Nous suivre

Tennis

WTA Montréal : Caroline Wozniacki triomphe pour son retour, Caroline Garcia s’effondre

Avatar

Publié le

WTA Montréal Caroline Wozniacki triomphe pour son retour, Caroline Garcia s'effondre
Photo Icon Sport

TOURNOI WTA 1000 DE MONTRÉAL – Destins opposés pour les 2 Caroline sur les courts ce mardi. Suite à une pause de 3 ans, Caroline Wozniacki signe un retour flamboyant dans ce tournoi de Montréal. Si tout n’a pas été facile, la Danoise montre déjà des éléments de jeu intéressants. Quant à Caroline Garcia, elle a coulé face à Marie Bouzkova, s’arrêtant encore prématurément dans un tournoi.

Contrairement à lundi, la pluie, un temps annoncée, n’a pas vraiment perturbé le déroulement de la journée de mardi dans la métropole québécoise. Plusieurs filles ont fait leur entrée dans le tournoi, pour le grand bonheur des partisans.

Retour triomphal de Caroline Wozniacki

Pour le 1er match sur le court central de la journée, une revenante était présente. Si Venus Williams n’a pas fait d’exploit lundi contre Madison Keys, Caroline Wozniaki affrontait une joueuse issue des qualifications. La Danoise, ancienne numéro 1 mondiale et vainqueur de l’Open d’Australie, n’avait plus disputé de matchs depuis 2020. Elle s’était retirée pendant la pandémie et en a profité pour fonder une famille avec 2 enfants. La voilà donc de retour face à la modeste Australienne Kimberly Birrell, 115ème mondiale.

Si la nervosité de début de match lui fait concéder un break, on retrouve vite la joueuse qu’on avait laissé il y a 3 ans maintenant. Elle enchaîne les jeux et les coups gagnants, ne laissant que peu de miettes à son adversaire. Même si tout n’est pas parfait : elle cède encore une fois son service. Mais elle est suffisamment solide, et provoque bien les fautes adverses, pour remporter la 1ère manche 6-2. En face, l’Australienne n’est pas réglée au service en étant breakée systématiquement dans ce 1er set.

Logiquement un peu dans le dur physiquement, la Danoise se concentre sur les points importants. En effet, la suite du match est un peu plus accrocheuse et Caroline Wozniacki ne parvient à breaker son vis-à-vis qu’au 6ème jeu. Cela lui suffit pour dérouler et remporter la 2ème manche, et le match, sur le même score de 6-2.  Tout n’est évidement pas encore au top mais les bases semblent là et elle pourrait donner du fil à retordre à d’autres adversaires.

Les montagnes tchèques pour Caroline Garcia

Pour son entrée en lice au 2ème tour du tournoi, Caroline Garcia retrouve la Tchèque Marie Bouzkova. Cette dernière l’avait battue en 3 sets au 3ème tour du dernier Wimbledon. On assiste à un début de match solide de la part des deux joueuses, ne laissant que peu d’opportunités à leur adversaire sur leur mises en jeu. Lors du 5e jeu, Caroline Garcia commence à se tendre un peu. Elle perd d’abord un long rallye puis a du mal à passer ses 1ères balles, se mettant en difficulté. Elle doit sauver 2 balles de break et y parvient avec autorité. Cette frayeur la remet en selle avec 2 aces bien placés. Et cela la relance bien. Elle arrive à dicter les échanges sur le jeu d’après et obtient le break après une vilaine double faute de Marie Bouzkova.

Alors que Caroline Garcia dominait sur son service, un retour miraculeux de son adversaire dans un angle la sort du jeu et la lyonnaise concède le break. Tout est à refaire. Et rien ne va plus pour la Française qui ne semble plus dans le set. Les balles qui tutoient la ligne de la Tchèque n’aident pas Caroline à se mettre en confiance. Elle s’énerve et prend même un avertissement de l’arbitre. En se faisant breaker, elle manque de peu de toucher un ramasseur de balle en renvoyant la balle à la fin du set. Bouzkova fait ensuite un jeu blanc facilement et conclut sur un ace, 6-4. Caroline Garcia va devoir retrouver le fil de son match pour revenir. Elle était bien dedans, plutôt dominante avant de perdre son tennis. Rageant.

