Nous suivre

Basket-ball

Léo Cavalière : « La menace de grève a été le seul moyen de se faire entendre »

Publié

le

Léo Cavalière : « La menace de grève a été le seul moyen de se faire entendre »
Photo Icon Sport

En battant Bourg lundi dernier, Strasbourg a sécurisé sa place dans le Top 4 de Jeep Élite. Déterminant dans ce succès, Léo Cavalière s’est confié sur différents sujets suite à cette victoire importante. La JLB, Lassi Tuovi ou encore la menace de grève des joueurs, l’intérieur de la SIG aborde tout.

Même si la saison est encore loin d’être terminée, les fans de la SIG peuvent déjà être satisfaits du parcours de leur équipe. Auteurs d’un parcours remarquable en Ligue des Champions, bouclé en demi-finales après avoir perdu leurs trois premières rencontres, les Strasbourgeois réalisent également une saison solide en Jeep Élite. Assurée du Top 4, l’équipe strasbourgeoise peut encore espérer chiper la 3e place à Monaco.

Un groupe au caractère fort

Pour cela, il faut battre cette même ASM ce mercredi soir par 13 points d’écart, puis espérer une défaite des Monégasques face à l’ASVEL en fin de semaine. Compliqué donc, mais loin d’être impossible. Opposé à la JBL lundi dernier, les SIGmen ont effectué une très belle prestation en retournant une situation pourtant mal embarquée après la première mi-temps, comme le précise Léo Cavalière.

Ça nous est arrivés à plusieurs reprises cette saison d’être mené en première mi-temps. Mais on a souvent réussi à renverser la situation, ce qui prouve la force de caractère de ce groupe. Le coach a effectué des ajustements à la pause, et on a été beaucoup plus agressif en deuxième mi-temps.

Lassi Tuovi met tout le monde d’accord

Débarqué en Alsace sur la pointe des pieds pour remplacer Vincent Collet à l’intersaison, Lassi Tuovi est l’homme clé de la belle saison de son équipe. Malgré son jeune âge et son inexpérience en tant que coach principal, le Finlandais a prouvé à maintes reprises qu’il possédait une grosse connaissance tactique. Autour des Américains Bonzie Colson, Brandon Jefferson ou Ishmail Wainwright, il a su construire une équipe solide avec un état d’esprit irréprochable. Cela s’est notamment vu en Ligue des Champions face à des cadors espagnols.

« Cela se passe très bien avec Lassi Tuovi. C’est un coach passionné de basket qui a prouvé à de nombreuses reprises en sortie de temps mort qu’il était capable de mettre en place des systèmes efficaces. C’est un entraîneur jeune, de 34 ans, avec lequel on peut discuter de tout, que ce soit sur ou en dehors du terrain. Il effectue sa première saison à la tête d’une équipe et il est promis à une belle carrière. »

La JLB, un potentiel adversaire aux multiples ressources

Comme énoncé précédemment, Strasbourg a encore une infime chance de monter sur le podium de la saison régulière, mais semble malgré tout plus proche de rester à la 4e place. Cela signifierait qu’il faudrait de nouveau affronter l’équipe de Bourg-en-Bresse. Portée par Danilo Andusic, cette dernière réalise une très belle saison. Ce sera donc un adversaire redoutable pour aborder la phase à élimination directe, même si la dernière rencontre a tourné à l’avantage de Léo Cavalière et ses coéquipiers.

«  La JLB est une équipe complète. Il est difficile d’identifier un ou deux points clés en particulier. Le danger peut venir de partout même si avec les TQO, ils seront peut-être handicapés par quelques absences. Ils possèdent de très bons joueurs étrangers comme le meilleur marqueur de Jeep Élite Danilo Andusic, Luca Asceric ou Alen Omic. Mais il y a aussi de très bons joueurs français comme Hugo Benitez, le sixième homme de l’année Pierre Pelos, ou Maxime Courby qui donne encore beaucoup. Les avoir battu récemment est une bonne chose pour la confiance, on sait qu’on en est capables. »

Les joueurs de Jeep Elite veulent que leur voix soit écoutée

Nous en parlions en début de semaine, et la situation est pour le moment toujours floue. Les quarts de finale de Jeep Élite doivent se tenir les 20 et 21 juin prochains, mais il existe toujours un doute. Les joueurs ont fait part de leur mécontentement à la ligue en menaçant de ne pas disputer la phase finale de la saison. En tant que membre du syndicat des joueurs, Léo Cavalière partage bien évidemment cette position. Il explique les raisons qui ont poussé les joueurs à exercer une forte pression en prenant cette décision radicale.

« Je suis membre du comité qui a approuvé la décision d’envoyer une lettre à la ligue . On a consulté tous les joueurs des équipes classées dans le Top 10 du championnat, et seuls deux, trois n’étaient pas d’accord. On était donc prêt à aller jusqu’au bout. Il y a eu beaucoup de décisions qui ont été prises unilatéralement par la ligue sans consulter les joueurs. On a voulu discuter mais le seul moyen de parvenir à se faire entendre a été de brandir cette menace. Malgré tout il ne faut blâmer personne puisque le contexte a rendu les choses difficiles. Les discussions avec le président du syndicat Amara Sy ont bien débuté et on va voir où cela nous mène. »

Ainsi, rien n’est encore confirmé, mais les deux camps semblent se rapprocher d’un accord. La saison a été éprouvante pour tous les acteurs, et fera quoi qu’il arrive date dans l’histoire du championnat de France comme l’une des plus particulières.


Journaliste/Rédacteur depuis 2012 - Bercé par l’amour des Girondins de Bordeaux, les échecs de Christophe Moreau sur le Tour de France sous l'ère Lance Armstrong et le fade-away létal de Dirk Nowitzki, ma passion dévorante pour le sport a toujours été un pan incontournable de ma vie. Transmettre ma passion à l’écrit a toujours été une vocation. Quand les autres sortaient les cartes Pokémon ou Yu-Gi-Oh dans la cour de l’école, je ripostais avec des cartes Panini ou des fiches Onze Mondial. La puissance de Jean-Claude Darcheville n’a pas d’égal.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une