Nous suivre

Tennis

Masters 1000 de Miami : Derrière Caroline Garcia, le désert

Etienne Goursaud

Publié le

Masters 1000 de Miami : Derrière Caroline Garcia, le désert
Photo Icon Sport

WTA MASTERS 1000 MIAMI – Caroline Garcia est la seule Française engagée sur le tournoi cette semaine. Pire encore, il n’y avait aucune Française dans le tableau de qualifications. Un vide derrière la numéro 4 mondiale, qui va encore porter sur ses épaules tous les espoirs du tennis féminin français.

L’absence de Cornet, Parry et Jeanjean dans le dur

Si dans le tableau féminin du WTA 1000 de Miami, vous avez trouvé le nom de Caroline Garcia, inutile de faire défiler plus loin votre souris, pour espérer trouver une autre Française. Pour cause, il n’y en a pas ! La numéro 4 mondiale va défendre seule les espoirs du tennis français féminin. Elles n’étaient que deux à Indian Wells, avec la rapide défaite d’Alizé Cornet, dès le premier tour. Cette dernière est absente et a décidé de faire une petite coupure tennis, comme elle l’a annoncé sur ses réseaux sociaux. Après un début d’année 2023 noir, avec 5 défaites en autant de matchs, le temps est à la remise en question. Et une dégringolade de près de 30 places au classement WTA, puisqu’elle est retombée à la 66e place.

Ce qui est surtout inquiétant, c’est qu’on ne voit aucune Française engagée dans le tableau de qualifications. À Indian Wells, elles n’étaient déjà pas très nombreuses. Léolia Jeanjean et Diane Parry s’étaient essayées. Mais ont été éliminées dès le premier tour. Elles aussi peinent à trouver la bonne carburation. Diane Parry était montée à la 58e place mondiale à l’automne, à la faveur d’une finale en WTA 250. Depuis, elle est retombée à la 111e place, avec une fin d’année très compliquée où elle a perdu de gros points. Et son début de saison 2023 n’est pas mieux, avec deux victoires sur le circuit principal et des éliminations à chaque qualification, depuis sa défaite au premier tour de l’Open d’Australie. Avec juste une bouffée d’oxygène et une demie sur circuit inférieur, au 60 000 $ d’Arcadia.

Un manque de densité global derrière Caroline Garcia

Cela traduit un vrai manque de densité. Avec seulement trois filles dans le top 100 WTA. En plus de Caroline Garcia et Alizé Cornet, Océane Dodin est actuellement à la 92e place. Avec un gain de neuf places la semaine dernière, grâce à une finale sur le circuit ITF en Slovaquie. Perdue face à la Tchèque Lucie Havlickova (6-3, 6-7, 7-5). Un classement qui peut vous permettre uniquement d’entrer dans les qualifs, mais pas prétendre directement au tableau principal, contrairement aux tournois du Grand Chelem, où les 104 premiers sont automatiquement qualifiés.  Ensuite, il faut aller chercher au-delà de la 100e place. Avec des joueuses qui ne sont pas loin, comme Clara Burel, 104e ou Léolia Jeanjean 109e.

Par conséquent, un choix lourd s’opère. Essayer de se qualifier en Masters 1000 ne rapporte que 16 points, plus les 10 d’un premier tour, où les risques d’élimination précoce sont forts, et ce dès les qualifs. Reprenons l’exemple de Diane Parry. Avec sa demi-finale de son 60 000$, elle a marqué 29 points à la WTA. Soit trois points de plus qu’un premier tour à Miami, si vous sortez avant les qualifications. En bref, trois matchs à jouer face à des adversaires souvent plus chevronnées que sur le circuit inférieur. Mais cela laisse une Caroline Garcia bien seule face aux meilleures joueuses du monde, dont elle fait actuellement partie.

Des Françaises qui privilégient le circuit inférieur

Ainsi, Harmony Tan, qui a pourtant atteint les 8ème de finale à Wimbledon l’an passé, passe carrément par la case d’un tournoi 25 000$, n’étant que 203e joueuse mondiale. Elle paye le tournoi londonien qui ne donnait pas de points, la privant des 180 points d’un 8ème de finale. Qui la placerait aux alentours de la 180e place mondiale. Des joueuses comme Kristina Mladenovic et Jessika Ponchet ne sont pas engagées sur des tournois cette semaine.

Cette dernière a atteint cette semaine, son meilleur classement en carrière à 26 ans (122e). Et surfe sur des bons résultats depuis le mois d’août dernier, notamment une demi-finale au WTA 125 à Angers, en décembre dernier. Mais construit surtout ses points sur le circuit inférieur. Elle sort d’une demi-finale sur un 40 000€. Cette saison, elle a participé à un 25 000$, a fait une finale sur un autre 40 000 et une demie sur 60 000. Ses seules apparitions sur le circuit principal en 2023 sont les qualifications de l’Open d’Australie (défaite au 2e tour de qualifications) et à l’Open 6e Sens de Lyon (défaite au premier tour de qualifications). Et, pour le moment, sa progression lui donne raison. Mais elle risque vite de se heurter à un plafond de verre. Et devra se lancer plus fréquemment sur le circuit principal. Pour essayer d’épauler Caroline Garcia.

Journaliste et amoureux de sport. Ancien footballeur reconverti athlète quand ses muscles le laissent tranquille. Elevé à la sauce des exploits de Thomas Voeckler en 2004, du dernier essai de légende de Eunice Barber à la longueur lors des championnats du monde d'athlétisme de 2003 mais aussi Zidane, Omeyer et Titou Lamaison.

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *