Nous suivre

Football

Ligue des Champions (F) : Lyon élimine Benfica et retrouve le dernier carré

Sophie Clapier

Publié le

Ligue des Champions (F) Lyon élimine Benfica et retrouve le dernier carré
Photo Icon Sport

LIGUE DES CHAMPIONS FÉMININE DE FOOTBALL – Après sa sortie précoce de la compétition l’année dernière, Lyon retrouve le dernier carré. Victorieuses au match aller, les Fenottes se sont également imposées à domicile grâce notamment à un doublé de Delphine Cascarino. Kadidiatou Diani a ensuite scellé la victoire 4-1 (cumulé 6-2) dans le temps additionnel.

Une longueur d’avance pour Lyon

Victorieuses au match aller, les Lyonnaises ont relativement bien entamé le retour à domicile. Dès la 4ème minute, Van De Donk mettait à contribution Pauels sur un centre de Bacha. Eugénie Le Sommer écrasait ensuite un peu trop sa frappe (6′) avant de manquer une occasion en or de donner l’avantage à l’OL. Diani récupérait haut dans les pieds d’Ucheibe puis servait idéalement la meilleure buteuse lyonnaise qui manquait sa reprise (13′). Alors que les Benfiquistes avait bien du mal à passer le rond central, les Fenottes peinaient de leur côté à trouver le fond des filets. Après une sortie hasardeuse d’Endler sur Davidson (27′), Lyon s’en sortait même sans dommage et repartait de l’avant.

La gardienne portugaise devait de nouveau travailler face à Cascarino (34′), elle était battue cependant par l’ailière française quelques instants plus tard. En pressant sur Araujo, Cascarino poussait la défenseure à remettre vers sa gardienne. Mais sa passe, mal appuyée, était suivie par Le Sommer qui se défaisait de Pauels. Elle remisait ensuite pour Cascarino qui lobait la défense (1-0, 43′). À peine le temps de célébrer, le Groupama Stadium subissait une grosse vague de froid. La réaction adverse ne s’était pas fait attendre. Magnifiquement lancée par Araujo côté droit, Alves servait sur un plateau Alidou qui concluait en taclant, ramenant Benfica à hauteur juste avant la pause. Les Lyonnaises conservaient néanmoins leur petite longueur d’avance du match aller.

Cascarino pour le doublé, l’OL dans le dernier carré

Rien n’était fait pour l’OL, il fallait se mettre à l’abri. Cascarino l’avait très bien compris. Seule, elle remontait le terrain. Peu attaquée par la défense portugaise, elle se replaçait ensuite dans l’axe avant de décrocher une praline qui éteignait Pauels (51′).

Le matelas sur lequel reposaient les Lyonnaises était de plus en plus moelleux, il ne fallait pourtant pas s’endormir. Sur un contre, Amado centrait pour Jéssica Silva, Mbock était restée vigilante (66′). Le temps défilait, ce qui faisait bien les affaires des joueuses de Sonia Bompastor qui ne s’arrêtaient pas d’attaquer pour autant. Avant de sortir sous l’ovation des supporters, Delphine Cascarino servait Horan à l’entrée de la surface, la frappe de l’Américaine passait au-dessus de la transversale (73′). Pauels effectuait un arrêt à bout portant face à Amel Majri mais l’arbitre désignait un hors-jeu de Dumornay au départ de l’action. La portière benfiquiste n’avait cependant pas fini de voir les attaquantes tricolores déferler vers ses cages.

Vicki Becho s’essayait aux 20 mètres, ça filait tout juste à côté (89′). Dans le temps additionnel, Kadidiatou Diani était récompensée de son match. En quatre minutes, l’ancienne attaquante parisienne s’offrait, elle aussi, un doublé, un peu chanceux. D’abord sur une remise de la tête d’Horan, puis sur une tentative manquée de dégagement par Amado. 4-1 score final, 6-2 en cumulé, Lyon retrouve le dernier carré de la compétition et pourrait se retrouver face au PSG pour une demi-finale 100 % française.

Journaliste/rédactrice depuis janvier 2016 - Passionnée de sport depuis toujours, j’en ai pratiqué quelques-uns. Judo, football, handball ou encore tennis, je n’ai jamais pu me mettre d’accord sur un en particulier. Mais ça, c’était avant de découvrir le basket, devenu mon sport de prédilection. Les actions NBA, le All-Star Week-end, la fureur des Game 7 pendant les playoffs ou mieux, lors des Finals, this is why we play. Team Spurs T.P, je m’accroche encore à Gregg Popovich (don’t leave !). Team chef Curry, je souhaite qu’il finisse aux Warriors (staaaay !). Non, il n’y a pas qu’eux, des petits nouveaux -et des petites nouvelles évidemment- arrivent chaque jour dans toutes les disciplines et créent de nouveaux exploits. Alors pour les grands événements et compétitions internationales, vive les pulsations 240/minutes et le défibrillateur pas loin, et allez les Bleu(e)s ! C’est sûr, j’aurai plus vu ma vie sur un terrain de sport, mais à défaut d’en faire en haut niveau, je le partage avec vous.

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *