Nous suivre

Histoire

31 décembre 2000 : Départ de The Race, la course « No limit »

Publié le

31 décembre 2000 Départ de The Race, la course « No limit »
Photo DR

VOILE – Cela faisait plusieurs années que l’idée trottait, galopait dans l’esprit de Bruno Peyron. Réaliser un tour du monde à la voile en équipage, sans escale et sans assistance. Le tout, sur des bateaux aux gabarits XXL.

Ça s’est passé le 31 décembre 2000

Après moultes péripéties, c’est finalement le jour du grand départ. On est loin de la vingtaine de participants espérés lors de la création de la course. Ce sont, le jour J, six équipages seulement qui prennent le départ de cette course folle, démesurée. Le « No limit » s’applique en effet à la taille des multicoques. Ainsi, ces derniers peuvent atteindre plus de 30 mètres de long, 40 de haut pour leur mât. Faire naviguer de tels engins dans une mer parfois agitée et cela sur un tour du monde, voilà le challenge accompli par cinq des six partants, le dixième devant abandonner en cours.

De Barcelone, les skippers sont passés par l’Afrique, l’Australie et l’Amérique du Sud pour terminer leur course à Marseille. Et les premiers à boucler la boucle après plus de 62 jours sont le Néo-Zélandais Grant Dalton et le Français Franck Proffit à bord de Club Med, construit pour l’occasion. Trois jours plus tard, Loïck Peyron et Skip Novak en finiront aussi avec leur périple. Pour les derniers à définitivement toucher terre mi-avril 2001, le départ avait eu lieu plus de trois mois plus tôt. NO LIMIT !

 

Info : Bruno Peyron a tenté plusieurs fois de relancer la course mais celle-ci a été annulée. La seule et unique édition reste donc celle de ce 31 décembre 2000.


Journaliste/rédactrice depuis janvier 2016 - Passionnée de sport depuis toujours, j’en ai pratiqué quelques-uns. Judo, football, handball ou encore tennis, je n’ai jamais pu me mettre d’accord sur un en particulier. Mais ça, c’était avant de découvrir le basket, devenu mon sport de prédilection. Les actions NBA, le All-Star Week-end, la fureur des Game 7 pendant les playoffs ou mieux, lors des Finals, this is why we play. Team Spurs T.P, je m’accroche encore à Gregg Popovich (don’t leave !). Team chef Curry, je souhaite qu’il finisse aux Warriors (staaaay !). Non, il n’y a pas qu’eux, des petits nouveaux -et des petites nouvelles évidemment- arrivent chaque jour dans toutes les disciplines et créent de nouveaux exploits. Alors pour les grands événements et compétitions internationales, vive les pulsations 240/minutes et le défibrillateur pas loin, et allez les Bleu(e)s ! C’est sûr, j’aurai plus vu ma vie sur un terrain de sport, mais à défaut d’en faire en haut niveau, partageons-le.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une