Nous suivre

JO Tokyo 2020

Rugby à 7 – Jeux Olympiques de Tokyo : qui remportera le tournoi masculin ?

Publié

le

Rugby à 7 - Jeux Olympiques de Tokyo qui remportera le tournoi masculin
Photo Icon Sport

JO TOKYO 2020 – RUGBY À 7 – Le deuxième tournoi olympique de rugby à 7 de l’histoire débutera lundi. Jusqu’à mercredi, douze équipes masculines vont s’affronter pour tenter de conquérir l’or olympique. Plusieurs nations peuvent prétendre à s’emparer du titre. Laquelle de ces nations succédera aux Fidji ?  

Nouvelle-Zélande

Dans le monde du ballon ovale, la Nouvelle-Zélande dispose d’une aura exceptionnelle. Menée par sa légendaire équipe des All Blacks en rugby à XV, la Nouvelle-Zélande est aussi performante dans les autres formes de rugby. Le rugby à 7 constitue l’une des priorités du rugby kiwi et son palmarès en est la preuve. En effet, les All Blacks Seven ont déjà remporté 13 fois le circuit mondial annuel, ainsi que trois Coupes du monde, dont la dernière en 2018. C’est donc, pour l’instant, le plus gros palmarès de ce sport. Cependant, il leur manque le titre olympique, qui est devenu la récompense majeure depuis quelques années.

En 2016, lors du premier tournoi olympique de rugby à 7 de l’histoire, la Nouvelle-Zélande avait échoué à une décevante 5ème place. Cinq ans après, les Néo-Zélandais auront certainement appris de leurs erreurs. Avec, notamment, l’Australie et l’Argentine dans la poule A, ils disposent du groupe le plus relevé. Les All Blacks Seven seront menés par plusieurs joueurs expérimentés sur le circuit mondial. On pense, entre autres, à Tim Mikkelson ou encore à Kurt Baker. En tant que champions du monde en titre les All Blacks Sevens seront les co-favoris de cet événement.

Fidji

Si les Néo-Zélandais disposent d’une certaine aura dans le monde du rugby à XV, on peut faire un parallèle avec les Fidjiens au rugby à 7. En effet, les Fidjiens ont la réputation d’être les meilleurs joueurs de rugby à 7 du monde. Avec leurs qualités physiques et techniques hors normes, ils donnent l’impression d’être nés pour ça. Leur jeu est surtout porté vers l’attaque, avec une volonté de faire circuler le ballon, avant ou après contact, et d’éviter, au maximum, les zones de rucks. De plus, le rugby à 7 est fortement implanté dans la culture fidjienne. Effectivement, cinq ans auparavant, les rugbymen fidjiens ont apporté à leur archipel la première médaille olympique de son histoire. Cet événement a provoqué un émoi particulier au sein des Îles Fidji.

Cet été, les Fidjiens seront dans une poule plutôt abordable, avec la Grande-Bretagne comme principal menace, et aussi le Canada dont il faudra se méfier. L’équipe fidjienne sera menée par une ribambelle de joueurs talentueux. En premier lieu, on peut citer Jerry Tuwai, nommé meilleur joueur du monde en 2019, et organisateur de cette équipe. Il y aura également Semi Radradra, ancien joueur de rugby à XIII et qui est l’une des stars actuelles du rugby à XV mondial. En définitive, les Fidjiens ont de fortes chances de conserver leur titre olympique. S’ils sont en forme et réussissent à tenir les ballons, ils seront très difficiles à battre.

Afrique du Sud

Champions du monde en titre en rugby à XV, les Sud-Africains ont aussi de sérieux arguments à faire valoir au Seven. Depuis plusieurs années, l’équipe sud-africaine de rugby à 7 fait preuve de régularité sur le circuit mondial. Dans leur histoire, les Blitzboks ont déjà remporté trois fois le circuit mondial, et notamment en 2017 et 2018. Habitués aux premières places, ils jouent aussi, très souvent, les finales des différentes étapes. En 2016, l’équipe qui représente la nation arc-en-ciel à Tokyo avait récolté une médaille de bronze au Brésil.

