Nous suivre

Histoire

15 août 2004 : Laure Manaudou, championne olympique historique

Publié

le

15 août 2004 : Laure Manaudou, championne olympique historique
Photo Icon Sport

NATATION – Avant ce 15 août 2004, il faut remonter loin, très loin, pour trouver un champion olympique de natation. Le dernier en date -et premier si on met à part Charles Devendeville en 1900 sur le 60 m sous l’eau- est Jean Boiteux. Ce dernier a été sacré en 1952. 52 ans auparavant, autant dire une éternité. Et du côté des femmes, il n’y en a tout simplement jamais eu. Ou plutôt, il n’y en avait jamais eu.

Ça s’est passé le 15 août 2004

La journée ne pouvait mieux se dérouler pour Laure Manaudou. Une qualification pour la finale du 100 m dos puis là voilà sur 400 m nage libre. Premier temps des séries, elle en profite pour battre son propre record de France. Ce n’est alors qu’un début. En finale, la triple championne d’Europe quelques mois plus tôt (sur 100 m dos, 400 m nage libre et 4 x 100 m quatre nages) part sur des chronos fous. Derrière, Camelia Potec, Otylia Jedrzejczak et Kaitlin Sandeno tentent vainement de revenir. C’est l’heure de l’or pour Laure. En 4:05.34, la Française peut souffler, elle a ce pour quoi elle était venue. A tout juste 17 ans, elle devient la première nageuse tricolore championne olympique, s’offre également le record d’Europe sur 400 m nage libre et dégaine la première médaille d’or des Jeux d’Athènes à la France. Mission accomplie !

Info : Ce record continental a depuis été battu. Il est aujourd’hui détenu par l’Italienne Federica Pellegrini en 3:59.15 et il tient depuis 2009. Quant à Laure Manaudou, elle termine les JO 2004 avec trois breloques. Cet or sur 400 libre, l’argent sur 800 et le bronze sur le 100 m dos.


Journaliste/rédactrice depuis janvier 2016 - Passionnée de sport depuis toujours, j’en ai pratiqué quelques-uns. Judo, football, handball ou encore tennis, je n’ai jamais pu me mettre d’accord sur un en particulier. Mais ça, c’était avant de découvrir le basket, devenu mon sport de prédilection. Les actions NBA, le All-Star Week-end, la fureur des Game 7 pendant les playoffs ou mieux, lors des Finals, this is why we play. Team Spurs T.P, je m’accroche encore à Gregg Popovich (don’t leave !). Team chef Curry, je souhaite qu’il finisse aux Warriors (staaaay !). Non, il n’y a pas qu’eux, des petits nouveaux -et des petites nouvelles évidemment- arrivent chaque jour dans toutes les disciplines et créent de nouveaux exploits. Alors pour les grands événements et compétitions internationales, vive les pulsations 240/minutes et le défibrillateur pas loin, et allez les Bleu(e)s ! C’est sûr, j’aurai plus vu ma vie sur un terrain de sport, mais à défaut d’en faire en haut niveau, partageons-le.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une