Nous suivre

Cyclisme

Pauline Ferrand-Prévot : « Peut-être que je reviendrai sur la route »

Publié le

Pauline Ferrand-Prévot « Peut-être que je reviendrai sur la route »
Photo Icon Sport

CYCLISME – Dans un long entretien accordé à nos confrères de CyclingNews, Pauline Ferrand-Prévot est revenue sur son incroyable année 2022. Mais la Champenoise a également évoqué ses futurs objectifs, dont les JO de Paris 2024 en VTT, tout en ne fermant pas la porte à un retour sur route lors des prochaines années.

Reverra-t-on Pauline Ferrand-Prévot sur la route en compétition ? C’est loin d’être impossible, mais pas dans un futur proche. Dans une interview accordée à nos confrères de CyclingNews, la quadruple championne du monde 2022 a ouvert la porte à un futur retour sur les routes asphaltées. Extrait.

Peut-être que je reviendrai sur la route, mais pas pour le moment, c’est sûr. Quand je regarde le Tour de France et toutes ces grandes courses, oui, bien sûr, je veux peut-être en faire partie, mais plus tard. Pour le moment, je veux juste me concentrer sur mon rêve. Avec les JO à domicile, je pense avoir de bonnes chances. […] Mon objectif principal est d’essayer d’être championne olympique à Paris en 2024 car c’est le seul titre qui me manque, donc je le veux vraiment. Les prochaines années seront axées sur le VTT.

Pour l’instant, pas de come-back sur la route pour Pauline Ferrand-Prévot, elle qui était devenue championne du monde sur la course en ligne en 2014, à Ponferrada (Espagne). Sa dernière course remontant à 2021, lorsqu’elle avait disputé l’épreuve en ligne des championnats de France à Épinal (Vosges), avec une 12ème place. Deux jours plus tôt, la toute récente championne du monde de gravel avait pris la 5ème place du chrono.

Pauline Ferrand-Prévot championne du monde sur route en 2014 à Ponferrada

Pauline Ferrand-Prévot championne du monde sur route en 2014 à Ponferrada – Photo Icon Sport

Le cyclo-cross en ligne de mire

En attendant, la future pensionnaire de la formation INEOS Grenadiers, « confiante pour les prochaines années » selon ses propres mots, pense au court terme, et à la saison de cyclo-cross. Avec les championnats d’Europe à Namur (Belgique), les 5 et 6 novembre, mais aussi et surtout, les Mondiaux de Hoogerheide (Pays-Bas), début février. Pour cela, la Rémoise sait qu’elle va devoir faire le job cet hiver, dans l’optique de démarrer les championnats du monde dans une bonne position sur la ligne de départ.

Je vais partir sans point UCI en début de saison, donc il faudra que je sois performante pour essayer de marquer des points et pouvoir être en deuxième ou troisième ligne aux Championnats du monde. Ce sera un défi, mais j’aime ça. Cela fait quelques années sans cyclo-cross, donc je me sens motivée pour relever ce défi.

Affaire à suivre pour PFP, qui tentera de glaner un cinquième maillot arc-en-ciel en l’espace de quelques mois, après ses titres en VTT et celui en gravel, obtenus depuis la fin du mois d’août. Cinq titres de championne du monde simultanément, un pari fou, mais loin d’être impossible pour la Marnaise.

 

Journaliste/Rédacteur depuis septembre 2015 - Mes premiers souvenirs dans le sport ? Les envolées du Stade Toulousain et les duels Villeneuve-Schumacher et Häkkinen-Schumacher à la fin des années 90, la Coupe du monde de football en 1998, l’exploit du XV de France face aux All Blacks en 1999, mais aussi Richard Cœur de Lion qui vole sur les montagnes du Tour de France. Bien parti pour devenir professeur d’EPS, les événements de la vie (et la flemme d’animer des séances de 3x500 mètres toute ma vie) m’ont conduit à revoir mes plans. Me voilà depuis fin 2017 sur Dicodusport, média grâce (et pour) lequel je partage ma passion : le sport dans tous ses états. Le tout accompagné par les fous furieux et folles furieuses cités sur cette page !

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une