Nous suivre

Rugby à XV

Top 14 (J16) : Plus que jamais leader, le Stade Français s’offre le derby face au Racing 92

Théo Alleaume

Publié le

Top 14 (J16) Plus que jamais leader, le Stade Français s'offre le derby face au Racing 92
Photo Icon Sport

TOP 14 2023/2024 – Sur trois défaites de rang, les choses vont mal au Racing 92. Ce derby permettra-t-il aux hommes de Stuart Lancaster de se relancer ? En face, les Soldats Roses sont en quête de victoire, qui leur permettrait d’assurer leur place de leader. Au terme d’un match tantôt brouillon, tantôt spectaculaire, le Stade Français prend le meilleur sur son voisin et conforte sa place de leader (11-27).

Les derniers derbys franciliens, ce sont les Racingmen qui se les sont adjugés. Visant la passe de 4, un succès permettrait aux coéquipiers de Siya Kolisi de relever la tête, eux qui restent sur trois défaites de rang en championnat. En face, le leader en rose et blanc s’avance, déterminé à s’offrir ce derby entre les clubs de la capitale.

Le Stade Français prend le large dans ses quarante premières minutes

Jeremy Ward suspendu d’un côté, Max Spring en position de demi de mêlée de l’autre, les deux équipes composent avec les forces en présence en ce début de rencontre, notamment les locaux, privés de nombreux internationaux. La charnière du Stade Français anime le jeu en ce début de rencontre et se procure les premières occasions, avec Zack Henry qui trouve une touche à cinq mètres. Les avantages s’enchaînent en faveur des visiteurs, tandis que les Racingmen se mettent à la faute et le champion du monde sud-africain écope du premier carton jaune de la rencontre. Patient, enchainant les phases de pick and go, le Stade Français va ouvrir son jeu vers son aile droite, trouvant Peniasi Dakuwaqa, pour le premier essai de ce derby (0-7, 11’).

Les Ciel et Blanc concrétisent le peu de temps passé dans les 22 mètres adverses, Tristan Tedder passant trois points (3-7, 15’). Privé de ballon et pénalisé (6 en 20 minutes), le Racing se retrouve souvent obligé de dégager au pied, dans l’urgence, donnant derrière plusieurs munitions aux Stadistes de construire par la suite. Si les fautes de main des hommes de Karim Ghezal permettaient de souffler, le deuxième essai aura fini par montrer le bout de son nez. Une belle passe de près de 30 mètres de Rory Kockott va trouver Dakuwaqa en bout de ligne, qui crochète pour retrouver son demi d’ouverture au soutien (3-14, 25’).

Ça va à mille à l’heure dans ce premier acte. Les Ciel et Blanc pénètrent dans les cinq mètres rose et blanc, mais une mauvaise passe permet à Dakuwaqa de remonter tout le terrain. Il faudra une intervention miraculeuse d’Olivier Klemenczak pour empêcher la fusée fidjienne d’inscrire le troisième essai de son équipe, repris à cinq mètres. Toujours autant pénalisé, le Racing 92 offre trois nouveaux points à Zack Henry, qui poursuit son 100% (3-17, 36’). Premier coup dur pour le Stade Français, c’est la sortie sur blessure de Kylan Hamdaoui, touché aux côtes et remplacé par Joris Segonds, avant de rentrer aux vestiaires.

Dakuwaqa continue son show avec un essai de 100 mètres

Au retour des vestiaires, ce sont les locaux qui mettent les mains sur le ballon et en profitent pour lancer leur première séquence de jeu. Si les joueurs de Lancaster commettent des fautes de main, le jeu ciel et blan se met en place progressivement, faisant pointer la menace d’un premier essai. L’essai attendra, mais les locaux valident leur domination avec trois points de plus (6-17, 53’). Le Racing a changé de visage, se montrant bien plus conquérant et dominateur que lors du premier acte, à l’image de cette mêlée enfoncée. Cependant, les connexions en touche sont très compliquées à établir.

Au terme d’un long temps fort et d’une grosse séquence de pick and go, un peu comme l’a fait le Stade Français sur son premier essai, Olivier Klemenczak vient trouver Henry Arundell en bout de ligne, l’anglais n’a alors plus qu’à aplatir (11-17, 57’). Le suspense est dorénavant relancé, dans un match, jusque-là, très brouillon. Alors que le Racing repart à l’attaque, un jeu au pied mal dosé va être récupéré par Dakuwaqa, qui relance depuis son en-but. Cette fois-ci, l’ailier fidjien ne sera pas repris par Klemenczak et va aller au bout, inscrivant le troisième essai du Stade Français, assommant peut-être définitivement les locaux (11-24, 64’).

On entre à peine dans les dix dernières minutes que Zack Henry passe trois nouveaux points, concrétisant l’une des rares pénalités du Racing dans ce second acte (11-27, 71’). Seize points de retard à rattraper pour les locaux, la tâche semble presque impossible, le tout avec un peu plus de six minutes restantes. La défense rose et blanche ferme boutique et le Stade Français va venir s’offrir ce derby francilien (11-27, score final). Paris est plus que jamais leader du Top 14.

 

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *