Nous suivre

Championnats du monde d'athlétisme 2023

« On prouve qu’on est là 1 an avant les Jeux » : les réactions des Français lors de la dernière soirée

Avatar

Publié le

Photo Icon Sport

CHAMPIONNATS DU MONDE D’ATHLÉTISME 2023 – Cette dernière soirée a été ponctuée par la seule médaille française rapportée par le relais 4×400 m masculin. Retrouvez les principales réactions des Français.

Ils étaient attendus et surtout ils l’avaient annoncé : les relayeurs français du 4×400 m ont ramené un podium (argent) et le record de France. Alors forcément, la satisfaction était au rendez-vous.

On rapporte la médaille, on est super contents de le faire. On avait 2 objectifs : record de France et médaille, on a fait les 2 donc tout est bon.
Je donne le témoin en 2, Ludvy a très très très bien lancé. Gilles aussi. Quand je vois qu’il arrive en 3 je me dis « oh l’escroc dans quelles conditions il me met là ». Je me dis qu’il ne faut pas que je rate ça. Du coup je me colle à l’Anglais, dernière ligne droite, on fait ce qu’on sait faire, je passe, je le donne à Téo. Et il finit le boulot très très très proprement. Individuellement comme collectivement, on a tous fait un super boulot.David Sombe

Déjà les mecs ils m’ont choqué. Ils ont fait un boulot in-croy-able ! Je vois David qui me donne le témoin en 2. Je me dis « oh non » parce que je ne voulais pas que tout le monde me court après. Moi dans ma tête c’était « faut pas qu’ils me rattrapent, faut pas qu’ils me rattrapent ». J’en ai gardé sous le pied pour pouvoir contrôler dans la dernière ligne droite. Et voilà. Super content, super fier de mes coéquipiers, super fier de l’équipe de France et voilà. On prouve qu’on est là 1 an avant les Jeux et on va aller chercher cette médaille olympique.

Cette médaille elle est pour toute l’équipe de France voilà. On la mérite tous.Téo Andant

Ludvy Vaillant a tenu à rendre hommage à l’ensemble de l’équipe :

Un petit mot aussi sur les remplaçants. Notamment Thomas Jordier qui nous a vraiment donné le lead. C’est le capitaine de ce relais 4×400 masculin. Un grand big up à lui ainsi qu’aux deux autres remplaçants Simon Boypa et Wilfried Happio qui nous ont accompagné durant ce championnat. Ainsi que Loïc Prévot qui a couru en séries et qui nous a permis de nous qualifier pour cette finale. C’est grâce à eux et ce boulot qu’on a effectué tous les 8 ensemble qu’on décroche donc cette belle médaille d’argent.

Interrogé sur ce record de france mythique qui est tombé, David Sombe a renchéri :

C’est ça ! Stéphane Diagana il était là. Leslie (Djohne, ndlr.) nous a envoyé un message de force qui nous a fait du bien. Franchement on a rempli tous les objectifs qu’on avait. On a 0 regret à avoir. C’est monstrueux, là on profite du moment, je pense qu’on n’a pas encore atterri. C’est super important de remercier les remplaçants, le staff, l’équipe de France, tout le monde était dans la même tribune. Toute la force qu’on a reçue par les réseaux sociaux des gens qu’on ne connaissait pas. Nos coachs, nos conjointes, notre famille… Petite dédicace à mon coach. C’était son mariage hier. Donc là il est encore en train de faire la fête (rires). Cette médaille elle est pour tous nos coachs, pour tout le monde. On va carrément faire la fête ! Là on n’a déjà plus de voix mais on n’aura plus de tête demain (rires) !

Alice Finot : « J’ai des étoiles plein les yeux »

C’est ce que sur le papier les entraînements devaient donner. C’est le schéma que je devais être capable de faire : de courir du moins vers le plus. Ça a été autant un travail physique que mental pendant la course. Parce que c’est dur de laisser partir le wagon, de les voir si loin et de se dire « si je cours à ma façon ça va revenir ». Je le regardais tous les tours. J’ai eu confiance et petit à petit je me rapprochais d’elles. J’ai couru comme j’avais rêvé. Mes rêves se sont transformés en pensées, ils se sont transformés en objectifs. Je les ai écrits sur un papier et ils se sont réalisés. Je fais un top 5 et un record de France. En demies c’était je me qualifie et je fais les minima (olympiques, ndlr). Et là je fais un top 5 et je fais record de France. J’ai des étoiles plein les yeux, c’est un moment vraiment précieux.

