Nous suivre

Football

Un derby, une histoire : AS Roma – Lazio Rome, le derby « Della Capitale »

Robin Joanchicoy

Publié

le

Un derby, une histoire : AS Roma - Lazio Rome, le derby « Della Capitale »
Photo Icon Sport

Ce samedi 15 mai, le stadio Olimpico accueille l’AS Roma et la Lazio pour le célèbre derby romain. Nourrie de provocation, de haine et de ferveur, la rivalité entre les Giallorossi et les Biancocelesti est l’une des plus populaires en Europe.

Qui s’offrira la suprématie locale pour les prochains jours ? Depuis le tout premier derby romain en 1929, remporté par l’AS Roma (1-0), les provocations alimentent les jours qui précèdent ce match si particulier. Et ce n’est rien comparé aux jours qui le suivent. Tandis que les Giallorossi se moquent du nom de leur voisin qui ne porte même pas la mention de Rome (mais de la région géographique de la capitale), les Biancocelesti se vantent d’être plus ancien que leur rival (Lazio créée en 1900, Roma créée en 1927). L’animosité qui anime ces deux équipes a souvent donné lieu à des rencontres aussi passionnantes qu’excessives.

Un derby fait de violence et de dérive

Le derby Della Capitale est une des rivalités les plus chaudes d’Europe. Si le spectacle sur le terrain n’est pas toujours au rendez-vous, dans les tribunes, c’est l’effervescence à chaque rencontre. D’un côté, la Curva Sud des ultras Romanisti (commando ultra Curva Sud), de l’autre, la Curva Nord des Laziali (Irriducibili). Les anecdotes sont nombreuses sur ce match pas comme les autres, où la tension se transforme souvent en délire, symbole d’une ville un peu folle. En 1979 d’abord, quand Vincenzo Paparelli, supporter de la Lazio, décède à la suite de blessures à un œil, après avoir reçu une fusée lancée depuis la Curva de la Roma à l’autre bout du terrain. 

La tension politique entre les deux groupes de supporters a aussi été l’objet de dérives. Les supporters de la Lazio sont réputés proches de l’extrême droite. Outre les cris de singes ou les stickers à l’effigie d’Anne Frank avec un maillot de la Roma, le pire affront fait par les Biancocelesti envers les Giallorossi reste la banderole déployée depuis la Curva Nord en 1998 : « Auschwitz votre patrie, les fours votre maison ».

Il aura fallu attendre 2004 pour voir les supporters des deux camps s’unir dans la violence. Une rumeur selon laquelle un enfant s’était fait renverser par la police aux abords du stade éclate. Les Giallorossi et les Biancocelesti descendent des tribunes et demandent au capitaine romain Francesco Totti d’arrêter la rencontre. Au vu des tensions grandissantes, l’arbitre de la rencontre met fin au derby italien. Bien que cette rumeur s’avéra fausse, la ville de Rome avait tout de même connu une nuit de violence lors de laquelle les supporters de la Roma et de la Lazio s’étaient alliés face à la police italienne.

Retour vers le futur

Cette rencontre devrait s’avérer beaucoup moins tendue dans les tribunes cette année. En raison de la crise sanitaire, le stadio Olimpico sera à huis clos pour la rencontre. Mais sur le terrain, l’enjeu de ce match est important pour les deux équipes. L’AS Roma, distancée de neuf longueurs par la Lazio, ne peut plus espérer une qualification en Europa League. La Louve (58 points) devra malgré tout consolider sa septième place, synonyme d’Europa Conférence League, sous peine de se faire rattraper par Sassuolo (56 points).

Pour la Lazio, le rêve de jouer la Ligue des Champions est encore possible. Avec un match en moins que leur concurrent direct, les Biancocelesti (67 points) peuvent remonter à la quatrième place en cas de contre-performance de la Juventus (72 points) et de Naples (73 points). Mais la Lazio n’est plus l’équipe surprenante de Série A de la saison dernière. C’est plutôt par son irrégularité qu’elle se fait désormais remarquer et le derby romain de ce week-end devrait offrir un beau spectacle.

Le joueur à suivre

On ne le présente plus. Si la Roma avait Francesco Totti il y a quelques années, la Lazio a trouvé sa vedette : Ciro Immobile. L’attaquant n’en finit plus d’impressionner saison après saison. Particulièrement la saison dernière, où il est devenu le co-meilleur buteur de l’histoire du championnat italien sur un seul exercice (36 réalisations), à égalité avec Gonzalo Higuain. 

S’il vit une saison plus compliquée cette année, Ciro Immobile est conscient de son importance dans l’effectif romain. En délivrant son équipe à la 95ème minute ce mercredi, l’Italien a permis à la Lazio de s’imposer contre Parme (1-0) et de rester dans la course à la Ligue des Champions. Mais pour espérer jouer la Coupe aux Grandes Oreilles, il faudra qu’Immobile et les siens remportent les trois dernières journées, en commençant par le derby Della Capitale.


Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des