Cet été, ils se trouveront dans le groupe C, dans lequel ils seront favoris avec les Etats-Unis. Néanmoins, il faudra aussi se méfier des deux outsiders que sont l’Irlande et le Kenya. Les Blitzboks possèdent une équipe très solide, qui excelle en défense et dans les phases de combat. Ils ont également de gros atouts offensifs, comme en témoigne la présence de Selvyn Davids dans leur effectif. Grâce à ses appuis et sa vitesse, il représente un vrai danger pour les adversaires. D’ailleurs, Davids est le meilleur marqueur de points actuel de l’équipe. A Tokyo, les Sud-Africains auront une belle opportunité à saisir.

États-Unis

Si les États-Unis ne sont pas une nation majeure du rugby à XV, ils sont devenus, peu à peu, une nation phare du rugby olympique. En effet, l’équipe américaine de rugby à 7 est en constante progression depuis plusieurs années. Depuis 2016, les joueurs de Mike Friday ont remporté trois étapes du circuit mondial. De plus, ils ont obtenu leur qualification aux JO en terminant dans les quatre premiers du circuit mondial en 2019. En 2016, les Eagles avaient terminé 9ème des Jeux de Rio mais il faudra compter sur eux en 2021.

Les États-Unis ont réussi à construire une équipe vraiment intéressante, notamment depuis l’arrivée du coach Mike Friday en 2014. Plusieurs stars s’illustrent aussi dans cette équipe. D’une part, Perry Baker, ancien joueur de football américain, a été nommé deux fois meilleur joueur de Seven du monde, en 2017 et en 2018. D’autre part, Carlin Isles est l’un des joueurs les plus rapides du circuit, avec un meilleur temps en 10″13 sur 100 mètres, ce qui constitue l’une des qualités les plus importantes au rugby à 7. A Tokyo, les Eagles se trouveront dans la poule C, avec l’Afrique du Sud, le Kenya et l’Irlande. Les Américains peuvent croire en leur rêve de titre olympique.

Grande-Bretagne

Sur le circuit mondial, l’équipe d’Angleterre dispose d’une très belle réputation. Cependant, aux Jeux Olympiques, cette équipe d’Angleterre, qui est la base de l’équipe, est renforcée par l’apport des meilleurs joueurs écossais et gallois. On peut donc imaginer que la Grande-Bretagne sera très forte à Tokyo, alors qu’elle a dû passer par le tournoi de qualification européen pour se qualifier. A Rio, en 2016, les Britanniques avaient terminé près de l’exploit ultime. Malheureusement pour eux, ils se sont retrouvés face à des Fidjiens injouables en finale et ont, tout de même, récolté une belle médaille d’argent.

A Tokyo, la Grande-Bretagne sera dans une poule plutôt abordable. En effet, il s’agira de la poule B et le principal adversaire sera les Fidji. Derrière, le Canada et le Japon auront plus de difficultés à exister dans ce groupe. La Grande-Bretagne dispose de l’une des plus grandes stars du circuit mondial. En effet, Dan Norton, ailier anglais très rapide, est, tout simplement, le meilleur marqueur d’essais sur le circuit mondial. A Tokyo, cet été, la Grande-Bretagne aura une carte à jouer pour retrouver une médaille et, pourquoi pas, arracher le plus beau des métaux.

À lire aussi


Journaliste/Rédacteur depuis octobre 2020 - Bolt qui foudroie le record du monde du 100 mètres, les derniers essais de Dominici, les premières charges dévastatrices de Bastarocket... de beaux souvenirs pour une grande passion, celle du sport. L’histoire du sport aussi. Comprendre le rôle qu’il a eu, celui qu’il a et celui qu’il aura dans notre société. Le sport au passé, au présent, au futur. Le sport tous les jours, matin, midi et soir. A défaut d’être un grand sportif, je suis et je raconte l’actualité et l’histoire des championnes et des champions qui savent se dépasser pour accomplir des merveilles.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une