À la vue de son dernier 400 m, la question s’est posée d’éventuels regrets pour gagner des places :

Mon coach m’avait même dit de me concentrer au 800. 800 c’était quand même dur dans la tête de me dire de changer de rythme. Je l’ai fait vraiment progressivement. J’ai passé l’avant-dernière rivière et là j’ai allongé la foulée, je suis allée chercher les filles. Marusa j’étais pas sûre de la passer et puis je me suis revue à Florence où j’étais dans sa roue et je la passe sur la ligne, j’ai refait ça ! J’arrive à être suffisamment attirée par mes pensées et à les concrétiser.

Aujourd’hui je suis en phase avec moi-même. Je suis là où je dois être. J’ai pas de regrets, il n’y avait pas forcément de podium à aller chercher. L’année dernière je fais un top 10 avec une chute, peut-être que j’étais top 8, top 7. Cette année je fais un top 5. On verra bien l’année prochaine mais je suis dans une progression qui est logique. Partir avec les filles devant c’est pas encore représentatif de mes entraînements. Ca me couperait les jambes. Je compte bien le faire en meeting Diamond League, je vais faire des crash test. Je sais très bien que je ne vais pas finir avec elles mais ça va nous donner des data pour travailler à l’entraînement et être capable de faire ça prochainement, sûrement l’année prochaine dans les courses partir avec elles et voir jusqu’où ça tient.

Pour finir, la Française a été interrogée sur sa marge de progression

Il reste des axes de progression qui sont de plus en plus faibles. Maintenant ça fait déjà plus de 2 ans que je suis consacrée au monde professionnel de l’athlétisme. J’ai toujours essayé de bien faire les choses et on voit que ça paye. Ce dont j’ai profité depuis 2 ans c’est le repos, la récupération etc… Il y a quelques axes : peut-être l’altitude, la constance, être toujours là. Et je pense que ça passera. Je vais plutôt miser là-dessus plutôt que sur de grands axes de progression qui il y a 2 ans étaient d’arrêter de travailler. Et là j’ai senti que j’avais passé un vrai cap. Maintenant, on va continuer de faire les choses bien. Le résultat il est en phase avec moi ce soir. Il aurait pu être autre, j’aurais vraiment été très heureuse. Parce qu’on voit le championnat mais on ne voit pas tout ce qu’il y a eu derrière. Depuis un an, la réathlétisation, les entraînements, les choix qu’on a fait, les doutes, les qualifications, les minima, les minima olympiques, venir aux championnats de France. Tout ça c’est des étapes, et être aujourd’hui sur la ligne de départ avec les filles, je n’étais pas stressée comme en demies. J’avais la banane, j’étais vraiment heureuse d’être là où j’étais.

Les filles de la hauteur ont également fait le bilan

Je suis très déçue. Je me sentais vraiment bien, malheureusement je n’ai pas su l’exprimer comme je l’aurais voulu. Je n’arrivais pas trop à sentir les choses aujourd’hui. J’avais du mal à m’adapter. Le concours qui commençait à 1.85 m je le savais, je m’y étais préparée mais ça m’a peut-être un peu perturbé quand même. J’étais présente, j’avais envie à fond, je me suis donnée à 1000% mais j’avais du mal à m’adapter vraiment à ce que je faisais. Peut-être que je réfléchissais un peu trop, je voulais trop bien faire et malheureusement ça m’a desservi. J’ai regardé Nawal sur la barre d’après, je l’ai encouragée, j’espérais que ça passe pour elle. Malheureusement c’est pas passé après elle était à la hauteur de son record aussi donc c’est quand même une belle finale pour elle.
Sur le coup c’est un peu dur mais c’est hyper positif parce que je suis passée en finale, j’ai fait des belles choses. Malheureusement ça ne se concrétise pas comme je l’aurais voulu et je pense que c’est dommage de finir sur une perf’ comme ça.Solène Gicquel

J’ai énormément appris. C’est ma première finale mondiale chez les A. Je me suis donnée à 2000% donc je n’ai aucun regret. Je ne peux que prendre en expérience pour les années suivantes. C’est extraordinaire de faire une finale à 2. Après on n’a pas vraiment le temps de se parler sur la finale. Chacun est concentré sur soi. Mais c’est vrai qu’on se regarde quand on passe etc… C’est cool d’avoir une autre Française sur le sautoir.Nawal Meniker

À lire aussi

Journaliste/rédactrice depuis septembre 2015 - Supportrice de Chelsea, j'ai pour sports de prédilection le handball, l'athlétisme et le tennis. Si je tweete plus vite que mon ombre, vous pouvez aussi me retrouver les week-ends sur les playgrounds de Bruxelles pour un petit foot ou basket entre potes. Parcourir la France, l'Europe et plus si affinités pour suivre mes sportifs préférés ? Mon kif ! Et c'est avec plaisir que je partage les résultats des sports populaires mais également plus confidentiels pour Dicodusport.

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *