Nous suivre

Histoire

16 mars 2003 : Seconde Ligue des Champions de volley pour le RC Cannes

Sophie Clapier

Publié

le

16 mars 2003 : Seconde Ligue des Champions de volley pour le RC Cannes
Photo RC Cannes

VOLLEY-BALL – En 2002 déjà, le RC Cannes avait réalisé l’exploit en devenant le premier club féminin tricolore à décrocher la Ligue des champions de volley. Cette année encore, les volleyeuses ont marqué l’Histoire. Et pourtant, ça n’aura pas été de tout repos.

Ça s’est passé le 16 mars 2003

Pas loin de la défaite la veille, le RC Cannes a parfaitement su réagir. Lors de la demi-finale, les Cannoises ont dû sauver deux balles de match contre Modène afin d’aller défendre leur titre. En ce 16 mars 2003 contre Ekaterinbourg, la rencontre ne commence pas sous les meilleurs auspices. La grande Ekaterina Gomova (2,04m) fait d’abord déjouer Cannes avec sa puissance au service puis au contre. Un premier set en faveur des Russes, et un second qui s’y dirige tout droit, jusqu’à 20-20 dans celui-ci. Car après, mieux que résister, les coéquipières de Victoria Ravva – élue meilleure attaquante du Final Four – prennent l’avantage pour s’imposer au bout du suspense. Un partout, balle au centre, la rencontre est relancée. Après un troisième set encore plus dingue remporté 29-27 par les Cannoises, le dernier n’est que formalité, enfin au vu des précédents. Une victoire 3 manches à 1 qui propulse le club de volley féminin sur le toit de l’Europe pour la seconde année consécutive, historique !

Info : Historique, oui ! Ce jour-là les volleyeuses cannoises sont devenues les seules à avoir remporté à deux reprises la prestigieuse compétition pour la France, hommes et femmes confondus. Et à ce jour, c’est toujours le cas. Depuis cette victoire en 2003, la France attend toujours un sacre féminin. Du côté masculin, on patiente depuis 2005.

Sophie Clapier


Journaliste/rédactrice depuis janvier 2016 - Passionnée de sport depuis toujours, j’en ai pratiqué quelques-uns. Judo, football, handball ou encore tennis, je n’ai jamais pu me mettre d’accord sur un en particulier. Mais ça, c’était avant de découvrir le basket, devenu mon sport de prédilection. Les actions NBA, le All-Star Week-end, la fureur des Game 7 pendant les playoffs ou mieux, lors des Finals, this is why we play. Team Spurs T.P, je m’accroche encore à Gregg Popovich (don’t leave !). Team chef Curry, je souhaite qu’il finisse aux Warriors (staaaay !). Non, il n’y a pas qu’eux, des petits nouveaux -et des petites nouvelles évidemment- arrivent chaque jour dans toutes les disciplines et créent de nouveaux exploits. Alors pour les grands événements et compétitions internationales, vive les pulsations 240/minutes et le défibrillateur pas loin, et allez les Bleu(e)s ! C’est sûr, j’aurai plus vu ma vie sur un terrain de sport, mais à défaut d’en faire en haut niveau, partageons-le.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une