Nous suivre

Actualités

Le Placard à Balais #7 : les cinq tendances 2018 du quidditch

Avatar

Publié

le

Cinq tendances 2018 quidditch

Pour ce premier article de l’année, nous n’allons pas étudier un événement passé. Nous allons chercher à déterminer quelles seront les tendances de l’année à venir. 2017 a initié un vent de changements, notamment à l’échelle internationale, avec la restructuration de l’International Quidditch Association [IQA] par la nomination d’une nouvelle directrice exécutive[1] et les recrutements massifs qui ont suivi. Quelles innovations ce changement va-t-il initier ? Les idées ci-dessous sont des intuitions et en aucun cas ne constituent un engagement de la part de l’IQA. 

1) Un nouveau paysage médiatique

1) Un nouveau paysage médiatique

Le quidditch, ce n’est pas uniquement les joueurs, les arbitres et les bénévoles. Bien sûr, ils représentent le cœur de ce sport. Il y a également les institutions. Et les organes indépendants, tels que les organisateurs d’événements, les photographes et… les médias.

Nous assistons actuellement à un renouvellement du paysage médiatique du quidditch. Le Quidditch Post a annoncé en décembre 2017 rechercher de nouveaux volontaires pour devenir directeur général (Chief Executive Officer), chef de l’exploitation (Chief Operating Officer) et rédacteur en chef (Editor In Chief) : trois postes clefs dans un média. Ce changement de leadership peut se traduire par de profondes mutations dans les orientations stratégiques du média, tant dans la ligne éditoriale que le système de diffusion ou le choix des chroniqueurs.

Ces transformations se produisent dans un environnement où émergent de plus en plus de médias locaux, publiant dans des langues autres que l’anglais. L’an dernier est apparu TreAnelli en Italie et, cette année, survient Catch Is Good en France. Sans oublier La Casa del Quidditch[2], qui existe en Espagne depuis plusieurs années ! Cette multiplication des médias spécialisés va, espérons-le, faciliter l’accès à l’information pour la communauté.

2) Un impact social encore plus fort

2) Un impact social encore plus fort

La relation entre institutions et communauté va se renforcer. Depuis peu, l’IQA fait circuler un sondage pour recueillir les témoignages d’athlètes et supporters afin de savoir ce que le quidditch a changé dans leur vie[3]. C’est une bonne occasion pour mettre en avant des bénéfices puissants que le quidditch apporte quotidiennement à la citoyenneté. Nous sommes tellement imprégnés de ce sport qu’il est parfois difficile de percevoir les changements puissants qu’il a pu apporter autour de nous. Et il est d’autant plus difficile de les faire connaître à notre entourage.

Enfin, le rôle social du quidditch va également se renforcer par des partenariats. Espérons que le rapprochement entre la Fédération du Quidditch Français et Un Maillot pour la Vie lors de la Coupe de France 2016, ainsi que celui de la Quidditch Premier League et de This Girl Can en 2017 soient les précurseurs de tendances qui suivront. This Girl Can est un projet soutenu par le Ministère de la Culture, des Médias et des Sports britannique et qui valorise la confiance en soi des femmes. Un Maillot pour la Vie rapproche le sport des enfants hospitalisés.

Les enfants, justement. Les possibilités se multiplient pour permettre aux plus jeunes de jouer au quidditch. Les Griffons de Nantes existent depuis 2016 et le club des Titans Paris entraîne également des jeunes enfants. Pensons également au fantastique projet du Cercle Magus, qui permet aux collégiens de Montcornet de jouer au quidditch dans le cadre de leurs cours. Aux États-Unis, la fédération nationale dispose d’un pôle Jeunesse soucieux de contribuer au développement du sport pour les moins de 16 ans[4].

Le quidditch peut se positionner comme véritable acteur social. Au-delà de la dimension sportive, il permet aux individus de s’affirmer.

3) L’avenir est vidéo

3) L’avenir est vidéo

La vidéo est le format qui prolifère le plus sur les réseaux sociaux et, plus généralement, sur internet. Le quidditch ne fait pas exception. Depuis la Coupe du Monde 2016, le streaming s’est généralisé. Plus aucun tournoi ne se passe sans sa dose de vidéo. C’est d’ailleurs l’une des premières questions posées lorsqu’un tournoi est annoncé : y aura-t-il du streaming ? La retranscription vidéo est quelque chose fortement attendu de la part des personnes ne pouvant se déplacer sur les lieux d’un tournoi.

La vidéo va, je l’espère, prendre un nouvel essor. Initialement au service des supporters, elle l’est aussi à celui des joueurs. Les retranscriptions permettent de découvrir le style de jeu d’une équipe, développer des idées de stratégies. Pour les nouveaux arrivants, elles permettent également d’apprendre les règles de bases. Certaines équipes ont initié des vidéos d’entraînements et une communauté internationale se crée actuellement pour généraliser la production de vidéos sur les règles du jeu[5].

