Nous suivre

Football

28 novembre 2005 : Le 50ème Ballon d’Or pour Ronaldinho

Publié

le

28 novembre 2005 Le 50ème Ballon d’Or pour Ronaldinho
Photo Icon Sport

FOOTBALL – Grand favori au titre, Ronaldinho n’a pas créé la surprise en étant élu Ballon d’Or 2005, une première pour l’attaquant brésilien. Retour sur cette récompense et ses plus beaux gestes.

Ça s’est passé le 28 novembre 2005

Il n’y a pas vraiment eu débat. Sur les 52 journalistes appelés à voter pour le Ballon d’Or de l’année, 33 ont positionné Ronaldinho à la première place. De plus, le Brésilien a trusté le podium de cette récompense à 48 reprises. Malgré le titre de champion d’Angleterre de Frank Lampard et la victoire en Ligue des Champions de Steven Gerrard, les deux Anglais prennent respectivement la seconde et troisième place du classement. C’est que Ronaldinho est champion d’Espagne avec Barcelone mais aussi vainqueur de la Coupe des confédérations avec son équipe nationale. Et il est, à l’heure du verdict, le footballeur qui enchante sûrement le plus les divers spectateurs, peu importe le club supporté. Feintes, dribbles, coups francs magiques, tout semble alors si facile pour le numéro 10. Avez-vous besoin d’un petit rappel ?

Info : Ronaldinho devient ainsi le troisième Brésilien à être élu Ballon d’Or après Ronaldo (1997 et 2002) et Rivaldo (1999).


Journaliste/rédactrice depuis janvier 2016 - Passionnée de sport depuis toujours, j’en ai pratiqué quelques-uns. Judo, football, handball ou encore tennis, je n’ai jamais pu me mettre d’accord sur un en particulier. Mais ça, c’était avant de découvrir le basket, devenu mon sport de prédilection. Les actions NBA, le All-Star Week-end, la fureur des Game 7 pendant les playoffs ou mieux, lors des Finals, this is why we play. Team Spurs T.P, je m’accroche encore à Gregg Popovich (don’t leave !). Team chef Curry, je souhaite qu’il finisse aux Warriors (staaaay !). Non, il n’y a pas qu’eux, des petits nouveaux -et des petites nouvelles évidemment- arrivent chaque jour dans toutes les disciplines et créent de nouveaux exploits. Alors pour les grands événements et compétitions internationales, vive les pulsations 240/minutes et le défibrillateur pas loin, et allez les Bleu(e)s ! C’est sûr, j’aurai plus vu ma vie sur un terrain de sport, mais à défaut d’en faire en haut niveau, partageons-le.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une