Nous suivre

Histoire

20 juillet 1996 : David Douillet, médaillé d’or aux Jeux d’Atlanta

Publié

le

20 juillet 1996 : David Douillet, médaillé d’or aux Jeux d’Atlanta
Photo Olympics

JUDO – Avant ces Jeux d’Atlanta, il ne manque pas grand-chose au palmarès de David Douillet pour être complet. En fait, il ne reste qu’une médaille d’or olympique à récupérer. Plus facile à dire qu’à faire … pas pour le judoka tricolore.

Ça s’est passé le 20 juillet 1996

Entre le bronze aux Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 et cette édition 1996, David Douillet a fortement enrichi la liste de ses succès. Il compte notamment trois titres aux Mondiaux, additionnés à un sacre de champion d’Europe 1994. En demi-finale, après un duel acharné contre le Japonais Naoya Ogawa, le judoka français prend sa revanche olympique de 1992. Il retrouve pour jouer l’or la surprise espagnole Ernesto Perez Lobo. Cette fois, le combat est beaucoup moins disputé. En à peine deux minutes, le voici même terminé. Sur ippon, David Douillet devient le second judoka tricolore à devenir champion olympique dans la catégorie des poids lourds après Angelo Parisi (1980 – la catégorie poids lourds était alors de + 95kg et non + 100kg). Ce titre, il le conserve quatre ans plus tard à Sydney, édition lors de laquelle il est porte-drapeau de l’équipe de France.

Info : Principalement, le favori pour le sacre n’était autre que le Géorgien David Khakhaleishvili, alors champion olympique en titre. Mais ce dernier n’étant pas présent à la pesée -il s’est trompé de lieu- a été disqualifié avant de pouvoir mettre un pied sur le tatami.


Journaliste/rédactrice depuis janvier 2016 - Passionnée de sport depuis toujours, j’en ai pratiqué quelques-uns. Judo, football, handball ou encore tennis, je n’ai jamais pu me mettre d’accord sur un en particulier. Mais ça, c’était avant de découvrir le basket, devenu mon sport de prédilection. Les actions NBA, le All-Star Week-end, la fureur des Game 7 pendant les playoffs ou mieux, lors des Finals, this is why we play. Team Spurs T.P, je m’accroche encore à Gregg Popovich (don’t leave !). Team chef Curry, je souhaite qu’il finisse aux Warriors (staaaay !). Non, il n’y a pas qu’eux, des petits nouveaux -et des petites nouvelles évidemment- arrivent chaque jour dans toutes les disciplines et créent de nouveaux exploits. Alors pour les grands événements et compétitions internationales, vive les pulsations 240/minutes et le défibrillateur pas loin, et allez les Bleu(e)s ! C’est sûr, j’aurai plus vu ma vie sur un terrain de sport, mais à défaut d’en faire en haut niveau, partageons-le.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une