Nous suivre

Football américain

15 janvier 1967 : Le premier Super Bowl de l’histoire a lieu

Sophie Clapier

Publié

le

15 janvier 1967 - Le premier Super Bowl de l’histoire a lieu
AP

FOOTBALL AMÉRICAIN – Avant la fusion en 1970, deux ligues de football américain s’opposent aux Etats-Unis : la Ligue Américaine de Football et la Ligue Nationale de Football. C’est une bataille qui a duré un bon moment avant que la NFL ne triomphe sur sa rivale, comme elle l’avait déjà fait avec l’AAFC.

Ça s’est passé le 15 janvier 1967

La compétition vient du souhait des deux ligues (NFL et AFL) de résoudre certains problèmes. Comme le recrutement des joueurs. Un championnat commun afin de déterminer la meilleure équipe est mis en place, un accord de draft également. La finale de ce championnat se nomme le Super Bowl. En 1967, après avoir remporté la National Football League, les Packers de Green Bay rencontrent lors de ce Super Bowl I les Chiefs de Kansas City. Ces derniers ont terminé, eux, vainqueurs de l’Americain Football League. Pas de surprise lors de cette finale, les joueurs de Vince Lombardi, largement favoris, remportent le match 35-10. C’est le premier Super Bowl des Packers sur leurs quatre titres.

©PackersHistory

Info : Même s’il est utilisé pour les finales 1967 et 1968, ce n’est qu’en 1969 que le nom Super Bowl deviendra officiel.

Sophie Clapier


Passionnée de sport depuis toujours, j’en ai pratiqué quelques-uns. Judo, football, handball ou encore tennis, je n’ai jamais pu me mettre d’accord sur un en particulier. Mais ça, c’était avant de découvrir le basket, devenu mon sport de prédilection. Les actions NBA, le All-Star Week-end, la fureur des Game 7 pendant les playoffs ou mieux, lors des Finals, this is why we play. Team Spurs T.P, je m’accroche encore à Gregg Popovich (don’t leave !). Team chef Curry, je souhaite qu’il finisse aux Warriors (staaaay !). Non, il n’y a pas qu’eux, des petits nouveaux -et des petites nouvelles évidemment- arrivent chaque jour dans toutes les disciplines et créent de nouveaux exploits. Alors pour les grands événements et compétitions internationales, vive les pulsations 240/minutes et le défibrillateur pas loin, et allez les Bleu(e)s ! C’est sûr, j’aurai plus vu ma vie sur un terrain de sport, mais à défaut d’en faire en haut niveau, partageons-le.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une

Nous suivre sur Facebook

Sondage

Peter Sagan, une bonne pioche pour la Deceuninck-Quick Step ?