Nous suivre

Histoire

16 juillet 2017 : Aurélie Muller conserve son titre mondial sur 10 km en eau libre

Sophie Clapier

Publié

le

16 juillet 2017 : Aurélie Muller conserve son titre mondial sur 10 km en eau libre
Photo Icon Sport

NATATION – Rio 2016 : le choc est immense pour Aurélie Muller. Arrivée en seconde position et donc provisoirement vice-championne olympique, elle est finalement disqualifiée. Elle aurait gêné l’Italienne Rachel Bruni qui la suivait de quelques dixièmes de secondes à la touche. Pas de podium, pas de médaille mais la Française n’a pas dit son dernier mot.

Ça s’est passé le 16 juillet 2017

En Hongrie, la championne du monde 2015 sur le 10 km en eau libre compte bien conserver son titre. Et sur le lac Balaton, la nageuse de Sarreguemines ne perd pas de temps pour prendre la tête. Pendant la moitié de la course, elle mène la danse, laissant juste l’espace d’un instant Arianna Bridi aux commandes. Mais vraiment un instant. Aurélie Muller accélère ensuite, repasse à la première place et ne lâche plus celle-ci jusqu’à l’arrivée. Elle clôt les 10 km en un peu plus de deux heures. Pas de contestation possible cette fois, la médaillée d’argent Samantha Arévalo termine à plus de trois secondes derrière la tricolore. Trois jours plus tard, Aurélie Muller monte sur la seconde marche du podium sur le 5 km avant de grimper de nouveau sur le toit du monde avec l’équipe de France. Des championnats donc parfaitement réussis pour la nageuse entraînée alors par Philippe Lucas. Pour preuve, sa combinaison de ce 10 km a terminé au Musée National du Sport. Elle en a fait don en 2020.

Info : Non mais vraiment, c’est la poisse ! Aurélie Muller ne sera pas présente aux Jeux de Tokyo, et cela pour un minuscule dixième de seconde. La championne d’Europe 2016 a terminé 11ème des derniers Mondiaux. Il fallait finir dans les dix premières…


Journaliste/rédactrice depuis janvier 2016 - Passionnée de sport depuis toujours, j’en ai pratiqué quelques-uns. Judo, football, handball ou encore tennis, je n’ai jamais pu me mettre d’accord sur un en particulier. Mais ça, c’était avant de découvrir le basket, devenu mon sport de prédilection. Les actions NBA, le All-Star Week-end, la fureur des Game 7 pendant les playoffs ou mieux, lors des Finals, this is why we play. Team Spurs T.P, je m’accroche encore à Gregg Popovich (don’t leave !). Team chef Curry, je souhaite qu’il finisse aux Warriors (staaaay !). Non, il n’y a pas qu’eux, des petits nouveaux -et des petites nouvelles évidemment- arrivent chaque jour dans toutes les disciplines et créent de nouveaux exploits. Alors pour les grands événements et compétitions internationales, vive les pulsations 240/minutes et le défibrillateur pas loin, et allez les Bleu(e)s ! C’est sûr, j’aurai plus vu ma vie sur un terrain de sport, mais à défaut d’en faire en haut niveau, partageons-le.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Toute l'actualité des Jeux Olympiques de Tokyo 2020

Fil Info

Actus à la une