Pour le 2e set, Garcia retrouve son mordant avec 2 aces pour reprendre les devants. Le match de la française est frustrant. Elle tente, dans sa filière habituelle, mais ça me marche pas. En face, Bouzkova remet tout et force Garcia à commettre  des erreurs. Et la française finit par craquer sur son service avec une double faute dans le filet. Le précipice est proche. Mais la 6ème mondiale s’accroche et réussit à débreaker blanc pour revenir à 3-3. Des « Alors peut être » montent des tribunes, garnies de français, qui se prennent à rêver. Garcia est à la limite sur son service mais le conserve sur une amortie que son adversaire manque de peu de remettre. Finalement, Garcia arrive à gagner ce 2ème set 6-4 et pousse un gros ouf de soulagement en voyant la dernière balle sortir.

Alors qu’elle commence bien l’ultime manche, la machine se dérègle encore une fois. Bouzkova insiste sur le revers et pousse Garcia à la faute et breake d’entrée. Les affaires sont mal embarquées du côté de la tricolore, même si elle s’accroche. Le destin ne semble malheureusement pas de son côté en ce mardi soir. Même en trouvant de belles trajectoires et des belles hauteurs de balles, Garcia ne trouve plus la solution, la Tchèque renvoyant tout, tel un mur d’entraînement. De plus, Bouzkova vise énormément le revers de la française, ce qui la gêne. Et voilà la 37e mondiale qui mène 3, puis 4, puis 5-0 dans l’ultime manche. Même au bord des abîmes tennistisques, Caroline Garcia tente des choses et trouve des angles intéressants. Et même les balles les plus improbables reviennent encore et encore, c’est la fin d’accord, d’accord. Garcia semble dépitée sur le court et finit par s’avouer vaincue. Un dernier baroud d’honneur pour éviter la roue de vélo, mais clairement insuffisant. Sur une énième balle dans le filet de la française, Bouzkova peut célébrer sa victoire.

La française a commis trop de fautes directes et fait beaucoup trop d’erreurs et de mauvais choix pour espérer mieux finalement. Malgré un public l’encourageant, elle est encore éliminée prématurément au Canada et va vite devoir trouver des solutions pour sa défense de gros points de 2022.

Des forfaits, de la pluie et peu de surprises

Plus tôt dans la journée, Danielle Collins a continué sa belle aventure canadienne en battant sèchement l’Ukrainienne Elina Svitolina 6-2 6-2. Elle retrouvera la Grecque Maria Sakkari ce mercredi. La tenante du titre à Montréal, Camila Giorgi, continue aussi son chemin. Elle a facilement maîtrisé la favorite locale Bianca Andreescu 6-3 6-2. L’autre Canadienne encore en lice, Leylah Fernandez, a disposé assez facilement de l’Américaine Peyton Stearns, issue des qualifications sur le score de 6-3 6-2.  La journée se termine sous la pluie, qui perturbe le dernier match. La Kazakhe Elena Rybakina devra reprendre son tie-break dans le 1er set contre l’Americaine Jennifer Brady mercredi.

Avant l’interruption du tournoi à cause des éléments, Victoria Azarenka se retire du tableau pour cause de blessure aux abdominaux. La Biélorusse laisse l’Américaine Sloane Stephens avancer dans le tableau. De même, un autre forfait est à déplorer. En effet, Madison Keys, tombeuse de Venus Williams au tour précédent, souffre du fessier et ne peut pas continuer. Ce forfait arrange l’Italienne Jasmine Paolini qui continue sa route. Mercredi, Iga Swiateck entre en lice contre Karolina Pliskova.

Journaliste/rédacteur depuis décembre 2016 - Amateur professionnel de sport, d’abord le football, j’aurais pu en faire mon métier. Mais bon, vous savez les … non, pas les croisés, ils vont bien eux. Juste un manque de talent, de technique et de niveau surtout. Mais cette passion est ancrée en moi telle la pomme dans la tarte tatin. Le côté suiveur/supporter est évidemment important au quotidien, que ce soit un soir de juillet 1998 en banlieue lyonnaise ou de juillet 2018 à Montréal. Car oui, depuis ma France natale, j’ai migré outre-Atlantique, au pays des caribous. Là, le football se joue à la main et non au pied. Et surtout, la religion sportive est plutôt froide et se joue avec une crosse. Non, ce n’est pas le curling ni le Lacrosse, encore que, mais le hockey sur glace. Une autre vision, une autre culture. On troque les crudités devant la télé pour une poutine et on s’installe avec notre chandail pour suivre cela. Et en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, ou la vitesse d’un slap shot de McDavid ou un arrêt de la mitaine de Price, j’écris sur de l’actualité par ici mais aussi le sport féminin, pas assez mis en avant.

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *