Nous suivre

NBA 2023-2024

NBA Play-In Tournament : Les Sixers se qualifient en Playoffs, le Heat retrouvera les Bulls

Mathieu Veillon

Publié le

NBA Play-In Tournament Les Sixers se qualifient en Playoffs, le Heat retrouvera les Bulls
Photo Icon Sport

NBA 2023/24 – Après une belle première soirée, le Play-In Tournament départageait cette nuit les équipes de l’Est qui n’avaient pas pu décrocher une qualification directe en Playoffs. Dans un choc au sommet, les Sixers l’ont emporté et affronteront les Knicks en Playoffs, alors que le Heat devra affronter les Bulls, vainqueurs des Hawks dans le second match de la nuit.

Philadelphia Sixers 105 – 104 Miami Heat

Ces deux équipes ne pensaient pas se retrouver au Play-In en début de saison, tant on les attendait bien plus haut dans le classement. Mais la blessure de Joel Embiid pour les Sixers et une intersaison bien plus ratée que prévue que le Heat nous aura donc donné un sacré spectacle ce soir. Si Miami menait de 12 points à la pause, leur avance a fondue comme neige au soleil pendant le 3ème quart temps, nous offrant une fin de match digne de ce nom et une victoire finale des Sixers, 105-104.

Pour seulement son 6ème match depuis son retour de blessure, Joel Embiid a joué plus de 38 minutes et a pesé sur le match, avec notamment une belle présence intérieure et 15 rebonds dans la besace à la fin du match. S’il n’a pas été très efficace dans sa sélection de tirs (35,3%), il est allé chercher des lancers francs précieux et les a bien convertis avec un joli 9/10. Son adversaire direct Bam Adebayo a été un peu plus discret, avec toutefois 10 points et 12 rebonds à son actif.

Cocorico ! Nicolas Batum nous a gratifié d’une prestation d’envergure, avec 20 points à 6/10 à 3 points ! Le doyen des tricolores en NBA n’a pas tremblé en sortant du banc des Sixers et aura joué un rôle primordial dans le comeback de son équipe dans le 3ème quart. Dans la dernière minute du match, il s’offrira même un contre dantesque qui aura rappelé des mauvais souvenirs à un certain Prepelič, si vous voyez ce que je veux dire.

C’est Tyler Herro et Jimmy Butler qui auront finalement bouffé la feuille, avec un triste 9/27 au tir pour Herro (ainsi que 5 balles perdues, malgré un bon money time) et un 5/18 pour Butler. Ce dernier s’est toutefois rattrapé avec une sacré défense, en réalisant 5 interceptions notamment, mais n’aura tenté que 2 tirs dans le dernier quart, n’assumant pas son statut de franchise player. Seul point positif de cette soirée pour le Heat, l’apport de Jaime Jaquez Jr en sortie de banc : le rookie s’est démené des deux côtés du terrain et offre une belle lueur d’espoir pour Miami dans l’optique du match face aux Bulls.

Chicago Bulls 131 – Atlanta Hawks 116

L’an dernier, Atlanta avait sorti Miami dès le premier tour du play-in, mais cette saison est décidemment bien compliquée pour les Hawks. Preuve en a été faite cette nuit qui en a marqué la fin. Entre rumeurs d’explosion du roster, blessures, joueurs en dessous de leur niveau réel, cette défaite pourrait marquer la fin d’une ère en Géorgie. Pourtant, les joueurs de Quin Snyder étaient quatre à plus de 22 points, Clint Capela a sorti un gros 22/17, 30 pour DeJounte Murray, mais Atlanta n’a plus le collectif pour lutter dans ces rendez-vous et a de plus explosé à trois points (11/37).

Les Bulls, dont on ignore clairement l’objectif depuis des années, en ont profité pour rester en vie un tour de plus. Et ce principalement grâce à un homme : Coby White. L’ancien Tar Heel a signé un de ses meilleurs matchs en carrière en envoyant 42 points à 15/21 au shoot. Du pain béni pour son équipe, qui a massacré les Hawks au rebond (47-34) et a plié l’affaire dans le troisième quart pour aller chercher une victoire 131-116 absolument logique. Seul point noir : la cheville d’Alex Caruso, qui pourrait le priver du match suivant. Comme l’an dernier, le dernier spot de playoffs se disputera donc dans un match à la vie, à la mort entre Miami et Chicago. Vu le parcours du Heat derrière, on a hâte.

Journaliste/rédacteur depuis septembre 2015 - Ma définition du bonheur ? Une galette-saucisse au Roazhon Park ou un café devant un Lakers/Celtics au petit matin. Fidèle membre de la team insomniaque de la rédac, j’ai le pouvoir de rester éveillé jusqu’à l’aube pour faire vivre aux lecteurs ma passion du sport. Ainsi, j’écris principalement sur la NBA, le biathlon, le cyclisme ou encore la F1. Comptez dans mes exploits sportifs le fait d’avoir fait gagner le Tour de France 2018 à Tony Gallopin sur Pro Cycling Manager, ou encore d’avoir mené l’équipe nationale de Bretagne en finale de Coupe du monde sur Football Manager.

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *