Nous suivre

Football

3 mai 1998 : Arsène Wenger se fait un nom à Arsenal

Publié

le

3 mai 1998 - Arsène Wenger se fait un nom à Arsenal

FOOTBALL – A son arrivée à Arsenal en 1996, Arsène Wenger est méconnu des Anglais. Tellement méconnu pour eux qu’ils s’interrogent sur sa capacité à diriger les Gunners. Le quotidien londonien Evening Standard titre même « Arsène Who ». Mais le Français se fait définitivement un nom en ce jour de mai.

Ça s’est passé le 3 mai 1998

Après avoir terminé à une honorable troisième place pour sa première saison l’année précédente, Arsène Wenger peut mener ses joueurs au titre de Champion d’Angleterre. En ce 3 mai 1998, Arsenal rencontre Everton pour la 37ème journée de Premier League. Pas besoin d’attendre la dernière journée de compétition : si les Gunners s’imposent, ils décrocheront le titre. Highbury est plein, Highbury va être servi. A la pause, Arsenal mène déjà 2-0. Le premier but, inscrit par Slaven Bilic contre son camp est suivi une vingtaine de minutes plus tard par une réalisation de Marc Overmars. Ce dernier aggrave la marque à l’heure de jeu. 3-0 pour les joueurs de Wenger, et ce n’est pas fini. C’est le défenseur et capitaine Tony Adams, lui-même sceptique lors de l’arrivée de l’entraîneur français, qui scelle la victoire 4-0 sur une magnifique frappe du gauche.

Le match est terminé, Arsène Who vient d’emmener Arsenal sur le toit de l’Angleterre. Le premier titre d’une longue série avec le club londonien. En effet, l’Alsacien mènera ses troupes à deux nouveaux sacres en Premier League (2002-2004), pas moins de sept Coupes d’Angleterre ainsi que sept Community Shield. Seul bémol, les finales de Ligue Europa (2000) et Ligue des Champions (2006), toutes deux perdues. Après 22 ans à la tête de l’équipe, il quitte le club en 2018 ; terminé avec Arsène Qui, l’Evening Standard titre alors « Adieu Arsène ».

©Premier League

Info : Ce 3 mai 1998, Arsène Wenger est devenu le premier entraîneur non-britannique à s’imposer dans le championnat anglais.


Journaliste/rédactrice depuis janvier 2016 - Passionnée de sport depuis toujours, j’en ai pratiqué quelques-uns. Judo, football, handball ou encore tennis, je n’ai jamais pu me mettre d’accord sur un en particulier. Mais ça, c’était avant de découvrir le basket, devenu mon sport de prédilection. Les actions NBA, le All-Star Week-end, la fureur des Game 7 pendant les playoffs ou mieux, lors des Finals, this is why we play. Team Spurs T.P, je m’accroche encore à Gregg Popovich (don’t leave !). Team chef Curry, je souhaite qu’il finisse aux Warriors (staaaay !). Non, il n’y a pas qu’eux, des petits nouveaux -et des petites nouvelles évidemment- arrivent chaque jour dans toutes les disciplines et créent de nouveaux exploits. Alors pour les grands événements et compétitions internationales, vive les pulsations 240/minutes et le défibrillateur pas loin, et allez les Bleu(e)s ! C’est sûr, j’aurai plus vu ma vie sur un terrain de sport, mais à défaut d’en faire en haut niveau, partageons-le.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une