Nous suivre

Histoire

12 novembre 2018 : Francis Joyon plus rapide que Loïck Peyron

Publié le

12 novembre 2018 Francis Joyon plus rapide que Loïck Peyron
Photo Icon Sport

VOILE – En 2014, Loïck Peyron s’octroyait le meilleur temps de la Route du Rhum, battant ainsi le record détenu par Lionel Lemonchois. Quatre ans plus tard, c’est Francis Joyon, au terme d’un fabuleux finish, qui s’adjuge la marque référence.

Ça s’est passé le 12 novembre 2018

Quelle course ! Si François Gabart a maintenu la tête pendant la quasi-totalité de la course, Francis Joyon ne s’est pas laissé abattre, ni son trimaran âgé de 12 ans. Dans une édition qui fait pas mal de casse, le skipper de Macif n’est pas épargné, quand celui d’Idec Sport manœuvre parfaitement. Un foil et un safran en moins pour François Gabart plus tard, et ce dernier cède un peu de temps supplémentaire à Francis Joyon. Le Charentais pointe pourtant toujours en tête à quelques heures de l’arrivée. Mais le vent sourit davantage à son poursuivant qui, lui, parvient à serrer la côte.

Près de Basse Terre, Joyon dépasse Gabart qui reste néanmoins au corps à corps. Mais au passage de la ligne, c’est bien le vétéran qui s’impose, pour 7 minutes et 8 secondes. Pour sa première victoire en sept participations, Francis Joyon réalise également une nouvelle marque référence. 7 jours 14 heures 21 min et 47 secondes, c’est une heure de mieux environ que le temps effectué par Loïck Peyron en 2014.

Info : Depuis la première édition de cette transatlantique, l’arrivée entre Joyon et Gabart est la plus serrée qu’il y ait eu. La première Route du Rhum en 1978 avait vu la victoire de Mike Birch au détriment de Michel Malinovsky pour 1 minute 38.


Journaliste/rédactrice depuis janvier 2016 - Passionnée de sport depuis toujours, j’en ai pratiqué quelques-uns. Judo, football, handball ou encore tennis, je n’ai jamais pu me mettre d’accord sur un en particulier. Mais ça, c’était avant de découvrir le basket, devenu mon sport de prédilection. Les actions NBA, le All-Star Week-end, la fureur des Game 7 pendant les playoffs ou mieux, lors des Finals, this is why we play. Team Spurs T.P, je m’accroche encore à Gregg Popovich (don’t leave !). Team chef Curry, je souhaite qu’il finisse aux Warriors (staaaay !). Non, il n’y a pas qu’eux, des petits nouveaux -et des petites nouvelles évidemment- arrivent chaque jour dans toutes les disciplines et créent de nouveaux exploits. Alors pour les grands événements et compétitions internationales, vive les pulsations 240/minutes et le défibrillateur pas loin, et allez les Bleu(e)s ! C’est sûr, j’aurai plus vu ma vie sur un terrain de sport, mais à défaut d’en faire en haut niveau, partageons-le.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une