Nous suivre

JO Tokyo 2020

JO Tokyo 2020 – Volley : La France championne olympique au bout du suspense !

Publié

le

JO Tokyo 2020 – Volley L’équipe de France championne olympique au bout du suspense !
Photo Icon Sport

JO TOKYO 2020 – VOLLEY-BALL MASCULIN – A l’occasion de sa première finale de l’histoire aux Jeux, l’équipe de France masculine de volley est devenue championne olympique après sa victoire contre le ROC (Russian Olympic Committee) 3 sets à 2 (25-23/25-17/21-25/21-25/15-12). Les Bleus de Laurent Tillie ont encore impressionné face à une équipe russe très solide et ont concrétisé leur rêve olympique. On se souviendra de cette équipe, de leur parcours exceptionnel et des émotions qu’elle nous a procurées !

Une première manche pleine de panache

Les Français commencent difficilement la rencontre. Les Russes jouent bien et mènent 2-0 jusqu’à ce que les Bleus se mettent dans le match et recollent à 2-2 grâce à un superbe smash d’Earvin Ngapeth. La défense presque sans faille de leurs adversaires qui se placent à 4 en réception pose problème aux hommes de Laurent Tillie. Heureusement, tous sont mobilisés et engagés, et on a pu même observer le premier ace du passeur Antoine Brizard. En milieu de set, le score est de 14-12 en faveur des Russes.

Les Bleus restent solides et ne sont à distance de leurs adversaires que de deux ou trois points d’écart. Cependant, l’équipe de Russie impose un niveau de jeu des plus élevés, ainsi qu’un impact physique très important. L’équipe de France est en mauvaise posture étant menée 22-18. Les Russes font des fautes et Antoine Brizard lancent deux services magistraux dont un ace. La petite remontada est réussie pour les Français qui s’offrent une balle de manche à 24-23. Trévor Clévenot concrétise pour offrir le premier set aux Bleus 25-23.

Les Bleus étouffent les Russes

A l’inverse du premier acte, le début de cette deuxième manche est plus facile pour les Bleus dont le jeu est en place. Les échanges entre les deux équipes sont puissants et les Français mènent 4-2 puis 6-3. Earvin Ngapeth est stratosphérique et fait beaucoup de bien à la France. Devancé à 9-4, l’entraineur russe prend un temps mort pour remobiliser ses joueurs. L’équipe de France tient ses adversaires à distance 13-8 en milieu de set et se laisse une légère marge.

Le niveau de jeu est incroyable et l’on comprend que l’on assiste à la finale olympique. Menés 19-12, les Russes prennent un temps mort pour se donner un peu d’air. C’est efficace puisqu’ils usent d’un service puissant pour revenir à -4 (19-15). C’est alors au tour de Laurent Tillie de prendre un temps mort pour casser le rythme. C’est efficace puisque l’équipe de France s’offre 7 balles de set. A l’image de la première manche, c’est notre attaquant Trévor Clévenot qui concrétise pour faire mener les Bleus 2 sets à 0. Les Russes ont perdu ce set 17-25.

Les Russes gardent espoir…

Pour commencer la troisième manche, les deux équipes attaquent sans cesse et s’équilibrent pour faire grimper le score à 5-5. La défense des Bleus est très solide et ne permet pas à leurs adversaires de prendre l’avantage. La manche tourne à égalité pendant plusieurs échanges jusqu’à ce que les Français remportent un point de folie pour mener 9-7. De très beaux points rythment le set entre attaques placées et défenses solides… Néanmoins, les Russes ne lâchent rien et le score est de 13-12 pour les Bleus en milieu de manche.

Les points s’enchaînent de chaque côté pour arriver à 18-18. Aucune des deux équipes ne se déconcentre dans ce moment décisif. Les Russes réalisent le petit break en prenant 2 points d’avance à 21-19. Un challenge mal utilisé met les Français dans le dur. A 24-20, les joueurs russes s’offrent 3 balles de sets et concrétisent la deuxième pour gagner la troisième manche 25-21 et retrouver l’espoir.

