Nous suivre

Rugby à XV

Top 14 (J22) : Le Stade Toulousain s’impose sans trembler face au Racing 92

Louis Bouchardon

Publié le

Top 14 (J22) Le Stade Toulousain s'impose sans trembler face au Racing92
Photo Icon Sport

TOP 14 2023-2024 – En ouverture de cette 22e journée de Top14, le Stade Toulousain a largement dominé le Racing 92 et conforte ainsi sa place dans le Top 2. Les joueurs d’Ugo Mola ont fait la différence en deuxième mi-temps mais ont vu filer le point de bonus offensif dans les derniers instants. 

Face au vent, le Racing fait le dos rond

Avec l’appui du vent, les Toulousains démarrent ce match tambour battant. Les locaux mettent à mal les Racingmen d’entrée et s’offrent deux énormes occasions d’ouvrir le score. Dès la 1ere minute, Julien Marchand se voit refuser un essai à la vidéo pour un écran d’Emmanuel Meafou. Et sur l’action qui suit, Dimitri Delibes est repris juste avant la ligne par Tristan Tedder, l’arrière du Racing 92. Avec un fort vent de face, les visiteurs souffrent et voient les vagues d’assaut revenir inlassablement. 

Mais sur un ballon de récupération, ce sont finalement les Ciels et Blancs qui vont réussir à ouvrir le score sur une contre-attaque d’école. Un essai splendide qui fera sans aucun doute le tour des prochains Highlights. Initié par l’incontournable Nolann Le Garrec, le ballon est allé de main en main jusqu’à trouver Kitione Kamikamika en bout de ligne qui conclut cette belle action collective (0-5, 11e).  

Malgré l’apport du vent, les Toulousains n’arrivent pas à déployer leur jeu, la faute notamment à une belle défense francilienne. Les hommes d’Ugo Mola vont donc se rassurer en prenant les points sur pénalité, par l’intermédiaire de Thomas Ramos (3-5, 26e). Dominateur en mêlée fermée, le Stade Toulousain réinvestit rapidement le camp adverse. Les locaux poussent les Racingmen à la faute et Thomas Ramos ajoute trois points supplémentaires au tableau d’affichage (6-5, 31e). 
*

La pause se rapproche doucement et les Haut-Garonnais accélèrent de nouveau. Une longue séquence qui va faire plier le rideau défensif du Racing, jusque-là infranchissable. L’Ecossais Blair Kinghorn, replacé à l’aile pour cette rencontre, arrive lancé dans l’intervalle et bonifie les efforts des avants. (13-5, 38e). Le score à la mi-temps.

Le banc toulousain fait la différence

Chacune leur tour, les deux équipes vont finir leurs offensives dans l’en-but. Mais par trois fois consécutivement (2 fois pour Toulouse, 1 fois pour le Racing), un défenseur arrive à se glisser entre la terre promise et le ballon. Alors Toulouse fait entrer son meilleur atout, un certain Antoine Dupont. Et la différence se fait ressentir. En 5 minutes, le Stade Toulousain inscrit deux essais, un premier par son demi de mêlée international, tout juste entré en jeu. Puis par Santiago Chocobarres, lui aussi sorti du banc et idéalement servi par … Antoine Dupont, (27-5, 53e). Le trou est fait.

Le Racing 92 à la tête sous l’eau et perd tout espoir de retour. Alors les Toulousains enfoncent le clou par l’intermédiaire du jeune Mathis Castro Ferreira, très à son aise cette après-midi. Un nouvel essai synonyme de bonus offensif, (32-5, 62e).  Le dernier quart d’heure se joue sur un faux rythme. Le Racing 92 jette ses dernières forces dans la bataille. Et derrière une mêlée bien placée dans les 22m des locaux, les Franciliens réussissent à trouver la faille, sur un subtil retour intérieur d’Antoine Gibert vers Henry Arundell, (32-12, 79e). Le bonus s’envole pour Toulouse à une petite minute du terme. Le score ne bouge plus, le Stade Toulousain conforte sa deuxième place et creuse l’écart sur son adversaire du jour. Le sprint final continue.

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *