Nous suivre

Histoire

18 octobre 2015 : Premier titre européen pour les volleyeurs tricolores

Publié

le

Photo Icon Sport

VOLLEY-BALL – Trois mois après leur sacre en Ligue mondiale, voilà de nouveau les volleyeurs français en finale, de l’Euro cette fois. Au terme d’un parcours sans faute, la formation de Laurent Tillie a confirmé sa bonne forme de l’année.

Ça s’est passé le 18 octobre 2015

La compétition était jonchée d’obstacles, mais l’équipe de France de volley les a franchis avec succès. Le plus rude d’entre eux étant lors des demies. Les Bleus étaient alors menés 2 sets à 0 face aux hôtes Bulgares avant de renverser le match. Mais en ce 18 octobre 2015, les coéquipiers de Kevin Le Roux sont bien favoris contre les Slovènes, et ils le prouvent dès le premier set. Ce dernier est vite plié et remporté 25-19. Mais dans le second, la tâche se complique.

La Slovénie, tombeuse des champions du monde polonais en quart de finale, prend vite l’avantage 8-3. Cependant, Antonin Rouzier en décide autrement. Après le retour à 18-18, trois balles de sets sauvées puis un 28-27 en faveur des Bleus, c’est sur un ace flottant que l’attaquant tricolore leur offre la seconde manche. Il n’en manque qu’une, celle-ci sera du même acabit que la deuxième. Poussés une nouvelle fois jusqu’au bout du bout, les volleyeurs français vont enfin pouvoir savourer. 28-27 -encore- dans le troisième set, et Earvin Ngapeth conclut de la plus belle des manières. Imprévisible mais superbe ! Dos au filet, il smashe, et ça fait le point.

Info : Elu meilleur joueur de l’Euro, Antonin Rouzier est également le meilleur marqueur de la compétition. Il a notamment inscrit la bagatelle de 21 points en finale pour permettre à la Team Yavbou de décrocher son premier titre continental.


Journaliste/rédactrice depuis janvier 2016 - Passionnée de sport depuis toujours, j’en ai pratiqué quelques-uns. Judo, football, handball ou encore tennis, je n’ai jamais pu me mettre d’accord sur un en particulier. Mais ça, c’était avant de découvrir le basket, devenu mon sport de prédilection. Les actions NBA, le All-Star Week-end, la fureur des Game 7 pendant les playoffs ou mieux, lors des Finals, this is why we play. Team Spurs T.P, je m’accroche encore à Gregg Popovich (don’t leave !). Team chef Curry, je souhaite qu’il finisse aux Warriors (staaaay !). Non, il n’y a pas qu’eux, des petits nouveaux -et des petites nouvelles évidemment- arrivent chaque jour dans toutes les disciplines et créent de nouveaux exploits. Alors pour les grands événements et compétitions internationales, vive les pulsations 240/minutes et le défibrillateur pas loin, et allez les Bleu(e)s ! C’est sûr, j’aurai plus vu ma vie sur un terrain de sport, mais à défaut d’en faire en haut niveau, partageons-le.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une