…et se relancent

L’équipe de France démarre bien ce quatrième set. Avec de beaux services et des erreurs de leurs adversaires, les Français réussissent à mener 4-1. Cette fois-ci, le challenge utilisé en début de manche par les Bleus n’est pas gâché et permet même de prendre un point précieux. Trévor Clévenot profite de sa puissance pour offrir aussi 2 points supplémentaires aux Français. Cependant, les Russes s’accrochent pour recoller à 8-8 et entrainer une prise de temps mort de Laurent Tillie. Les deux équipes se tiennent dans ce set et le score est de 13-13.

Personne ne prend de l’avance et l’ambiance est des plus tendues. Il est très dur pour la France de défendre sur les attaques de ses adversaires qui prennent l’avantage avec un +2 (19-17). A 21-18, l’entraîneur français Laurent Tillie décide alors de prendre son premier temps mort de la manche. Il ne faut pas compter sur une faiblesse des Bleus qui sont tous mobilisés pour remonter à 21-20 grâce à un magnifique ace de Earvin Ngapeth. Les Français se battent sur tous les ballons mais ce n’est pas suffisant, car les Russes s’offrent 3 balles de set à 24-21. Ils concrétisent la première pour remporter ce quatrième set en 25-21.

L’équipe de France devient championne olympique au bout de l’effort

Les Bleus démarrent très difficilement cette dernière manche en étant menés 3-0. Les Russes ont élevé leur niveau de jeu et servent puis défendent magistralement. Les Français ne veulent pas lâcher cette finale olympique et reviennent au contact à un petit point (4-3). Encore une fois, la puissance de Earvin Ngapeth aide l’équipe de France à atteindre le score de 6-6. Un ballon mal utilisé des Russes permet aux Français de mener 7-6 en milieu de tie-break.

La France réalise le petit break à +2 (10-8) mais qui vaut très peu dans ce set très serré. En effet, les Russes recollent à 10-10 et font augmenter le stress de cette manche. Un ace de Jean Patry redonne l’avantage aux Bleus qui mènent 13-11. Le geste incroyable d’Antoine Brizard offre deux balles de match à la France. Incroyable ! L’équipe de France devient championne olympique de volley-ball en remportant le tie-break 15-12 !

Les joueurs de l’équipe de France

Voici l’équipe de France de volley, championne olympique à Tokyo 2020 :

Entraîneur : Laurent Tillie

Centraux : – Barthélémy Chinenyeze (23 ans, 2,01 m, Vibo Valentia/ITA)

Nicolas Le Goff (29 ans, 2,05 m, Montpellier)

Daryl Bultor (25 ans, 1,96 m, Tourcoing)

LibéroJenia Grebennikov (30 ans, 1,88 m, Trentino/ITA)

Pointus : – Jean Patry (24 ans, 2,07 m, Milan/ITA)

Stephen Boyer (25 ans, 1,96 m, Al-Rayyan/QAT)

Passeurs : – Benjamin Toniutti (31 ans, 1,83 m, Kedzierzyn-Kozle/POL)

Antoine Brizard (26 ans, 1,96 m, Saint-Pétersbourg/RUS)

Attaquants-réceptionneurs :  – Kevin Tillie (30 ans, 1,98 m, Cisterna/ITA)

Earvin Ngapeth (30 ans, 1,96 m, Kazan/RUS)

Trévor Clévenot (26 ans, 1,99 m, Piacenza/ITA)

Yacine Louati (29 ans, 1,98 m, Jastreski/POL)

À lire aussi


Journaliste/rédactrice depuis janvier 2021 - Née quelques jours avant la première étoile des Bleus, je baigne dans une famille très sportive. Je n’ai eu d’autres choix que de me passionner pour le sujet. Pratiquante de l’athlétisme depuis toute petite, j’ai aussi un attrait tout particulier pour la Formule 1, le biathlon et le foot. Pendant les grands événements, il est impossible de décrocher de ma télé. C’est à travers Dicodusport que j’aime désormais vous transmettre mes émotions et ma passion.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une