défaillant, il pourrait s’imposer comme une vraie révélation au cours des prochains mois.

La liste des huit joueurs français :

  • Maxime Carene (Texas Legens)
  • Malcolm Cazalon (Motor City Cruise)
  • Sidy Cissoko (Austin Spurs)
  • Moussa Diabate (Ontario Clippers)
  • Daryl Doualla (Capital City Go-Go)
  • Théo Maledon (Greensboro Swarm)
  • Rayan Rupert (Rip City Remix)
  • Olivier Sarr (Oklahoma City Blue)

Journaliste/Rédacteur depuis 2012 - Bercé par l’amour des Girondins de Bordeaux, les échecs de Christophe Moreau sur le Tour de France sous l'ère Lance Armstrong et le fade-away létal de Dirk Nowitzki, ma passion dévorante pour le sport a toujours été un pan incontournable de ma vie. Transmettre ma passion à l’écrit a été une transition naturelle. Suiveur assidu de basket et de hockey sur glace, je garde toujours un peu de place pour suivre le cyclisme, le football et le maximum de performances françaises.

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *