Nous suivre

Histoire

29 septembre 2004 : Décès du pilote Richard Sainct

Publié

le

29 septembre 2004 Décès du pilote Richard Sainct
Photo via Le Repaire des Motards

En ce jour de septembre 2004, le monde de la moto est en deuil. Sur le Rallye des Pharaons en Egypte, le pilote français Richard Sainct a trouvé la mort. Les circonstances de l’accident, elles, restent encore inconnues.

Ça s’est passé le 29 septembre 2004

Vainqueur de l’épreuve en 2002, Richard Sainct est à cet instant quatrième du classement avant cette journée. Le départ est alors donné à Baharia pour rejoindre Siwa. Mais sur la 4ème étape, le Français tombe une première fois après 120 km effectués. Si cette chute n’est pas dramatique, celle qui arrive au 285ème kilomètre de la course est, elle, fatale. Aucun témoin aux alentours, personne ne sait ce qui est arrivé au triple vainqueur du Paris-Dakar. Ce sont les deux pilotes suivants qui le retrouvent au sol, bien loin de sa moto. Les circonstances de sa chute restent donc un mystère. Un hélicoptère arrive ensuite sur les lieux pour le mener à la clinique mobile. Seulement, il n’y a plus rien à faire, le décès est déclaré.

C’est l’incompréhension autour du sable égyptien, l’heure des hommages est arrivée. Pour la 5ème étape, seule une spéciale est parcourue sur les deux prévues. L’année suivante sur ce même Rallye, les anciens coéquipiers de Richard Sainct posent des autocollants à sa mémoire sur leur moto et KTM retire le dossard de n°1 que devait porter le pilote disparu.

 

Info : En 2005, Cyril Despres remporte son premier Paris-Dakar sur KTM. Une victoire dédiée à la fois à Richard Sainct pour le constructeur autrichien et à Fabrizio Meoni, décédé sur cette édition du Rallye Dakar et ami de Despres.


Journaliste/rédactrice depuis janvier 2016 - Passionnée de sport depuis toujours, j’en ai pratiqué quelques-uns. Judo, football, handball ou encore tennis, je n’ai jamais pu me mettre d’accord sur un en particulier. Mais ça, c’était avant de découvrir le basket, devenu mon sport de prédilection. Les actions NBA, le All-Star Week-end, la fureur des Game 7 pendant les playoffs ou mieux, lors des Finals, this is why we play. Team Spurs T.P, je m’accroche encore à Gregg Popovich (don’t leave !). Team chef Curry, je souhaite qu’il finisse aux Warriors (staaaay !). Non, il n’y a pas qu’eux, des petits nouveaux -et des petites nouvelles évidemment- arrivent chaque jour dans toutes les disciplines et créent de nouveaux exploits. Alors pour les grands événements et compétitions internationales, vive les pulsations 240/minutes et le défibrillateur pas loin, et allez les Bleu(e)s ! C’est sûr, j’aurai plus vu ma vie sur un terrain de sport, mais à défaut d’en faire en haut niveau, partageons-le.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une