Enfin, la vidéo va servir à présenter le sport à un public extérieur. Au Royaume-Uni, Triple Hoops Films est une agence de création vidéo spécialisée dans le quidditch[6]. L’implication de tels organismes dans la communauté va, peut-être, populariser ce format et, par la suite, participer à la promotion du sport. Ces dernières, années, quelques initiatives semblables ont été menées, notamment par la FQF[7] et la Pologne[8]. Encore disparates, menées de manière indépendante par des organismes divers et variés, l’émergence d’une entité spécialisée dans la production vidéo va, peut-être, généraliser la création de contenus promotionnels. Un événement majeur, à l’instar de la prochaine Coupe du Monde IQA, sera une excellente occasion pour mieux faire connaître le sport.

4) Moins de conflits d’intérêts ? 

4) Moins de conflits d’intérêts ?

Le quidditch parvient, petit à petit, à se développer. Désormais, comme nous l’avons vu, de plus en plus d’organismes se spécialisent. D’abord sont apparus les clubs, puis les institutions fédérant le sport. Par la suite, des équipementiers ont vu le jour. Depuis peu surviennent les médias, les agences d’événementiel, de conseil en stratégies de jeu ou de production audiovisuelle, toutes spécialisées dans le quidditch.

L’émergence de ces entités est une bonne chose. Elle montre la pérennisation du sport. Toutefois, elle pose des questions éthiques. Dans la communauté, il y a encore de trop nombreuses situations où une même personne est impliquée dans divers organismes aux intérêts différents. Cela ne pose aucun problème tant que les intérêts ne divergent pas. Mais qu’en est-il lorsque l’on travaille à la fois dans une fédération et un média qui la critique ? Lorsque l’on est dans un club et une fédération qui doit décider ou non de le sanctionner ? Bien sûr, ces bénévoles sont dotés des meilleures intentions : aider activement au développement du quidditch. Mais il reste difficile d’éliminer toutes situations de conflits d’intérêts.

Heureusement, avec le développement du sport, l’augmentation du nombre de joueurs et supporters, j’ai bon espoir que ce type de situation devienne de plus en plus rare. Pouvons-nous espérer que cela survienne dès 2018 ?

5) Encore plus de quove ! 

5) Encore plus de quove !

Le sport, à l’instar de la fédération internationale, évolue. Il se développe grandement. 21 nations étaient présentes en juillet 2016 lors de la Coupe du Monde[9]. Pour la prochaine édition, cet été, une trentaine de nations sont attendues[10]. Des fédérations émergent en Asie et en Amérique du Sud. Le sport grandit, et sa communauté avec.

En 12 ans, le quidditch a traversé de nombreuses étapes. Plus le temps passe, et plus il crée sa propre identité, en tant que véritable sport, de plus en plus éloigné de la saga originelle. D’abord perçu comme une tendance impulsée par des fans, le quidditch est de plus en plus reconnu comme étant un sport à part entière. Il y a fort à parier que lorsque nous regarderons ce qu’est notre sport dans 12 mois, il abordera un nouveau visage, avec ses nouvelles règles (le prochain livre des règles sera publié dans l’année) et un nouveau dynamisme.

Jour après jour, la communauté s’élargit. De plus en plus de personnes découvrent le quidditch, s’initient à ce sport et deviennent athlètes. Tant de nouveaux joueurs, supporters et organisateurs qui ne peuvent que prolonger le « quove », ce mot représentant si bien l’esprit du quidditch (« quidditch » et « love »)  !

Le quidditch est en train de muter. Chaque année, le sport a évolué, progressivement. 2018 marquera sans doute une année de rupture, où de nombreux mouvements amorcés depuis des années seront nettement perceptibles. À ces changements s’en ajouteront d’autres, plus rapides et tout aussi forts. Allons-nous évoluer vers un nouveau sport ?

Et surtout… Bonne année 2018 ! 

Armand Cosseron

Crédits photos : Couverture, 2), 3), 4), 5) : Ajantha Abey Quidditch Photography ; 1) Pexels

Sources :

[1] Le rapport annuel de l’année 2016, publié en mai 2017, fait suite à la nomination de Rebecca Alley en tant que directrice exécutive fin 2016. Dans ce document, il est indiqué que des postes de responsables de département sont ouverts. Certains sont encore vacants aujourd’hui. Source : http://iqasport.com/images/documents/AnnualReport2017.pdf

[2] Tre Aneli, Catch Is Good, La Casa del Quidditch

[3] Passion Survey 

[4] Annonce du recrutement de deux bénévoles dans le pôle développement de l’United States Quidditch

[5] Groupe Facebook de la communauté vidéo de quidditch

[6] https://www.triplehoopsfilms.co.uk/ 

[7] Clip vidéo de la Fédération du Quidditch Français pour la saison 2016 – 2017 de quidditch

[8] Aftermovie de la Slavic Cup 2017 (13-14 mai). 

[9] Communiqué de l’IQA suite à la Coupe du Monde IQA 2016

[10] Annonce de la Coupe du Monde IQA 2018


Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Toute l'actualité des Jeux Olympiques de Tokyo 2020

Fil Info

Actus à la une